Les gifs de la semaine #4

Je vous souhaite une bonne semaine à venir, voire de bonnes vacances pour les plus chanceux. Ici, il y en a qui bossent et qui font tourner les gifs. En prenant du recul sur ma sélection de cette semaine, l’évidence est apparue, il fallait la présenter crescendo : de l’amour à la violence. Vous me pardonnerez le brusque passage au total noir et blanc, ce doit être une ruse pour apaiser nos petits yeux sensibles. Au fait, une saucisse s’est aussi glissée dans la sélection, n’y voyez aucune implication personnelle.

Des câlins et des papouilles sur le sexe, une vision plutôt tranquille de la baise. Les deux se chauffent mollement, mais le niveau de tendresse atteint des sommets. Un trop plein d’amour qui finit par être un poil agaçant à la longue. Il n’empêche qu’on aimerait bien en virer un des deux pour prendre sa place.

bonne pipe

Parmi vous, il y en a forcément eu un(e) pour enfourner un zizi pas du tout en condition dans sa bouche. Le genre d’erreur à ne pas commettre deux fois. La teub bien dure genre rouleau à pâtisserie est aussi à éviter. Mon conseil : attendre les 2/3 d’une érection, histoire de faire mumuse avec le gland.

coquillage-et-crustace

Sous l’impulsion de ses deux grosses noix bien trop pleines, une saucisse voudrait se payer une bonne petite moule et lui agrandir la coquille ; mais pas de jolie moule à l’horizon. Bien décidé à tremper dans les fruits de l’océan, il se rabat vigoureusement sur la première palourde venue. La saucisse n’est pas super contente, du coup elle en profite pour lui mettre son tarif.

cumshot

Évidemment vous avez compris que le gif précédent était une transition, on rentre maintenant dans le vif du sujet et ça ne rigole beaucoup moins. Une sodomie verticale pas vraiment tendre ; d’ailleurs je me demande pourquoi la teub ne ressort pas par le nombril. Malgré tout, la meuf à l’air de prendre son pied, en témoigne la fontaine de jouvence qui sort de sa chatte.

quadriolisme

Lorsque je suis tombée sur ce gif, j’ai eu un petit temps d’arrêt. Je n’ai pas compris tout de suite de quoi il s’agissait. Combien de bites ? Quels sont les trous ? Appartiennent-ils à la même personne ? Au bout de quelques secondes, j’ai pris la vérité en pleine gueule. Quelque soit l’orifice, il y aura toujours une bite pour le combler. Et même deux.

9 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire