Le porn la poésie : l’ode au porn

Alors que le soleil et la chaleur nous plongent dans une torpeur indolente, Deslogis nous livre un texte pour nous rappeler que la liberté et la vie privée sont des concepts qu’il ne faut pas laisser tomber dans l’oubli.

À l’origine de la vie privée un astre imaginaire va et vient à ce point que son idée devient un onctueux cosmos qui pourrait être à l’origine de la vie mais ça, c’est sa vie privée. 

Mais une seconde durant et parce qu’à l’abri la voilà qui pense, cette concrétisation de l’envie, la voilà qui une seconde durant est éternelle et se fait comprendre ainsi par l’astre qu’alors je suis peut-être et toi aussi mais ça, c’est notre vie privée. 

Et qui ne se prive pas est libre et donc librement problématique dans la tête libre de quelques diables à l’ancienne qui tout autant se branlent, pourtant et sûrement, mais ça… 

C’est la vie privée, c’est le mystique dans le sexe, c’est la musique derrière les yeux, c’est le danger, sait-on jamais, cette seconde durant non identifiée par compte en banque pourrait, un jour, donner l’idée de, la solution pour, l’itinéraire du labyrinthe où, la structure de l’utopie qui, la transformation d’un astre imaginaire en, ou un début de phrase exalté qui avant de repartir et juste après l’éjac apparaît parfois fondu mais parfois clair comme un écho archaïque qui chante que  : 

Je jouis

Donc je m’insurge.

Photo par Dainis Graveris sur Unsplash

'

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire