Les Français et les sextoys : une étude Dorcel x Ifop

À l’occasion de la Saint-Valentin, Marc Dorcel révèle une enquête Ifop sur « Les Français et les sextoys », menée auprès d’un échantillon représentatif de 2012 personnes. Si les motivations de l’étude sont purement commerciales (les retombées médiatiques ne sont plus à prouver avec cet axe habile de communication), ses résultats cristallisent avec clarté l’évolution de la consommation des jouets intimes, en couple et en solitaire, sur une durée de vingt-cinq ans.

Premier constat : en 2017, 48% des Français ont déjà utilisé un sextoy au cours de leur vie, contre 15% en 2009 et 7% en 1992. On est donc passé d’une pratique marginale et peu assumée à un phénomène mainstream… Et l’explosion d’Internet y est pour quelque chose. L’accès facilité aux contenus explicites, la quête grandissante de l’épanouissement personnel et la démocratisation des e-shops ont rejoint le désir des créateurs et entrepreneurs de pimper, féminiser, moderniser le marché du sextoy.

Mais qui sont ces Français amateurs de joujoux érotiques ? Tous les âges, les sexes, les sexualités et les catégories socioprofessionnelles sont représentés. Chez les hommes, ce sont à 53% des 25-34 ans et des personnes en couple qui vivent seules, et à 49% des catholiques non pratiquants. Chez les femmes, idem, les 25-34 ans arrivent en tête avec 58%, s’agissant presque autant de Parisiennes (50%) que de provinciales (48%). Le plaisir n’a pas de frontières.

Fréquence d’utilisation en solo ou à deux, types de sextoys possédés, disposition à s’en procurer… Si vous avez l’âme d’un sociologue, vous trouverez les parties A à D de l’enquête très stimulantes. Pour les autres, direction le dernier point : « Les modalités d’acquisition de différents objets sexuels », qui valide l’influence d’Internet sur nos comportements en matière de consommation érotique. 66% des hommes et 53% des femmes interrogé(e)s confient en effet avoir délaissé les boutiques « physiques » pour effectuer leurs achats en ligne, à l’abri des regards.

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire