Blockvengeur, pedobear justicier

C’est un tag dégueulasse. Un tag rayé des nuages depuis longtemps, depuis le début en fait. Le #pedo n’a pas sa place dans ta quête de la perfection, ou alors elle finira en prison. Mais on ne peut pas y échapper si facilement. Y’a eu Dutroux, Outreau, et sûrement plein d’autres affaires super bien racontées dans la PQR, y a eu les pubs anxiogènes pour alerter et protéger, y a eu Bernard de La Villardière en Thaïlande pour une Enquête exclusive bien cradingue. Les enfants sont de la partie, que tu le veuilles ou non. Que tu les voies ou non. Et ne mens pas, tu les as vus.

Au début tu cherchais des #teen, tu en étais toi-même un. La #MILF pouvait te divertir, mais sans que t’aies besoin de saisir la puissance du concept de girl next door tu constatais bien que ton fantasme ultime, parce que réalisable, c’était cette cochonne de Jessyca. Elle était dans ta classe et il y avait dans le « y » de son prénom mille promesses, presque assez pour toutes tes érections. Alors pour t’aider à l’imaginer en train de se faire prendre, et à te figurer en train de méticuleusement la besogner, tu cherchais des #teen. Et t’en as eues, pléthore. Tu les enchainais jusqu’à que tu trouves celle sur laquelle, en fermant les yeux, tu collerais la bouille de Jess cinq secondes avant d’envoyer. Des #19yrsold, des #18yrsold, des #barelylegal et des #petite, et puis des #preteen. Des soumises et des forcées. A ce stade t’avais bien saisi le business, la jeunesse est un facteur clé de succès, et les tags sont mensongers. Tu n’as même pas particulièrement remarqué que « preteen » en fait, ça veut dire 10-12 ans.

Au détour d’un surf, parmi des sites genre pornoamateurs.be ou youramateurporn.com – où tu chinais des filles plus real – t’es tombé sur deux-trois galeries photo un peu limite. Ça t’a pas étonné, tu commençais à être capable de raconter quelques histoires vraies sur des mineures dévergondées, mais c’était limite. Et t’as trouvé que le fait que les gamines soient à la plage n’était en rien une circonstance atténuante.

Jusqu’ici j’ai écrit « tu », pour t’immerger dans l’article par un procédé stylistique à moitié pourri visant à faciliter ton identification de lecteur/branleur, mais je vais passer au « je » pour la suite, qui craint.

Après être tombé face cam sur une amat’ classieuse à la vidéo partitionnée, je suis allé sur eMule chercher les autres épisodes de ses aventures solitaires, que j’ai retrouvés grâce au blaze qui signait les noms de fichiers : « blockvengeur« . Ah, l’affreux sésame…

Blockvengeur cybercriminality

La Mule chie sur le droit à l’oubli

Le bougre, dont le pseudo évoque l’amertume de contacts l’ayant « bloqué » sur MSN, commence en 2004 à mettre en ligne des enregistrements de ses sessions de chat vidéo. Dans le nom du fichier il indique systématiquement : date, adresse mail de la proie, URL de son skyblog le cas échéant et, quand il l’a obtenu, numéro de téléphone. Malin, il les tague : « Visio Sex Msn Hotmail Webcam », pour garantir un peu d’audience. Et pose, se prenant pour un releaser, son tampon : « by blockvengeur ».

Les vidéos durent de quelques secondes à près de deux heures, sont de plus ou moins bonne qualité en fonction de la source, la plupart du temps sans son. La captation étant restreinte à la fenêtre de la jeune fille, on ne sait pas ce que blockvengeur leur raconte, mais une frame volée en fin de session permet d’apercevoir des consignes un peu tristes.

Blockvengeur cybercriminality

Si son Loveur savait…

Les ingénues sont banales, pas particulièrement jolies – ce n’est manifestement pas un critère de sélection –, souvent bien en chair. Confortés dans nos préjugés par la lecture de leurs skyblogs on les imagine CSP- de province, fragilisées par une relative misère sociale donc sexuelle. Elles s’exécutent en tirant la tronche, sans passion, sauf exception.

En 2009, un concurrent tente de s’imposer, et signe ses vidéos : « 2rool —^^— i fuck Blockvengeur ». Le message est clair, y a compétition. D’autres pedobears masqués sont sur le marché : zizipipi, krak titan ou background985, diabolo, bambino ou jackmezrine, mais ils n’arrivent pas à la cheville du maître en la matière, même s’ils prennent parfois soin de préciser l’âge et la ville des adolescentes.

Difficile de trouver d’autres traces de ces mecs en ligne. « Zizipipi » nous renvoie bien sur la page d’une « jeune fille sage » sur ohmydollz.com, mais l’investigation n’ira pas beaucoup plus loin. Le drame, c’est que ressortent sur Google un certain nombre de leurs vidéos, hébergées sur des sites de partage comme wank.net ou pornfuze.com, et les abominables noms de fichiers sont toujours là. Un cauchemar en termes d’e-réputation, un truc à rendre Fadhila Brahimi stérile.

Il semble que blockvengeur ait cessé son activité cet été. Ses dernières réalisations sont des vidéos taguées « chatroulette – guy cum on fake », dans lesquelles il dupe de naïfs onanistes, diffusant des images de jeunes filles peu farouches et dialoguant coquinement avec eux.

Peut-être a-t-il été arrêté. Comment n’a-t-il pas été arrêté plus tôt ? Parmi les centaines de victimes, plusieurs ont dû porter plainte, et les faits sont graves, il y a gros risques de suicides là. Six ans sans que les flics n’aient pu croiser les pistes, remonter à la source. Six ans pour pondre Hadopi, et pas un lutteur contre la cybercriminalité foutu de serrer un webcamer compulsif qui chasse tous les jours la pucelle sur Skyrock…

C’est un constat un peu noir pour un dernier paragraphe, auquel nous rajouterons donc une conclusion ouverte, qui accessoirement pourra te déculpabiliser d’avoir cliqué sur les liens : la tentation sociologique ?

Une des grandes nouveautés du porn sur le net réside dans cette capacité à transformer une bête pougne en exploration anthropologique moderne. Il ne suffit certes pas de sortir sa bite pour devenir le nouveau Lévi-Strauss, mais l’étendue de l’offre et la variété de ses tags a vite fait de conduire à un surf sans fin, plus tant guidé par un quelconque désir érotique que par une curiosité sociologique, dont chacun sera juge de la sanité, à la découverte d’autres dégueulasses et de leurs fascinantes passions abjectes.

6 commentaires Voir les commentaires

  • J’ai pas l’habitude de faire suivre vos articles, mais là, c’est tellement du bon boulot, que allez hop !

  • Très bon article, par contre je suis effaré de voir que les vidéos sont encore disponibles en streaming sur le net. Ne faut-il pas les signaler afin de bloquer leur visionnage ? La ça reste du virtuel, mais on peut voir avec quelle facilité ils piègent, de la à passer au réel ça fait froid dans le dos !
    Je peux vous dire que le jour ou j’ai un gosse, je vais le fliquer sur le net quitte à passer pour un casse couilles de première.

  • Le successeur a bien un nom, il s’appelle Motherless. Bon surf (ou pas)…

  • Je ne peux que rebondir sur la capture d’écran affichée ici. Et elle me dérange à plus d’un point.

    D’une part, il semble s’agir d’une mineure. D’autre part, cette photographie n’est pas nécessairement celle de l’intéressée. Enfin, autant sur des vidéos issues des bas fonds d’Internet cela est peut-être de rigueur, mais sur un blog à l’audience un peu plus respectable, il serait peut-être pertinent d’être respectueux du droit à l’image de l’intéressée, même si le droit d’auteur du photographe, quel qu’il soit, peut être discuté.

    Bref, j’attire ton attention que le visage figurant sur cette photo ne semble pas avoir donné son aval pour figurer ici (ni ailleurs, d’ailleurs, à lire ton article), et le contexte où il apparaît ne le met certainement pas en valeur. L’amalgame entre victime et agresseur est fréquent, et la victime d’agressions sexuelles voit toujours sa réputation entâchée. Car il s’agit bien de cela, non ? En outre, avec le développement des technologies de reconnaissance des visages, et la tendance actuelle à tout archiver, il serait bon de rendre ce visage méconnaissable derrière de gros pixels bien tranchés, et ce même si les vidéos discutées ici devaient perdurer à jamais dans les sombres recoins d’Internet…

    Qu’en dis-tu ?

  • Bonjour, trés en retard mais peu importe, votre article est très juste et merci de l’avoir écrit.

    Je voulais simplement répondre à quelques remarques que vous faites :
    -Cet individu n’a pas stoppé seul il a bien été arrêté, dommage que cela n’ai pas été su.
    -Pourquoi il n’a pas été arrêté pas plus tôt?… bonne question.

    et oui les dégâts qu’il a fait sont terribles.

Laisser un commentaire

Le Bon Fap