La Règle 34 est-elle en train de mourir ?

Le 6 avril dernier, le Washington Post s’est interrogé sur la bonne santé de la Règle 34, cette fameuse loi du web qui veut que tout ce qui existe dispose d’une variante pornographique. A en croire le noble quotidien, les mutations des méthodes de consommation du X en ligne auraient déjà commencé à effriter ce pilier de la culture Internet. L’expert en neurosciences computationnelles et expert de la pornographie numérique Ogi Ogas acquiesce : “Je pense que nous assistons à la mort de la Règle 34. Si vous voulez la trouver, elle est là. Mais ça a arrêté d’être facile.”

D’après le Washington Post, les doppelgängers pornographiques de vos dessins animés d’enfance s’enfoncent de plus en plus dans les profondeurs du web. Les responsables de cette inexorable inhumation seraient les tubes : “La plupart de ces sites recommandent et promeuvent des catégories spécifiques, ce qui conditionne la manière dont nous parlons de sexualité, écrit la critique Caitlin Dewey. Ils décident d’enterrer certains contenus et d’en promouvoir d’autres, un peu comme Amazon ou Netflix.” Accompagnées d’une flopée de recommandations crachées par des algorithmes, ces petites lubies des tubes couperaient court à tout élan de curiosité pornographique.

reifaggetout

L’autre assassin de la Règle 34 serait sa réputation. “Si vous mettez “Porno squelette” ou “Directeur de funérarium sexy” ou “Histoires érotiques à propos de pommes de terre cabossées” dans Google, vous aurez des résultats, explique Ogi Ogas. Mais en général, nous ne passons pas notre temps à chercher ce genre de choses.” Le pilier du web serait une blague avant d’être un support masturbatoire. Et comme toute bonne plaisanterie, il subirait de plein fouet les outrages du temps.

On comprend mal comment Caitlin Dewey a pu arriver à de telles conclusions. La critique culturelle spécialisée dans le web n’y traîne sans doute pas beaucoup ; sur la toile qui grouille, la Règle 34 est plus vivace que jamais. La très active catégorie “Adults comics” de 4chan lui est presque exclusivement dédiée. Sur l’imageboard libre 8chan, la division /rule34/ est plus fournie que celles qui traitent de Star Wars, de cinéma, de littérature ou de technologie. Plusieurs sites sont même réservés à la fameuse loi : Rule34.paheal.net et Rule34.xxx comptent respectivement 1,5 et 1,8 millions de contributions. Ca fait beaucoup d’efforts pour une simple blague.

porn12f-1-web

Il n’est même pas nécessaire de fréquenter ce genre de recoin du web pour comprendre que la Rule 34 n’a pas fini de frétiller, y compris dans le porno mainstream. Qui a oublié SpongeKnob SquareNuts, la parodie porno de Bob l’éponge signée Woodrocket ? Ou celle d’Adventure Time ? Sans oublier le récent engouement autour de Star Wars, le remake gay de Batman vs Superman et la dernière bêtise de Hustler, qui dévoilera bientôt un film porno intitulé The Donald. Son héros : Donald Trump, sous les traits d’Evan StoneEn clair, la Règle 34 n’a pas fini de corrompre vos souvenirs.

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire