Les Netflix du porn. Xillimité VS SkweezMe : le match

Il en a fallu du temps avant que l’industrie du porn commence (enfin) à comprendre que l’ultra-domination des tubes dans le porn n’était peut-être pas qu’une menace pour eux mais aussi un signe qu’il fallait commencer à adapter son modèle vieillissant. Avec comme modèle le succès triomphant de Netflix (plus de 50 millions d’utilisateurs, 4,3 milliards de chiffre d’affaires en 2013 pour un prix de 7,99 $/mois à ses débuts, 8.99 $ maintenant), le porn en ligne est peut-être en train de prendre un nouveau tournant.

xillimite

CONTRE

skweezme.com

Quasiment 8 ans après l’arrivée de Pornotube et de Youporn, l’industrie se décide enfin à développer un système de SVOD (vidéo à la demande avec abonnement). Ceux qu’on appelle pour le moment les “Netflix du porn” sont seulement deux à se lancer dans l’aventure (en attendant que le géant MindGeek se réveille) : d’un côté le champion européen Dorcel avec Xillimité, de l’autre SkweezMe (par les fondateurs du studio Monarchy Distribution). L’occasion pour nous de confronter les deux services dans un match sans merci. Sortez la pizza et les binouzes, le match commence.

Le concept

Que ce soit chez Xillimité ou chez SkweezMe, le service est le même. Comparable à la version SVOD de Netflix disponible depuis 2010, il donne un accès illimité à un catalogue vidéo contre une somme modique. Vous vous demandez sûrement pourquoi il a fallu attendre si longtemps pour que l’industrie du porn décide ENFIN d’adopter ce modèle qui semble être LA solution parfaite pour les fappeurs ? La raison en est avant tout économique. Le porn est une industrie ultra-pragmatique qui cherche avant tout le profit maximum. Les principaux studios du milieu ne souhaitent donc ni partager leurs revenus avec leurs concurrents, ni se contenter – pour le moment – de petites miettes.

GIMPED breaking Bad on Netflix snapshot

Netflix souffre d’ailleurs du même problème et doit faire face à la réticence des studios à proposer du contenu sur sa plateforme. Pour contrer ce problème, ils ont trouvé une astucieuse parade en créant eux-mêmes du contenu premium. C’est ainsi que les séries Houses Of Cards et Orange Is The New Black ont pu voir le jour et attirer d’autres séries comme Breaking Bad, Mad Men ou Walking Dead dans leur catalogue. Si Netflix n’est pas encore un modèle de rentabilité financière, il n’en reste pas moins un succès populaire et une avancée importante dans la manière de consommer des films et des séries (on parle même de binge-watching). Gageons que ce succès sera le même dans le porn.

Le prix

• SkweezMe propose 4 tarifs différents sans engagement avec un système de crédit journalier (1 crédit = 24h d’utilisation), à respectivement 2,97 $ (2,17 €) pour 3 crédits, 9,40 $ (6,86 €) pour 10 crédits, 26,73 $ (19,53 €) pour 30 crédits et enfin 86,65 $ (63,31 €) pour 90 crédits. Il n’y a pas de modèle d’abonnement mensuel.

SkweezMe-signup

• Xillimité propose un seul tarif de 9,99 € mensuel sans engagement.

xillimite-signup

Si le système par crédit proposé par SkweezMe peut-être intéressant si on ne fappe pas tous les jours, il revient tout de même deux fois plus cher que Xillimité. Pas besoin de Goal Line Technology ici, Dorcel marque donc un premier but, net et précis.

Xillimité 1 – SkweezMe 0

Le catalogue

• Xillimité se base sur une partie du catalogue de Dorcelvision, la plateforme VOD de Dorcel, on retrouve évidemment la plupart des studios français distribués sur la plateforme (sauf les sorties les plus récentes) : Dorcel, JTC, Fred Coppula, J&M… mais aussi une partie intéressante de studios internationaux comme Elegant Angel, Wicked, Evil Angel, Harmony Films, New Sensation, Hard X / Erotica X. Malheureusement dans des proportions vraiment différentes.

elegant-angel

Si le catalogue chez des studios comme Elegant Angel, Sweet Sinners ou Wicked est plutôt étoffé, il est quasi inexistant chez Evil Angel ou Vivid. Le studio Digital Playground, pourtant très bien représenté sur Dorcelvision, demeure tout simplement absent de Xillimité. Un peu triste. Enfin, pour parler plus concrètement en prenant 4 fiers représentants du porn mondial, vous trouverez sur Xillimité à l’heure actuelle 18 films avec Alexis Texas, 8 avec Sasha Grey, plus de 70 avec Manuel Ferrara et une cinquantaine avec James Deen. A noter que du contenu gay est aussi disponible, une centaine de films principalement via le studio Body Prod (Hervé Bodilis).

• Pour le moment, SkweezMe n’a qu’une seul studio reconnu, Harmony Films (équivalent de Dorcel chez nos amis anglais), quelques films classiques à travers Vcx Pictures et surtout du fond de catalogue via Acid Rain / Demolition ou Combat Zone. Ce qui donne un catalogue vraiment faiblard, qui perd même face aux versions premium des tubes qu’on retrouve souvent pour 29,90 $ par mois (xHamster ou Pornhub par exemple). Concrètement : aucun film avec Alexis Texas, 1 seul avec Sasha Grey, aucun avec Manuel Ferrara, ni James Deen. Aucun contenu gay ou trans également. On se demande franchement sur quoi on doit fapper.

feature-films

Le résultat est sans appel, c’est une nouvelle fois pleine lucarne pour la version de Dorcel. Par contre, où sont les autres studios ? Pourquoi Digital Playground n’est pas représenté contrairement à Dorcelvision ? On siffle également une faute : les versions doublées en français pour du porno américain chez Dorcel, c’est sans nous les gars, proposez donc les deux versions !

Xillimité 2 – SkweezMe 0

Le design

Relativement épurés, simple d’utilisation, sobres, en responsive design et compatibles multi-supports, les deux concurrents remplissent tranquillement leur cahier des charges. C’est perfectible mais ça reste tout à fait honnête. Un but chacun, pas de jaloux comme à l’École des Fans.

Xillimité 3 – SkweezMe 1

L’expérience utilisateur

On retrouve des deux côtés un moteur de recherche plus ou moins efficace, une recherche par catégories (ou tags), par acteurs ou actrices. Xillimité propose en plus une recherche par studios (ce qui n’est franchement pas un luxe). Chacun propose une mise en avant par popularité, par date d’ajout ou par acteurs. Rien de très innovant au fond. Xillimité s’en sort globalement mieux en proposant un système de playlists, un historique, des bandes annonces et une preview via la timeline des films. SkweezMe est plus agréable à utiliser quand on est dans un film avec son player plus grand et le résumé sur la droite (en bas chez Xillimité).

dorcel-timeline

Xillimite : sobriété

On peut aussi noter que la qualité globale des films est souvent meilleure sur Xillimité (on atteint parfois le full HD alors que SkweezMe peut très bien vous faire passer du 360p pour du 720p…) et que le temps d’accès au streaming est équivalent chez les deux : il faut compter un petit temps de latence sur une connexion ADSL classique. Globalement, rien de transcendant, on est face à un jeu honnête qui pourrait grandement être amélioré par petites touches.

SkweezMe-movie

SkweezMe : synthétique

Xillimité marque donc une nouvelle fois sur une action collective mais se prend comme son adversaire un sévère avertissement par l’arbitre du match, c’est-à-dire nous. Ni l’un, ni l’autre, n’a retenu la leçon des tubes : proposer des scènes et non des films. D’ailleurs qu’est-ce qu’un film dans le porno si ce n’est à 95 % une succession de scènes sans aucun rapport entre elles ? Quel intérêt de proposer un “film” de plus de 3h si aucun chapitrage n’est disponible ? Si on cherche une scène avec une actrice en particulier, comment fait-on pour la trouver sans scroller bêtement la timeline du “film” ? On hallucine un peu.

