Doc Johnson sponsorise un documentaire sur la masturbation

Doc Johnson est en train de fêter ses 40 ans. La boîte de sextoys californienne est l’un des plus gros acteurs de son domaine : sur son site officiel, elle revendique plus de 500 employés. Visiblement, les affaires se portent bien pour le géant des jouets pour adultes. Cette bonne santé est d’autant plus manifeste que Doc Johnson a décidé de sponsoriser la tournée de projection de Sticky : A (Self) Love Story, un documentaire qui combat la stigmatisation de la masturbation.

Sticky : A (Self) Love Story sera diffusé dans tous les Etats-Unis. Ce mardi 24 mai, il est projeté au Museum of Sex de New York ; le 30 juin prochain, le documentaire pro-fap finira sa tournée au TLC Chinese Theater de Los Angeles. D’une côte à l’autre, ces séances seront accompagnées par des conférences de presse, des séances de questions-réponses, des invités surprises et des paquets-cadeaux de produits Doc Johnson – évidemment.

“Doc Johnson soutient ce film depuis longtemps, a indiqué le directeur créatif et directeur des opérations du fabricant de sextoys Chad Braverman. Nous avons accueilli le réalisateur, Nicholas Tana, dans notre émission de radio il y a plusieurs mois – et nous allons continuer à le soutenir alors qu’il gagne en popularité au fil de cette tournée.” On espère que la reconnaissance sera au rendez-vous. Si Sticky : A (Self) Love Story est apparu à de nombreuses reprises dans la presse américaine, notamment dans Salon, Newsweek et The Daily Beast, son manque de popularité réelle est éclatant sur les sites de critique cinématographique : cinq votes sur IMDb et aucun sur Rotten Tomatoes. En 2016, il faut le faire.

Les Français qui souhaitent visionner le documentaire de Nicholas Tana pourront le retrouver en VOD sur Vimeo, iTunes, Google Pay, Vudu et même sur Xbox One. Les plus fervents supporters de la masturbation pourront même s’offrir un sac, un tee-shirt ou une gourde aux couleurs Sticky : A (Self) Love Story sur son site officiel

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Les commentaires sont clos pour cet article.