Nutaku, nouveau poids lourd controversé de l’eroge

L’industrie pornographique japonaise est florissante : chaque année, elle produit deux fois plus de films que son équivalente américaine. Profiter des ces images n’a pas toujours été chose facile pour le public occidental. Avant l’ouverture de plate-formes de vente anglophones sérieuses comme R18.com, il fallait passer des heures sur des forums de puristes pour se procurer le dernier Hitomi Tanaka. Les anciens n’oublieront jamais les téléchargements en huit parties.

Les amateurs d’eroge ont longtemps souffert de ce genre de galère, eux aussi. Ces jeux vidéo pour adulte sont difficiles à importer ; contrairement aux films, ils doivent être traduits avant d’être vendus au public occidental. Le site JAST USA est sur la brèche depuis 1998, son concurrent japonais MangaGamer depuis 2008. Malgré leur travail d’adaptation et de distribution remarquable, ces sociétés s’adressent surtout aux fans. N’espérez pas vous retrouver dans leur catalogue si vous ne savez pas ce qu’est un nukige.

La page d’accueil (un rien chargée) de MangaGamer

Heureusement pour les philistins du fap japonisant, Nutaku est là. Contrairement à JAST USA et MangaGamer, ce site fondé en 2014 propose des jeux gratuits sur navigateur : pas besoin de payer, télécharger et installer avant de jouer, il suffit de créer un compte. Bien sûr, cette générosité est celle d’un modèle freemium façon Chaturbate et Clash of Clans. Ceux qui souhaitent progresser à toute vitesse dans le jeu de rôle ou le simulateur de drague qu’ils ont choisi devront s’acheter des pièces d’or, la monnaie virtuelle du site. Les plus convaincus pourront se tourner vers la soixantaine de jeux payants de Nutaku. Les prix vont de 2 euros pour une petite scène sans véritable interaction à 45 euros pour un eroge de premier ordre.

Grâce à son pari sur l’accessibilité, Nutaku a rencontré beaucoup de succès dès son ouverture. En février 2015, il comptait déjà 1,5 million de membres. Ce démarrage en trombe lui a permis de revendiquer la place de plus grande plate-forme de jeux vidéo pour adultes du web dès son premier anniversaire. En 2016, en moyenne 23 millions d’internautes lui ont rendu visite chaque mois. Une santé éclatante qui a attiré l’attention du milieu : Nutaku a signé 13 partenariats avec des développeurs et des distributeurs d’eroge en mai dernier, dont JAST USA et MangaGamer.

La page d’accueil de Nutaku

On aimerait croire que Nutaku est parti de zéro, qu’il est une affaire de fans de hentai sans expérience de l’industrie. Malheureusement, il n’en est rien : la société-mère du site n’est autre que Mindgeek, le propriétaire de Pornhub, YouPorn, Brazzers et Reality Kings – entre autres. Un géant du X qui n’hésite pas à sortir les grosses liasses pour garantir la réussite de son incursion dans l’eroge. En juillet 2016, Nutaku a annoncé qu’il lançait un fonds d’investissement de deux millions de dollars pour aider les développeurs de jeux vidéo pornographiques. Douze studios ont profité de l’initiative. Quatre mois plus tard, il a remis ça à hauteur de dix millions de dollars.

Une popularité exceptionnelle, des partenariats de qualité, un mentor qui y croit assez pour investir rubis sur l’ongle… Tout semble aller pour le mieux du côté de Nutaku. Malheureusement, du côté des fans d’eroge hardcore, on n’est pas tout à fait convaincu. Comme toujours, le problème concerne la censure : la plate-forme est accusée d’avoir modifié plusieurs de ses jeux pour navigateur. Des personnages d’aspect juvénile ont été supprimés ou (mal) re-dessinés pour paraître plus matures, des tentacules ont été remplacées par des sextoys… Au moins, les jeux à télécharger ont été épargnés.

Kimochi Red Light

L’autre reproche des puristes concerne le fait que Nutaku ne signale pas les jeux censurés à son public. Ils l’accusent aussi d’avoir invoqué les droits d’auteur pour faire supprimer une galerie Imgur qui relevait les modifications apportées au jeu Nicole & Rosalia. Au mois de mai dernier, la pression est devenue telle que les responsables du site ont publié un billet de blog consacré à la censure, The State of the Art. D’un doigt timide, ils y désignent les deux entités qui “empêchent les canaux de distribution de fonctionner comme ils le devraient” : l’Entertainment Software Ratings Board (ESRB), l’équivalent américain de la PEGI, et “le pacte anti-produits pour adulte qui lie les banques et les compagnies de carte de crédit qui gèrent les transactions du site”… C’est-à-dire les processeurs de paiement, que nous suspectons d’être responsables d’une bonne partie de la censure du X en ligne.

Malgré ces reproches, difficile de dire que Nutaku est de mauvaise foi. Qu’ils aient été censurés pour éviter la colère des processeurs de paiement ou pas, les jeux distribués sur la plate-forme ont été débarrassés des mosaïques qui cachent les sexes dans les version originales. Dans le domaine du X en provenance du Japon, c’est du luxe. Nutaku tient aussi au développement de son secteur : au début du mois de février, il a annoncé le lancement de la première plate-forme de crowdfunding pour jeux vidéo pornographiques, Kimochi Red Light. Plusieurs projets y ont déjà été financés. On jurerait que les eroge sont sur le chemin du mainstream.

2 commentaires Voir les commentaires

  • N’oubliez pas à un élement important… tous les jeux de Nutaku sont des pay-to-win !!
    Et ils sont aussi tous en anglais d’ailleurs.
    A ma connaissance, sur le marché français, il y a hentaiheroes qui vient de sortir et qui semble éloigné de Nutaku justement (la version US est bien sur nutaku sous le nom haremheroes, mais la version française hentaiheroes.com n’a aucune censure et le systeme de paiement est moins agressif).

    Le vrai risque c’est que Nutaku fasse avec les jeux ce que Youporn a fait avec les boites de production X, prendre le monopole de l’audience et être les seuls à ramasser l’argent…

    • Je ne sais pas pour les autres jeux mais Millennium war aigis n’est pas un pay-to-win. J’y joue désormais depuis plusieurs années et je suis bien avancé, je peux faire chaque event sans aucun problème et pourtant je suis un freemium (joueur qui ne dépense pas d’argent). D’ailleurs, les personnages qui avaient été censuré à cause de leur apparence juvénile ont finalement été implanté. Je ne connais pas les autres jeux mais vu qu’il n’est pas pay-to-win, on ne peux pas dire que tous le sont ^^

Laisser un commentaire