Porno Français

Les gifs de la semaine – #370

Il paraîtrait que l’on soit déconfinés.ées et je ne sais pas vous, mais pour moi ça n’a pas changé grand chose. J’évite toujours autant les foules, masse d’humains à masques, écharpes, et manteaux avec leurs cadeaux planqués sous les bras, les rues et leurs boutiques parées de mille feux et les métro bondés heure de pointe ou non. Je reste au chaud chez moi à terminer mes achats de Noël – toujours – de dernière minute, à boire des chocolats chauds au lait d’avoine, préparer ma playlist spécial Noël, et partager mes wishlists de lingerie, livres, café et skincare aux prix honteusement trop élevés. Néanmoins, une routine persiste et m’apporte toujours autant de réconfort : regarder mon porno quotidien. Rentrez chez vous, lavez-vous les mains et profitez de ma sélection de la semaine !

Je vous avais parlé de BDSM avec « Faithful Dogs » de Von Ferro dans ma dernière édition des Gifs de la Semaine. Il faut croire que j’ai été très assidue dans mes recherches puisque j’ai fini par tomber sur cette vidéo de Deeper « Sex Slave » avec Megan Marx et Kenna James, disponible également chez Adult Time. Je ne connaissais ni l’une ni l’autre mais je vais m’empresser de les suivre de plus près. Je suis à deux doigts d’ajouter une grosse chaîne dorée à ma wishlist de Noël. Vous en pensez quoi ?

Je peux vous le confier avec sincérité : Nina Sever fait partie de mes réalisateurs.rices préférés.ées. Que ce soit dans le fond ou la forme, iel a toujours 10/10 dans mon cœur. Ses scénarii sont accessibles et intimistes, les lumières sont douces et diffuses. L’afficionado de pastels que je suis est amplement satisfaite. Iel accorde du temps pour les caresses, les baisers, la communication et soyez honnêtes : on n’en a jamais assez ! Mais par-dessus tout, « Can you see me?« (XConfessions) lance le début de la carrière de Luna Silver, mon crush du moment, en la très bonne compagnie de Bishop Black.

Et c’est le retour du porno amateur comme on les aime ! Caméra à la main, plans tremblants et son médiocre. L’image est pixélisée mais le plaisir est présent. Comme le titre nous l’indique sans détour ni fioritures, on y voit une jeune-fille aux cheveux roses, toute de cordes vêtue. Elle est incapable de bouger si ce n’est sa langue, et c’est bien là ce qui importe. On l’aperçoit tenter de lécher du bout de sa langue le sexe de son partenaire avant d’essayer de s’échapper de ses liens…

Je me suis perdue dans les abysses Fourchambesques afin de remonter à la surface ce superbe portait de Moth, autre crush inavoué. À chacune de ses productions, Vex Ashley place la barre un peu plus haut. Avec « Atrophy Portraits » elle tente le format vertical, sublimant la magnifique Moth, telle une peinture de la Renaissance ou une statue grecque. Rust l’étrangle, lui tire les cheveux. Les fluides coulent de partout, le mascara bave. Pour moi, un des films les plus doux-amer du collectif anglais.

On tape dans le mille du porno ricain : villa avec piscine, vue imprenable sur les montagnes californiennes, jardin luxuriant et casting 5 étoiles avec la divine Daisy Taylor que je ne vous présente plus. Bon, le jeu d’acteurs n’est pas oufissime et l’intrigue n’a rien d’extraordinaire mais ça fait du bien parfois un porno simple et efficace. Et sans surprise, je ne suis jamais déçue avec Daisy. Cette vidéo me donnerait presque envie d’aller me prélasser à ses côtés sur un bain de soleil, et de garder un œil attentif à son corps de rêve…

Image à la une : Bishop Black & Luna Silver

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire