Reddit, Pornhub, Twitter : vers la fin du fake porn ?

Le fake porn, ou face swap porn, objet de toutes les angoisses et de toutes les problématiques éthiques, va-t-il tirer sa révérence une bonne fois pour toutes ? De nombreux sites et réseaux sociaux semblent faire le nécessaire pour que ce soit le cas. Voyez plutôt.

Gal Gadot, victime matricielle.

Il est trop tôt pour décocher un « hasta la vista », mais n’empêche : depuis hier, plusieurs grands acteurs du web ont décidé de bannir le fake porn, ce mix entre montage obscène et intelligent artificielle, viralisé sur le forum Reddit. Marchant sur les pas de Discord, Gfycat et Imgur, Pornhub affirme en interdire l’usage sur sa plateforme. Ce type d’images, susceptibles d’attiser le revenge porn, violerait le consentement et les conditions d’utilisation du tube. Il est aujourd’hui conseillé aux utilisateurs de signaler sa présence. S’ensuivit l’initiative de Twitter, épousant la même démarche. Le site de microblogging aime à rappeler que le fake porn viole le respect de la vie privée. Comme nous le précise le Financial Times, le réseau-zoziau est bien décidé à bannir tout compte divulguant de telles vidéos, nuisibles à l’intimité de la personne.

Il n’a pas fallu longtemps pour Reddit, lieu matriciel du barouf, marche sur les pas de ses prédécesseurs, détaille la BBC. Ont été supprimés sur le forum les fils de discussion consacrés au fake porn. Associé à la catégorie « pornographie involontaire« , l’émergence du fake porn a incité Reddit à complexifier son règlement, précisant « l’interdiction de la diffusion d’images ou de vidéos montrant n’importe quelle personne nue ou engagée dans un acte sexuel apparemment conçues et diffusées sans leur permission, y compris des représentations qui ont été manipulées« .  On ignore si l’utilisateur /r/deepfakes, à l’origine du code en open source qui donnât lieu à ce microphénomène, sera banni ou non. La mise en ligne de l’application FakeApp, la recrudescence de la communauté de DeepFakes (dépassant le pic des 100 000 abonnés comme le précise Gizmodo) et la médiatisation du fake porn a du faire l’effet d’un électrochoc pour engendrer ces démarches successives de la part des sites-mastodontes.

Mais, comme on le sait tous, la logique du « Internet is for Porn » a la dent dure, surtout sur le web communautaire. Le look a like porn a-t-il vraiment dit son dernier mot ?

Le « Nicolas Cage Fake », envers positif du phénomène.

Porno Français

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire