Handicap et pornographie : entre fétichisme et invisibilisation

Entre fétichisme et invisibilisation, les personnes handicapées sont loin d’occuper le devant de la scène en matière de contenus pornographiques. Ce qui complique fatalement la consommation de porn d’une personne en situation de handicap, puisque les scènes montrées ne correspondent pas à la réalité vécue. Mais pas de panique ! « Peu » ne veut pas dire « pas », et nous vous avons mijoté une sélection pour que chacun·e s’y retrouve. Retour sur les parcours de trois performers en situation de handicap.

Long Jeanne Silver

Malgré un manque de visibilité flagrant, le handicap existe bel et bien dans le porno, et ce depuis longtemps ! Un des exemples les plus connus est celui de Long Jeanne Silver, dont les films ont marqués durablement l’industrie pornographique des années 1970 aux États-Unis.

long jeanne silver

Atteinte d’une hémimélie fibulaire à la naissance, une partie de sa jambe est amputée durant son enfance. Elle se fait connaître d’abord en tant que strip-teaseuse, puis modèle photo pour le magazine Cheri. En 1976 elle joue dans son premier film, Water Power, dans lequel elle reçoit un lavement pendant que son partenaire se masturbe en la regardant.

Après cela, Long Jeanne Silver jouera dans 21 films, tous disponibles ici. Sa marque de fabrique, que l’on retrouve dans la quasi intégralité de sa filmographie, est de pénétrer ses partenaires avec ce qu’elle appelle son « moignon » (« stump »). En 2015, son travail a été récompensé par une entrée fracassante au Legends Erotica Hall of Fame.

Long_jeanne_silver

Dans une interview accordée en 2015 à Vice, elle est revenue sur les éléments marquant de sa carrière, et sur la place particulière du fétichisme sur les handicaps. A titre personnel, elle ne s’est jamais sentie exploitée par l’aspect fétichiste des films dans lesquels elle a joué. La question du fétichisme reste cependant très clivante chez les personnes en situation de handicap, qui plus est dans le cas de handicaps visibles.

Lyric Seal

Vice l’évoquait dans son interview de Long Jeanne Silver : un contenu pornographique qui montre des personnes en situation de handicap est vite catalogué comme étant « de niche », ou « alternatif ». Pourtant, la sexualité des personnes en situation de handicap existe, et est aussi riche que peut l’être celle d’une personne valide.

Lyric Seal, acteurice chez Crash Pad Series en est le parfait exemple ! Iel se décrit comme « Lae Lana Del Rey noir· e, queer et handicapé·e » ( « The black, queer, disabled Lana Del Rey »). Son fauteuil roulant est visible dans tous ses films, et les positions adaptées à son handicap. En bonus, iel donne des conseils liés au sexe avec un handicap sur le blog de Crash Pad.

Lyric Seal ne tourne pas avec des hommes cis, et veut montrer que tout type de sexualité est possible avec un handicap, visible qui plus est. Dans une interview pour QueerpornTV, iel enfonce le clou en affirmant que son travail est directement destiné aux personnes en situation de handicap, pour que tout le monde ai une chance de se retrouver dans le porno.

Vous pouvez retrouver ses films sur le site de the Crash Pad Series.

Marie-Léa Kinka

Et en France alors ? Parce que non, les pays anglophones n’ont pas le monopole du porn de qualité !  Performeuse également en fauteuil roulant, Marie-Léa Kinka a fait ses débuts à la cam sur Eurolive. Ses shows ont été gratifiés d’un EroAward en tant que « Best western european model ». Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, elle est également nominée cette année dans la catégorie « Most voted award ».

marie lea kinka camgirl paraplégique

Nous l’évoquions plus haut, le porn avec des personnes handicapées est trop souvent considéré comme un genre particulier. Par conséquent, voir des personnes en situation de handicap dans une production mainstream est rare. Mais Marie-Léa Kinka n’est pas du genre à laisser les clichés dicter son activité ! En mai dernier, elle a annoncé la sortie de son premier film, « Leah, 40 ans Camgirl et Paraplégique », produit par Math Hadix. Malheureusement, toutes les plateformes auxquelles le film a été proposé l’ont décliné. La raison est intrinsèquement validiste. Son film reste néanmoins disponible au format DVD, via son pot commun.

Tous les espoirs de voir Marie-Léa Kinka dans une production mainstream ne sont cependant pas morts, puisqu’elle a teasé dernièrement une éventuelle collaboration avec une production française.

Ces trois performers nous montrent que le handicap n’est pas un frein à une sexualité épanouie, pas plus qu’à une carrière dans le porn. Mais leur manque de visibilité reflète l’éternel problème de la diversité de l’industrie, tout particulièrement dans le mainstream. Continuons à leur donner de la visibilité et du soutien pour changer les choses !

Image en une Lyric Seal et Jiz Lee dans Going Here
Cet article est possible grâce à la contribution de Mathieu sur notre cagnotte Ulule, merci !

'

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire