Pornhub Premium, un grand pas vers une offre porno parfaite

Les offres de SVoD dans le porno sont aussi vieilles que Netflix, il faut remonter en 1999 pour voir les premières plateformes porno proposer du contenu illimité contre un abonnement mensuel (ou « à la minute »). Malheureusement, qu’ils s’appellent Videobox, SkweezeMe (rip), Adult Rental ou Xillimité, aucuns de ces sites n’a réussi à convaincre le grand public comme le géant américain a su conquérir les foyers. Les raisons sont simples. Face aux tubes gratuits, les consommateurs n’avaient pas vraiment d’intérêt  de payer pour des offres plus limitées et une expérience utilisateur (très) décevante. Seuls les fans de certaines productions pouvaient y trouver leur compte.

Depuis 3 ans, Pornhub s’acharne à mettre en avant – sur la majeure partie de ses plans de communication – son offre premium. Le site est truffé de publicités pour ce service…que peu de gens semblent finalement vraiment connaître. Pourtant, les habitués du site ont certainement dû voir apparaître de plus en plus de petites étoiles noires sur les vignettes, symbole d’une vidéo uniquement accessible avec un compte payant. Ont-ils poussé l’expérience jusqu’à s’abonner ? Le porte-parole du site nous parle de plus de 2 millions d’abonnés sans préciser le nombre d’utilisateurs actifs. Il était donc de mon devoir de fappeur de tester à nouveau l’offre.

La mise-à-jour d’une offre prometteuse

J’avais donc laissé Pornhub Premium en 2015 sur une bonne impression mais un manque flagrant de contenu et une façon très pénible de se désabonner. Entre temps, le site en version gratuite a changé sa homepage – dorénavant conçue comme une curation en temps réel des vidéos selon des critères assez malins –, introduit un algorithme de recommandation plus pertinent et surtout réussit le pari assez fou d’attirer sous son aile la sphère porno indépendante.

Si y’a la petite étoile, c’est que vous êtes sur du contenu premium. Ici mes chouchous de Strapless Dildo

En reprenant un abonnement à 9,99 € par mois, au premier abord, rien de nouveau. On retrouve une offre hybride qui vous permet de vous balader dans l’intégralité du site, sans publicité et sans avoir à switcher d’une zone à l’autre du site. Les vidéos qu’elles soient promotionnelles, issues du Pornhub Model ou Premium sont accessibles de la même façon. Seuls des petits macarons de couleur vous indiquent la nature de leur emplacement.

La résolution des vidéos monte parfois jusqu’à 4K et la qualité globale du site n’est plus bridée à 720p, ce qui est appréciable quand vous voulez admirer les courbures de Claudia Class en HD. Le contenu Pornhub Gay Premium est également accessible avec le même abonnement (ce qui n’était pas le cas pour Adult Rental par exemple). Petite nouveauté, le contenu VR fait aussi son apparition et part concurrencer les « Netflix du porn VR » qui fleurissent actuellement.

Lana Rodes en 4K devrait rapidement vous faire oublier l’internet de 2007

Au niveau de la recherche, le contenu spécifique à l’offre payante peut-être très rapidement sélectionné, une astuce toute simple qui change tout. Vous gardez votre usage habituel de recherche par tag, studio ou actrices, puis vous pointez le contenu premium qui vous plaît. Du coup, vous fappez sur du contenu légal, en entier, en qualité maximale avec une bonne réactivité du streaming. Petit plus et pas des moindres : on peut enfin arrêter son abonnement en un clic.

Jusqu’ici, rien de très neuf,  mais attendez.

Un contenu riche, varié et sans publicité

Si je m’abonne à une offre premium, ce n’est pas pour avoir des fonds de catalogue en bonus. La puissance de Netflix est justement de pouvoir proposer un contenu exclusif de grand qualité. Sur Pornhub Premium, n’attendez pas encore d’avoir l’équivalent de Breaking Bad ou de Narcos sur le site, mais vous pourrez accéder à un catalogue de plus en plus massif issu de studios très variés et vraiment nombreux. Suffisamment important pour m’avoir enfin convaincu.

Chacun son fap, mais le mien se dirige à peu près partout. J’aime passer de Kink, à du porno indépendant, rebondir sur les boules des actrices chez Jules Jordan, faire un tour de pegging chez Lance Hart, collectionner les vidéos de Krissy Lynn, me rincer l’oeil chez Strapless Dildo puis finir dans une mare de squirt chez Girlsway. C’était sur ce point, le principal défaut de Adult Rental. Si vous étiez fan de gonzo, c’était la Mecque, sinon vous risquiez d’être déçu.

