L’art du portrait selon Four Chambers

Four Chambers nous offre un portrait sublime, au format portable, où le hors-champ est maître. Le focus opéré sur les expressions de la modèle Moth ne sont pas sans rappeler le portrait de Madeleine, une pécheresse repentie possédée par les sept démons. Son regard nous transperce et nous fait vivre ce qui semble être le récit de la vie sexuelle d’un couple. Corps contraints par le cadre étroit de la caméra, nos yeux se libèrent sous l’afflux de lumières et d’ambiances. Ce joli contraste ne fait qu’accentuer la torture sensuelle qui s’établit sous le radar de nos sens.

Pour avoir la version longue de Atrophie Portraits, abonnez vous et supportez Four Chambers.

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire