Nikita Bellucci : « Chaque scène est comme un challenge »

Fraîchement rentrée des Etats-Unis, où elle a eu fort à faire avec, entre autre, les ateliers Kink, Nikita Bellucci, la belle et grande gueule du porn français, vient répondre à nos questions avec sa gouaille habituelle dans un bar de Bastille. Même si Nikita, la reine du tweetclash nous dit s’être assagie, elle reste l’une des rares personnes du milieu à appuyer là où ça fait mal. Un discours sans concession à l’image de ses performances et une interview fleuve dans laquelle nous revenons sur ses dernières expériences, ses ambitions et son opinion sur la profession.

On a choisi un bar “metal” comme lieu pour l’interview parce qu’il me semblait bien que tu kiffais ce style de musique

Oui ! En plus c’est là où je retrouvais mon ancien dealer, ça, je me souviens, je tapais de la coke dans les chiottes là-bas à l’époque. Je ne me drogue plus ! Avant je n’aimais pas du tout ce genre de musique. Je sors avec quelqu’un qui est musicien et assez métalleux, il est très influencé par Nine Inch Nails, c’est lui qui m’a fait découvrir ça, ensuite Ministry, Killing Joke, Punish Yourself, j’apprécie énormément et c’est là où je me rends compte que je n’aime pratiquement que cette zik. Quand je vois les gens qui écoutent Sexion d’Assaut, ça me fait juste péter un câble.

Tu reviens de 3 mois aux USA, comment ça s’est passé là-bas ?

Au début j’appréhendais énormément, j’étais tétanisée à l’idée d’aller dans un autre pays sachant que je n’étais jamais allée bien loin avant et que je ne parle pas anglais. Hot Video m’a proposé de les suivre sur le salon des AVN. Ce n’était pas vraiment prévu que je reste pour tourner, ça s’est décidé directement sur place. J’ai rencontré Mark Spiegler (NDLR : Spiegler est l’un des plus gros agents d’actrices X en Californie) lors d’un shooting photo. Il m’a précisé qu’avec lui c’était pas de drogue, d’alcool, de baise et de parties, soit tout ce que je faisais habituellement dans le porno ! Je m’y suis tenue pendant les 3 mois où je suis restée là-bas. Professionnellement, ça s’est très bien passé, après sur le plan psychologique c’était un peu dur parce que j’étais toute seule.

Spiegler est si strict que ça ?

Oui, il ne veut pas qu’on sorte le soir, la veille des scènes. Si tu rentres un peu défoncée ou bourrée, il te fait faire une prise de sang. Mais ce n’était pas plus mal, au moins tu restes dans l’objectif boulot. Il est très très protecteur. À un moment donné il ne voulait plus prendre de Françaises parce qu’apparemment certaines avaient été ingérables, il y a eu des histoires, mais après Jessie Volt est arrivée, Tiffany Doll a suivi, elles ont fait la différence à ce niveau-là. S’il avait connu la réputation que j’avais en France, il ne m’aurait pas prise !

Nikita Bellucci © Guilhem Malissen

Tu as tourné chez Kink, ça te tenait à coeur, non ?

Oui, c’était vraiment un rêve de tourner pour eux. J’ai vraiment repoussé mes limites sur la scène de gang bang. Ça s’est bien passé, mais il a  fallu que je prenne une pause, parce que je ne suivais plus psychologiquement. Cette scène était un peu dure, mais dans l’ensemble c’était super.

Comment ça se passe quand t’arrives chez Kink, ils te font remplir tout un truc ? Parce que ça a l’air tellement cadré…

Oui. Je suis rentré là-bas, ils m’ont donnée une feuille, j’y ai écrit ce que je voulais faire ou ne pas faire. Je ne voulais pas entendre parler d’électricité mais je l’ai finalement fait pour ma dernière scène, c’était très bien encadré. S’il y a quelque chose que tu ne veux pas faire, ils ne vont pas t’obliger. Si un acteur oublie qu’il y a certaines choses que tu refuses de faire, il se fait engueuler !

Comment tu as géré le fait de ne pas parler anglais ?

Pour le porno, pas besoin de savoir parler anglais pour dire “je te suce la bite”, quoi ! Mais pour le reste par contre c’était chaud, il fallait que j’attende de rentrer chez moi pour aller sur Google Translate ! J’aurai pu plus tourner si je connaissais l’anglais, sur des films scénarisés par exemple. Là je prends un peu de vacances, histoire de me retrouver. Après je vais me prendre un petit prof à domicile, en espérant qu’il soit mignon et je vais m’y mettre à fond pour l’année prochaine. Retourner aux USA est mon objectif numéro un.

Tu as rencontré James Deen aux Etats-Unis, c’était comment ?

James Deen est un très bon acteur, il a une très belle bite, je crois que c’est un de mes meilleurs coups dans le porno, on avait vraiment une symbiose : lui et moi c’était comme deux aimants, c’était vraiment très intense, donc à refaire avec plaisir.

Tu as également tourné avec Manuel Ferrara

Oui, j’appréhendais car j’avais vraiment peur de son énorme bite, mais je ne me suis jamais autant éclatée qu’avec elle ! Manuel Ferrara fait ça bien, il te dit des insanités dans le creux de l’oreille, tout ce qu’on adore.

Quid des actrices que tu as rencontrées là-bas ?

J’ai eu le coup de foudre pour toutes les meufs, je crois. Skin Diamond, Asa Akira, Bonnie Rotten et Riley Reid, mais elle, c’est un truc de malade. Sexuellement parlant j’ai halluciné, elle kiffe le cul, elle te bouffe la chatte hors caméra… Ça c’est bon, c’est ce qui manque vachement en France. Moi à part Jasmine Arabia et Angel Summers

Il manque peut-être des vraies lesbiennes en fait, tout simplement.

Je ne suis pas une vraie lesbienne, j’aime bien jouer avec des foufounes, j’adore me branler là-dessus mais ce n’est pas ce qui va le plus m’exciter. Et puis merde tu es soi-disant une actrice, tu es devant une caméra, même si tu n’aimes pas bouffer une chatte, bah tu manges une chatte quoi et tu ne fais pas chier !

On t’a vue sur le tapis rouge des AVN, c’était sympa ?

C’était horrible ! Je n’en pouvais plus putain ! Tu es là, tu fais ta star, je n’aime pas ça ! Tout le monde te regarde, j’étais mal à l’aise, j’ai détesté. Dans le porno, faire des couvertures c’est plaisant mais après aller tortiller du cul sur un tapis rouge, c’est sans moi…

Ça va à l’encontre des propos récemment tenus par Dimitri Largo qui dit dans Les 400 culs que les actrices font du porno par besoin de reconnaissance, qu’elles sont toutes névrosées, etc…

Je ne suis pas avide de reconnaissance, ça ne m’intéresse pas. Si tu es avide de ça, le jour où ça va s’arrêter, tu vas faire une tentative de suicide ou finir en HP… Je ne pense pas qu’il faille avoir un lourd passé pour entrer dans le porno : Jasmine Arabia est quelqu’un de très sain, Tiffany Doll également… Donc pour moi le jugement de Dimitri Largo n’est pas fondé. Après je pense qu’on est tous un peu névrosés. Tout le monde a son passé, je ne vais pas rentrer dans les détails par rapport au mien, j’ai réglé mes problèmes, je sais où je vais et où je veux aller, je garde la tête sur les épaules.

Nikita Bellucci Interview Le Tag Parfait

Si ce n’est pas la reconnaissance qui t’anime, qu’est ce qui te motive dans le porn ?

Le cul, et puis repousser mes petites limites… Chaque scène est comme un challenge. Ma première scène pour Kink, je me suis dit « bon, je vais essayer de sortir en vie ». C’était une scène de fist anal. On m’a proposé de le faire, j’ai dit « bon, je n’en ai jamais fait, on va essayer, hein ! ». Et ça a marché !

Quelle différence pour toi entre le porno américain et le porno français ?

Pour moi il n’y a pas de différence entre le porno américain et le porno français, mais un véritable gouffre. Sur un set américain, la seule chose qui doit te préoccuper en tant qu’actrice, c’est de te dilater le cul pour faire une bonne scène. En France, tu dois te préoccuper de tout, de savoir ce que tu vas manger, parce qu’on te nourrit avec des paquets de chips et du coca. Avant ça, la plupart des réalisateurs vont essayer de négocier ta scène parfois à 10€ près. J’ai entendu dire qu’il y avait des réalisateurs français qui proposaient aux petites nouvelles une double pénétration à 150€ ! Je trouve ça un peu scandaleux. Certains vont leurs dire « tu peux accepter de faire une scène à 200€ parce que Nikita ou d’autres actrices l’ont accepté », c’est totalement faux. Et puis les conditions de tournage en France sont lamentables, aux Etats-Unis ils ne connaissent pas les hôtels Ibis, tourner dans le froid… Pour eux, prendre soin de l’actrice passe au premier plan.

Parlons de ta réputation de grande gueule. Tu penses mettre de l’eau dans ton vin ?

Je vais mettre de l’eau dans mon vin par rapport à mon impulsivité, parce que même si je considère que ça peut être une qualité de rester franche,  je pense que mon excessivité pourrait m’apporter des problèmes. Récemment j’ai balancé une bombe à propos des tests (NDLR : Un acteur atteint de syphilis aurait continué à tourner en falsifiant ses tests), je regrette de ne pas avoir pris plus de temps pour réfléchir  de ne pas avoir attendu d’avoir plus d’éléments en mains… J’ai foncé tête baissée car j’avais tourné avec cette personne, qui était peut-être contaminée à ce moment-là et qui m’a donc fait prendre des risques. J’ai fait tourner l’info sur twitter, pratiquement personne en France dans le milieu n’a relayé donc il ne faudra pas s’étonner s’il y a un jour en France des cas de sida, de syphilis et tout ça.

Tu as dit regretter d’avoir déclaré dans un magazine français, que le porno français c’était de la merde…

Je ne regrette pas d’avoir dit que le porno en France c’est de la merde, je le redis et je continuerai à le dire, mais y a certains réalisateurs, comme Max Antoine, Coppula, Dorcel, John B. Root, qui pour moi font de très bonnes choses. Maintenant il y a les autres, le genre de mecs qui organisent des gang-bangs avec 50 mecs, sans capote, avec juste un test du sida sachant qu’il y a une épidémie de syphilis à ce moment-là… Aux Etats-Unis, il n’y aurait pas de truc pareil, ça n’existe même pas, ce n’est même pas envisageable.

Tu penses que le porno français a de l’avenir ?

Non. Enfin le seul avenir qu’il a, c’est dans l’amateur. Aujourd’hui soit on fait de l’amat, soit on ne fait rien. Après on peut faire quelque chose de bien avec l’amat, mais apparemment ce qui plaît, c’est de voir des nanas complètement dégueulasses. Si ça plaît, tant mieux, mais moi je ne tournerai plus ça. Je préfère encore me casser le cul à Budapest ou Prague que de faire des trucs comme ça.

Du coup qu’est-ce que tu vas faire en France ?

Là j’ai mon site qui va être mis en ligne et je vais faire mes propres castings. J’ai beaucoup à apprendre, bien me servir de la caméra par exemple. J’imagine déjà faire un Kink à la française, avec les souvenirs que j’ai de l’Armory, j’aimerais faire un peu la même chose, voire en plus trash. Que ce soit “sale”, bien pervers. Dernièrement, on m’a parlé d’un site asiatique où les meufs se font passer des aiguilles dans les yeux, ça ça peut être pas mal à faire ! Je veux repousser mes limites, sans me mettre en danger physiquement. J’envisage le porno comme un défi personnel. C’est comme un jeu vidéo, tu niques le boss et tu passes au niveau suivant.

Tes castings, tu veux les faire caméra au poing, parler avec les acteurs, etc ?

Oui, ce sera à la Katsuni mais façon Nikita. Ca va être marrant, elles vont prendre cher ! Mais le problème est de trouver des acteurs qui bandent, mais ça c’est un autre débat, c’est la pénurie. Je pense que ce sera de l’amateur, mais bien.

Le problème de la France aussi c’est qu’il n’y a pas beaucoup d’actrices…

Depuis deux ans, il n’y a plus rien, à part Electre. Putain, elle est juste magnifique, elle est trop bonne cette meuf, c’est un truc de dingue, je la trouve trop bandante. Il y a aussi Paloma et Jasmine Arabia. Mais maintenant toutes les nouvelles passent par la même “porte d’entrée” et elles sont tellement traumatisées qu’elles arrêtent au bout de deux semaines. Aujourd’hui, rentrer dans le porno implique de tourner pour des merdes. S’ils veulent faire de la merde, pas de problème, mais ça ne les empêche pas de bien traiter les actrices et de les payer un minimum, et le minimum c’est 300, point. Et puis faut voir les conditions aussi… J’ai fait une vidéo il y a un an et demi, complètement bourrée et elle continue à être publiée… « Nikita complètement bourrée », mais y a quoi de bandant là-dedans ?

Nikita Bellucci © Guilhem Malissen

C’est fou de voir qu’en France, où le porn reste artisanal, tout le monde se tire dans les pattes… C’est quoi le porno français dans un ou deux ans ?

Il restera Dorcel, et peut-être B. Root. Mais je m’en fous, moi je ne me branle sur aucun truc français.

Justement, sur quoi tu te branles ?

J’en consomme tout le temps. J’aime bien Reality Kings et Bangbros. J’aime beaucoup me branler sur les vidéos d’homosexuels, ça j’en suis complètement tarée. Je vais sur RedTube et je cherche « gay ». Je n’en parle pas trop, par rapport à ceux qui vont me dire je participe à détruire le X en allant sur les tubes. Je ne pense pas que ça soit ça qui détruise le X.

Qu’est-ce qui t’excite chez les homos ?

Je ne sais pas, deux mecs qui s’enculent, ça me fait délirer. C’est génial de regarder le mec qui se fait défoncer le fion et voir sa bite toute dure en même temps, c’est trop beau, j’adore ! Sinon les lesbiennes j’aime bien aussi. En ce moment,mon tag préféré c’est close-up (gros plan), je pourrais me branler uniquement sur ça ! Non, je me suis aussi branlée sur des vidéos d’aérobic, sur YouTube !

C’est le fait de consommer beaucoup de porno qui t’a amenée là-dedans ?

Ouais. En me branlant, j’ai vu un acteur pour qui j’ai vraiment eu le coup de foudre. Je l’ai trouvé sur Facebook, je lui ai dit que j’avais trop envie qu’on baise ensemble. On a baisé et voilà, ça a été le déclencheur. Je n’étais pas dans l’optique de devenir actrice, je voulais juste me faire défoncer par un acteur porno. Par son intermédiaire j’ai rencontré du monde et je me suis lancée.

Tu t’es fait refaire les dents récemment…

Ça a toujours été un très gros complexe parce que quand j’étais petite à défaut de sucer des bites, je suçais mon pouce, ce qui fait que j’avais des dents de lapin. Y en a qui se font refaire la gueule ou les seins, moi c’était les dents. Je me suis payée l’opération avec l’argent de mon cul, et je suis très contente du résultat.

Tu es très présente sur Twitter, c’est quoi ton rapport avec les fans ?

Pour moi ce sont des gens un peu normaux, mais on va dire que j’ai 60% de personnes qui sont bien dans leur tête et 40% de COTOREP. La plupart, je les aime bien, ils ont leur idée derrière la tête mais je n’entretiens pas de rapports malsains avec eux. Certains me font délirer et sont super sympas, agréables, d’autres m’envoient des photos de leur bite, bon… Il y en a des belles, d’autres qui sont un peu dégueulasses, c’est surtout le fait de voir ça le matin, au réveil qui est un peu atroce. Mais ils sont cools, je les aime bien.

Lors de ton passage dans Paris Dernière, il y a eu une séquence hallucinante où tu croises Gérard Depardieu, c’était vraiment improvisé ?

Oui ! Au début j’ai halluciné ! Ensuite quand on le voit partir, il s’est vraiment barré, on ne l’a plus jamais revu. C’était génial, un petit coup de buzz juste avant de partir.

Tu nous as parlé d’un projet ultra secret, mais visiblement tu ne veux pas en dire plus, c’est quoi ? Un porn avec Gérard Depardieu justement ? Un affreuse sex-tape ? Avec des close ups, des rimjobs…

Faut pas pousser, un peu de dignité, bordel !

Propos recueillis par GrosMikko et Gonzo – Photos par Guilhem Malissen

14 commentaires Voir les commentaires

  • Nikita, tu es au top : métal, un côté cash, un peu mec, surtout ne change rien! Bisous

  • Géniale cette interview. Bravo GrosMikko
    Je connaissais pas du tout Nikita, à part de nom. Elle envoie du lourd.
    Bien vu la question sur l’article de 400 culs sur Dimitri.
    En tout cas, les avis convergent : le porn Français est assez désespérant et il y a de la place pour faire des choses de qualité dans le respect des actrices (star ou amat).

  • Par contre, respect au mec qui est cool avec l’idée de laisser sa copine entre les mains de James Deen et Manuel Ferrara. Elle n’en parle pas mais je crois comprendre que du coup, le sexe avec son gars lui paraît « fade » nan ?

  • Hoo non le sex avec mon homme est fabuleux .. doux sensuel .. il est parfait

  • Je suis d’accord avec Nikita globalement sur tout, et notamment sur l’état du porno français. Mais dans la foulée j’ai lu l’interview du jeune Isaac de Geek-X et c’est finalement peut etre pas si desespéré que ça… à voir :)

    Bisous Nikita :)))

  • Putain, faut que j’arrête de tomber amoureux aussi facilement moi…

  • Belle interview! Chapeau Nikita!

  • Nikita Bellucci : « Après je pense qu’on est tous un peu névrosés. »

    Tout à fait. Et les actrices/acteurs ne sont sans doute pas les seuls protagonistes pornographiques « professionnels » (plus ou moins) susceptibles d’être « névrosés » à divers degrés.
    Et comme dans l’interview les « 400 culs », le psychiatre Dimitri Largo évoque les motivations des (ex-)actrices X, Pierre Cavalier évoquant celles des acteurs parmi les commentaires de ladite interview, il serait intéressant de savoir quelles peuvent être les motivations profondes de journalistes pornos tels que Dimitri Largo, Pierre Cavalier ou « L’Orléanais »…

  • Nikita Bellucci : « Je ne regrette pas d’avoir dit que le porno en France c’est de la merde, je le redis et je continuerai à le dire. »

    Pierre Cavalier (journaliste de Hot Vidéo, pour ceux qui ne le connaissent pas) a bien dit, publiquement, « Jules Jordan, c’est vraiment de la merde » ; ledit producteur/réalisateur « merdique » étant néanmoins régulièrement « promotionnée », vendue, par Hot Vidéo… A partir de là, je ne vois donc pas quel mal il y a à (re)dire « le porno en France c’est de la merde », ce que d’autres personnes (professionnels, amateurs ou consommateurs) pensent peut-être plus ou moins tout bas.

  • J’ai lu l’itw de Dimitri Largo, on peut en discuter, mais quelque part, ça changeait de « une fille qui fait du porno a été abusée sexuellement dans son enfance »….
    Sinon, Nikita, je suis plutôt fan de porno lesbien, et j’espère bientôt te voir avec Sovereign Syre pour Filly Films, et pourquoi pas avec d’autres actrices comme Sinn Sage ou Dani Daniels !

  • Azy je veux bien faire le prof d’anglais si c’est payé en monnaie sonnante et trébuchante.

    Par contre je pensais pas que les actrices étaient aussi peu payées. C’est moins qu’un candidat de télé réalité qui montre son cul en soirée…

  • sympas ton interview mais tu a oublier une petite nouvelle venue dans le monde du x la belle LILY FRANCESCA qui mérite d être connu, elle a du talent . elle au moins elle a un jolie corps très naturel pas refaite de partout comme tout les grands stars du x alors faut la reconnaître comme t elle, une superbe actrice porno, alor fait la tourne dans des bonne production.

    un fan de LILY FRANCESCA

Laisser un commentaire

Le Bon Fap