LA FAPLIST #6

Après des vacances bien méritées à se tordre le coup pour tenter de fapper sur un portable trop petit, on peut enfin retrouver le luxe d’un écran digne de ce nom. Cette faplist n’est pas très audacieuse mais elle a le mérite de mettre en avant le mainstream et devrait également plaire aux amateurs du rayon appareil photo de la FNAC. Au menu, du Dorcel de qualité, de l’interracial léché, le roi de l’obsession et mais aussi un film à petit budget en provenance de l’âge d’or du porn 70s.

On en profite aussi pour vous dire que vous pourrez retrouver le meilleur de la faplist tous les premiers samedi du mois chez nos amis du Journal du Hard nouvelle mouture ; ça s’appelle le HOT TOP et c’est présenté par le sémillant Sébastien Thoen.

Evil Angel : Focused #8 (John « Buttman » Stagliano)

focused8stagliano

John « Buttman » Stagliano est le plus grand génie du porno gonzo, personne n’arrive à sa cheville à part sans doute ses nombreux disciples. John a des obsessions merveilleuses : les culs et le teasing. Alors comme il est sympa, il compile tout ça dans des DVDs (ou scènes à part) bien fournis. Ça s’appelle tout simplement « focused » et on est déjà au volume 8. Dedans, on focalise sur l’excitation, on fourre son nez entre des culs moulés dans leur legging, on fait du close-up de dingue, du « walking butts », des seins, des orgasmes, des gaps, la vie ouais ! La putain de vie qui s’expose en HD devant ta poire. 8 volumes de 400 minutes, y’a de quoi fapper jusqu’au sang.

Lialeh (Barron Bercovichy)

La Fap List est le meilleur du fap et on sait que regarder un film de A à Z n’est pas vraiment votre truc (nous non plus). Par contre, si vous voulez un peu changer vos habitudes, on vous conseille de jeter un œil sur le « classic 70s porno » Lialeh dont la BO composée par l’influent batteur Bernard Purdie est vraiment exceptionnelle.

Réalisé avec très peu de moyens mais avec un scénario assez solide qui suit l’ascension d’une chanteuse de nightclub, Lialeh alterne comme dans une comédie musicale porn, morceaux, scènes et sexe. Assez court, il se regarde à plusieurs avec les enceintes à fond. Possible qu’il vous donne des idées salaces, possible aussi que votre copine se retrouve à s’amuser avec votre meilleur pote pendant que sa copine vous regarde d’un air insistant. Nous ne sommes en aucun cas responsables de ce qui arrivera, vous êtes majeurs.

Dorcel Luxure : Anissa Kate Offerte (Hervé Bodilis)

Anissa Kate Offerte

Les vieux lecteurs du Tag et les râleurs du fond affûtent déjà leurs armes et préparent leurs plus cinglants commentaires : « Quoi du Dorcel sur le Tag ? mais arrêtez-le ! cet homme est ivre ! ». Personne ne boit au bureau en dehors des horaires d’ouverture et quand on aime un truc, on ne s’en cache pas. On n’a jamais été très touché par l’attitude dorcelienne qui consiste à feindre l’excitation en caressant d’un doigt ganté un téton qui s’ennuie, on n’a jamais compris pourquoi ils faisaient ça, donc on passait généralement notre chemin.

Pour autant Hervé Bodilis, le réa maison, a commencé depuis qu’il a troqué sa caméra pour un rutilant réflex numérique à remonter la pente esthétique et attirer notre attention. Dans ce porn issu de la série Luxure, notre star internationale Anissa Kate montre à un Pascal Saint-James droit dans ses bottes que la cuisine chez elle est avant tout un don de soi et du corps. Pervers et classe à la fois.

Et pour ceux qui ont été séduit par cette scène, on retrouve le même concept en plus « classique » à la sauce Dorcel Chic dans L’éducation d’une jeune soubrette.

Blacked : First Interracial for Beautiful Blonde with Milky Skin

blacked.Com

Dans la liste des gifs qu’on a pondu avant de partir en vacances sur notre tumblr, ceux en provenance du studio Blacked ont plutôt bien marché. La raison va au-delà du marketing racial du studio car force est de constater qu’ils ne s’appuient pas uniquement sur ça pour tourner des bons porns. L’esthétique est raffinée, l’ambiance est douce au début sans être chiante et on est bien en présence d’une belle source de gifs : contrastes saisissants, variation dans les volumes, ralentis bien sentis, propositions de porns efficaces. Ici Taylor White tourne dans sa première scène « interraciale » avec Rob Piper (élu meilleur newcomer aux Xbiz Awards 2014) et c’est bon comme un Oreo.

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire