Censure Instagram et Shadowban : « De l’art de persévérer »

Ce matin, j’ai ouvert Instagram et j’ai fait comme d’habitude : j’ai scrollé. Mais ces derniers jours, je ne tiens pas plus de dix secondes. Trop de publicités, pas d’inspiration. Mon cerveau n’arrive tout simplement plus à suivre. Les rares personnes qui m’enthousiasment peinent à apparaitre dans mon feed, alors je dois aller les chercher dans la barre de recherche, une par une. Depuis peu, je me rends compte que je loupe beaucoup de leurs posts, et mes publications, elles, ne sont plus du tout aussi populaires qu’avant. C’est simple, mon audience a chuté de plus de la moitié. La faute à cette nouvelle politique d’invisibilisation des posts “vaguement inappropriés” lancée par Instagram ces derniers jours.

Alors, c’est évident qu’en écrivant une tribune sur le sujet de la censure en décembre dernier je ne m’attendais pas à révolutionner le monde d’InstaFacebook. Je voulais surtout marquer le coup, rendre visible une problématique dont personne ne parlait haut et fort en France à ce moment-là (depuis il y a eu des articles, des pétitions, etc.). Mais quel est l’intérêt d’avoir un compte actif si l’audience s’en trouve limitée par la plateforme ? Et surtout, qui est dans le viseur concernant cette pratique du shadowbanning ? Un article intéressant rend compte d’une vérité : c’est encore une fois la communauté des sexworkers qui en pâtit. (Attention, je ne dis pas que seul·e·s les travailleurs·ses du sexe sont ciblé·e·s. Mais il est important de rendre compte des dommages subis par les acteur·ices de l’industrie du sexe, car ils fragilisent une communauté déjà stigmatisée à travers le monde.)

En effet, j’ai conversé avec des collègues du milieu porn et je sens une vraie lassitude, parfois un sentiment d’échec et de honte. Oui, c’est un sentiment étrange que de se sentir exclu·e d’un réseau social. On se sent un peu bête face à son téléphone, à réclamer à qui nous lit un peu d’attention et de soutien. Bien sûr, on se répète que ce n’est pas la vraie vie, qu’après tout, on s’en fiche, qu’on peut exister autrement. Malheureusement, quand les réseaux sociaux choisissent de nous bannir, c’est un message fort et politique qu’ils nous envoient : DÉGAGEZ !

Ajoutez à cela les nombreuses communautés de haters qui se donnent pour mission de nous harceler, dénoncer, sauver parfois (de qui, de quoi, on se le demande). Il faut l’admettre : certaines personnes en ont après nous, car nous représentons le mal et ça, ça pèse sur le moral (et sur la création).

La loi américaine de 2018 SESTA/FOSTA est en partie responsable de tous ces maux et il est clair que nous sommes pour l’heure en position de faiblesse. Pour autant, il me paraît impensable de baisser les bras. Comme un ami me l’a fait remarquer “nobody cares if you don’t go to the party” (tout le monde s’en fout si tu ne viens pas à la fête »). C’est mon sentiment. À la fois, je me sens désintéressée de cette lutte perdue d’avance et puis… je veux continuer à occuper le terrain, transmettre ma pensée à travers mon travail, donner du fil à retordre aux haters et autres abolitionnistes hystériques, et surtout, préserver ce lien si fragile qui nous lie entre collègues putes.

Pour autant, il faut pouvoir réfléchir à d’autres espaces de visibilité et savoir aussi les créer.

Ici, déjà, sur Le Tag Parfait, s’ouvre une nouvelle rubrique, consacrée à l’art porno, aux œuvres dont Instagram ne veut pas, produites par des TDS et des allié·es. Le principe est simple, vous pouvez envoyer à la rédaction une photo, illustration, série d’images qui ne passent pas sur les réseaux ([email protected]).

Ainsi, on permettra à ces œuvres d’exister et d’être visibles.

N’abandonnons pas !

'

2 commentaires Voir les commentaires

  • Super idée :)

  • Je rajouterai un point important c’est qu’une partie de notre clientèle se trouve sur les réseaux sociaux !
    Comment se faire connaitre et donc potentiellement avoir des clients, donc manger, donc vivre si les réseaux nous claquent la porte au nez ?

    Deuxième remarque YOUTUBE

    Pour ma part je tiens une chaîne youtube qui parle de sexualité, de sextoys et d’érotisme.
    Il n’y a bien sur jamais de nudité.
    La chaine est purement informative et surtout la plus décomplexé et généraliste possible.
    Au vu des mails que je reçois la chaîne ou du moins plus de chaines (il y en a très très peu) sur la sexualité sont vraiment nécessaires.
    Bien sur ma chaine à une restriction d’âge et n’est pas monétisée.

    Pourtant systématiquement je me fais striker et shadowban sans parler des suppressions de vidéos et playlist.
    Chaque fois que j’interroge la team des youtube creator la réponse est la même :
    c’est la politique actuelle de ne pas favoriser le contenu pouvant choquer le plus grand nombre

    En dehors de mon cas particulier c’est donc aussi l’éducation à la sexualité plurielles que ces politiques touchent et pour moi c’est encore plus grave que la stigmatisation d’une CSP.

    Pour ce qui est de la résistance … je suis bien d’accord avec toi un combat perdu d’avance. Perso je continue tant que je peux, sans résister, juste en essayant de me glisser entre les mailles du filet et quand ça le fera plus ben … bye bye le numérique
    Longo maï à toutes et tous et vive l’internet libre !

Laisser un commentaire