Aperçu de la chaîne premium de Owen Gray

Sur Pornhub Premium, vous accédez en moyenne à 50 et 100 scènes complètes par studio. Si vous aimez la diversité c’est largement suffisant car avec plus de 1000 studios déjà présents, vous aurez du mal à en voir le bout. Si vous rajoutez à ça les millions de vidéos disponibles sur le site (promotionnelles, issues de Pornhub Model ou… volées), vous avez devant vous l’offre plus complète disponible sur internet avec un prix aligné sur la concurrence mainstream (Netflix, Spotify, YouTube Red, Prime Video…).

Et si vous n’en n’avez jamais assez et que vous êtes riche, vous pouvez également vous abonner (par mois ou à vie) à du contenu partenaire de certains studios : Digital Playground, Hentai Pro, Brazzers, Fake Taxi… Et si vraiment, mais alors vraiment vous en voulez encore plus, vous pouvez aussi accéder à la VOD (sous forme de crédits) de certains partenaires (New Sensations, Team Skeet, Digital Sin…). Difficile de faire plus complet.

Une formule pour séduire l’industrie

Si Netflix dépense une somme folle en production et en achat de droits, pour Pornhub, à part quelques fonds de catalogue qu’ils acquièrent de temps à autre, c’est à travers un partage de revenu qu’ils arrivent à attirer ces studios.

A droite les avantages du programme Viewshare en version premium. A gauche le programme partenaire pour la partie gratuite du site.

A l’image du Pornhub Model, le site propose aux studios et créateurs un partage des revenus au nombre de vues générées sur la partie premium (le  programme viewshare). Avec un RPM (revenu pour 1000 vues) d’environ 45 dollars en 2017, Pornhub se targue d’être le site le plus généreux de l’industrie. Un taux qui est environ 70 à 100 fois plus important que celui pratiqué sur la version gratuite du site (financée par la publicité), qui tourne entre 0,35 et 0,70 $ pour 1000 vues.

Ce taux élevé fait qu’un studio qui n’a pas beaucoup de vues peut quand même espérer gagner des sommes intéressantes comparé au nombre d’utilisateurs actifs du site. Après avoir attiré la sphère indépendante et les modèles (parfois très engagés, comme Janice Griffith), c’est au tour de certains studios à première vue hostiles à la marque de rejoindre le programme : Jules Jordan, Jacquie et Michel, TrenchcoatX, Sweet Femdom…

Vers l’offre parfaite ?

Publicité de 2015 qui prend tout son sens en 2018

Une expérience utilisateur très agréable, du contenu varié, de qualité et en (full) HD, de la VR, pas de pub, un abonnement de seulement 9,99 € par mois, une rémunération intéressante pour les studios…Serions-nous face à l’offre porno la plus aboutie du moment ? Vous allez sans doute croire qu’à force de parler de Pornhub, ils ont fini par nous racheter, mais je vais être très honnête avec vous : après 2 mois d’utilisation, oui, c’est la meilleure offre porno que vous trouverez sur Internet. N’en déplaisent aux grincheux qui voient dans le streaming le bouc émissaire des maux de notre société…

Il va falloir s’habituer à voir Pornhub dans le paysage du fap pendant encore très longtemps. Doit-on cracher dessus quand ils apportent le site qu’on attendait depuis si longtemps ? Devenu à la fois le Youtube et le Spotify du porno, Pornhub Premium n’a pour le moment aucun concurrent sérieux. Il manque juste la création de contenu unique et original pour rendre l’offre vraiment parfaite.

Je n’ai qu’un seul conseil à vous donner, goûtez-y.

Porno Français

4 commentaires Voir les commentaires

  • T’as oublié de dire qu’ils ne considèrent pas ta boites mail comme une décharge à spam.
    Par contre j’aimerai un lecteur de flux direct dans une colonne histoire qu’une fois connecté nous n’ayons pas à devoir naviguer dans les menus.
    Et aussi il me met le site direct en français et en français il n’y a pas de trad pour #curvy :(

    • C’est vrai, ils sont soft, c’est cool.

      La traduction (le forcing…) pour le français est chiant oui. Pour le flux, je suis pas trop d’accord, ça pousse à fond le premium, si bien qu’on perd vite le contact avec la zone gratuite (et la home est assez chamboulée)

  • Petite question. Est-ce uniquement du streaming ou peut-on télécharger les vidéos pour pouvoir ensuite les regarder sur sa TV ? Et si oui sous quel format ?

Laisser un commentaire