QLF #2 – Que Le Fap : l’actu du Q

Sortez de mon salon messieurs dames ! Je suis en train de lire le journal nue dans mon déshabillé en satin, vous ne voyez pas que je suis occupée ? Bon, puisque vous êtes là, prenez place, mettez vous à l’aise (pas trop, je vous vois venir bande de nudistes) et on va passer en revue les dernières news du porn ensemble.

Je suppose qu’aucun de vous deux n’a de pain…

Oh non, encore le métaverse.

Pardon d’avance à celleux qui ne bitent rien à tout ce bazar – j’en fais partie mais pour la science je suis partie me renseigner, bande de vénards – aujourd’hui on parle de boulards dans le métaverse. Revenons aux bases : le métaverse, c’est quoi et en quoi le porn s’y intéresse ?

Le métaverse, c’est en gros un monde virtuel dans lequel on évolue avec des avatars. C’est la version futuriste de Sims City et Second Life. Le tout est évidemme propulsé par les géant de la tech Apple, Microsoft et Meta (ex-Facebook). Là, vous vous dîtes peut-être qu’un truc cloche. Normal, ces trois-là et le porno, c’est pas le mariage heureux. Il n’y a qu’à voir les CGU puritaines d’Instagram concernant la nudité. Bref.

Concernant l’industrie adulte, certains visionnaires s’y projettent carrément, alors même que le métaverse devrait être aussi sage que Disneyland pour certains. Développer du sexe dans un endroit totalement asexué ? La sextech dit oui. La sextech dit toujours oui à tout.

Et vous savez quoi, on va continuer de s’y intéresser de près, parce que le menu est prometteur : des expériences sexuelles virtuelles et interractives. Genre du porno, mais en VR et en plus on peut retourner la performeuse dans le sens voulu. Et entre intelligence artificielle, réalité augmentée, réalité virtuelle et les sex toys connectés, croyez-moi, ça forme une bonne base pour pouvoir profiter d’une bonne [email protected]

Pas content le Mark. (Photo By Andrew Harrer/Bloomberg Via Getty Images)

N’en déplaise à Zuckerberg, la règle 34 l’a toujours confirmé : si ça existe, ça existe en version porn.

La bonne surprise : Ersties perce sur Tik Tok

Si vous êtes adeptes de Tik Tok et féru.es de porno, il est fort possible que vous ayez vu passer des contenus relatifs à l’industrie adulte passer pendant vos longues heures de scroll.

Tout récemment, c’est Ersties qui s’est distingué… En parlant de consentement ! Et ça, ça fait du bien à l’image de l’industrie. J’adore Ersties à titre personnel parce que j’adore me reconnaître dans les scènes qui sont filmées, simples et nature, tout en beauté.

Sur les Tiktok on voit les modèles parler de leur consentement, du déroulé du tournage, en toute simplicité. C’est naturel et ça fait du bien au moral de voir ça, le porn ne fait pas uniquement du bad buzz sur les réseaux.

@erstiesofficial

BTS of our “ToyBoy” themed shoot from last year! #accounting #spicyaccounting #cornstar

♬ Toxic x Pony – ALTÉGO

Vite fait bien fait :

Le Conseil d’État a tranché : la campagne de pub de Nana, la marque de protection périodique, n’est pas pornographique. Depuis 2019, cette campagne avait créé des remous, entre le CSA, la marque et l’association Stop au porno… Mais il a été décidé que sang rouge et coquillages ne sont pas obscènes. Ô joie et viva la vulva !

Small Hands sort une reprise de Closer de Nine Inch Nails. Lui qui s’est illustré aux AVN Awards et dans de nombreuses productions par une particulière rage de vivre et de baiser, offre un cover dégoulinant de sexe de ce classique des samedis soir kinky. Maintenant on attend l’EP.

Porn Force, mon studio chouchou, a sorti une vidéo avec la française Clara Mia pour le Saint-Valentin. Enfin plus ou moins. En tout cas, ça envoie du bois.  

Image en une : le clip Wave de Rone, qui imaginait déjà le sexe dans le métaverse en 2018

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire