Quoi de neuf dans le porn ? #95

C’était la semaine du Porn Film Festival de Berlin. Cet événement est l’un des plus importants sur la scène porno indépendante et alternative européenne. Les pornographes, vidéastes, performeur·euses, réalisatrice·eurs et tout ce qui se rapproche des enthousiastes d’un X travaillant pour plus d’inclusion, de représentation diversifiée tant des corps que des sexualités, se sont retrouvés au Moviemento pour prendre la température de la création artistique de ce milieu. Au-delà de la compétition et de la présentation de dizaines de métrages différents, les protagonistes de cette scène ont socialisé et bossé ensemble. Les tournages, les séances photo furent nombreux. Une belle émulation qui fait plaisir à voir, visible principalement sur le Instagram (d’où l’intérêt de nous suivre sur ce réseau, on partage ce qui se passe sur les comptes du cul).

Pourtant Instagram déteste le porno et la nudité, qui souvent l’accompagne. Toujours plus de comptes se font supprimer pour des raisons obscures, mais probablement suite à une dénonciation qui a abouti. Pourtant, la nudité n’est pas toujours censurée. Le profil d’Allison Parker, modèle d’un autre plan astral (dont le Snapchat Premium est remarquable, paraît-il), ne se fait pas supprimer, difficile de comprendre la logique derrière les bans. Les grands mystères du Net.

___________________________

Le PFF Berlin n’a pas le meilleur CM du game, c’est un fait. On va donc plutôt partager ce qui se passe ailleurs.

On préfère les tweets de Paulita Pappel qui fait partie de l’équipe du festival.