carton-jaune

Au-delà du caractère assez énervant de la pratique (on se croirait revenu au temps de la VHS), on peut s’interroger sur un modèle de consommation de masse qui rejette notre façon de consommer du porn. Il est important d’insister sur le terme “consommation” car il correspond à notre façon de regarder du porn : il est fonctionnel, pratique, excitant, on ne passe pas des heures à analyser la qualité des plans. Si le gonzo a triomphé et représente la quasi-totalité du marché, ce n’est pas seulement parce qu’il coûtait moins cher à produire, c’est aussi parce qu’il correspondait à l’attente du public. Qui dit gonzo, dit scène. Les tubes l’ont bien compris, pourquoi ces sites ne suivent pas cette tendance ?

On espère que les “Netflix du porn” comprendront cette nécessité de proposer du contenu par scène quand ils feront évoluer leur service, c’est pour le moment un vrai point noir. Carton jaune pour les deux et si on essaye de nous expliquer que c’est mieux ainsi, on n’hésitera pas à dégainer le rouge.

Xillimité 4 – SkweezMe 1 

Accessibilité du service

Les deux services sont accessibles partout dans le monde mais Xillimité n’est disponible qu’en langue française, ce qui est un frein énorme à sa croissance, sachant que la langue française représente à peine 3 % du web. De plus, pour taper “rimjob” dans un moteur de recherche pas besoin d’être bilingue, c’est de la culture globalisée. But sur coup de pied arrêté pour SkweezMe dans les arrêts de jeu. Xillimité de Dorcel remporte le match 4 à 2 !

Xillimité 4 – SkweezMe 2

4063457

L’analyse d’Arsène Pornger

Dans cette première rencontre entre Netflix du porn, Xillimité remporte le match face à SkweezMe sans trop forcer : prix très attractif, contenu intéressant, qualité du site. Mais nous sommes encore très loin d’être satisfaits. On attend beaucoup de ce nouveau modèle qui, pour nous, définit l’avenir du porno dans un contexte où les tubes ne sont plus qu’une vitrine pour les uns ou un ramassis de fond de catalogue piraté pour les autres.

La production actuelle continue à être foisonnante mais comment faire pour voir légalement ces scènes sans s’abonner à tous ces studios en même temps ? A quand un service de streaming, à l’instar de Spotify, qui proposerait un vrai catalogue porn à moindre coût ? Il a fallu attendre 8 ans pour que cette avancée nécessaire pointe timidement le bout de son nez dans le porn, on espère qu’il ne faudra pas attendre aussi longtemps pour que le catalogue devienne vraiment intéressant.

Pourtant, le marché en face est colossal, il représente une très grande partie des centaines de millions fappeurs qui se contentent des tubes au quotidien, faute d’une offre globale intéressante. Le temps passe mais on veut y croire, l’avenir du fap est entre les mains des plus aventureux.

8 commentaires Voir les commentaires

  • « le marché en face est colossal », peut être, mais ce sont les propriétaires des canaux de distribution et donc du contenu qui font encore la loi, et pas son mode de distribution.

  • perso j’utilise videobox qui est plutôt pas mal surtout qu’il permet de télécharger les vidéos ce qui est pour moi un gros gros +

  • Vous lisant depuis belle lurette je n’ai aucun doute sur votre intégrité mais la grande publicité pour Xillimité au dessus de l’article qui comparé ce service à son conçurent, ça le fait moyen. Une petite parenthèse du style « (notre sponsor) » lèverait le doute à un nouveau venu. Sinon excellent travail comme d’habitude.

    • Interrogation légitime mais la pub dans le porn n’est pas basée sur le même modèle que dans le mainstream, donc on ne peut pas parler de « sponsor » techniquement. Bon c’est un peu subtil pour un nouveau venu j’avoue, mais tu vas voir d’autres pubs arriver au même endroit, ça devrait lever le doute.

Laisser un commentaire