Les gifs de la semaine #330

Ces temps-ci, on entend partout qu’il vaut mieux rester chez soi, si on n’aime pas porter un masque sur le visage. Bien que regrettable, ce renfermement, cet isolement craintif peut s’avérer profitable. Internet fonctionne toujours et le monde est à notre portée. On peut visiter l’Italie, la Corée du Sud et même la Chine via le World Wide Web, une formidable création qui, certains le soutiennent encore, n’a pas été inventée seulement pour regarder du porno.

Sémillante, Mini Diva l’est. Sautillantes, ses vidéos le sont. L’enthousiasme est contagieux, elle nous met la tête dans un shaker et on adore ça. La petite sœur de LeoLulu continue sa progression sur Pornhub. Elle a d’ailleurs atteint la 1e place du classement des modèles vérifiés. C’est beau d’assister à ce parcours impeccable.

Deux filles suçant une bite, c’est banal. Deux mecs léchant une chatte, je n’avais jamais vu ça encore, dans un porno. Remercions Devil’s Film pour cette découverte fabuleuse. Donte Thick et l’iconique Tony Orlando s’occupent de Lisey Sweet. Les présentations sont faites. Pour les mater, je vous conseille de vous rendre sur Adult Time.

Bim ! Grand coup dans les burnes, Andrea Rosu sait comment s’occuper des mecs. « Men are trash, oui mais on n’est pas tous comme ça. » Rebim ! Un autre grand coup dans les couilles. Vlan ! On a besoin de davantage de femdom dans nos vies, ça remet les idées en place et en plus, ça fait du bien, paraît-il.

Torri Lisek filme l’osmose, le bouillonnement qui parcourt le corps, le visage et l’esprit des performeuses dans leurs interactions. Cette vibration imperceptible, mais puissante, s’exprime par des indices minimes, lisibles en creux. Il y a les rires de June Fontaine, ses respirations, les regards de Manon Praline, ses gestes. Ce court BDSM intense révèle une électricité passionnelle irrésistible, des jeux autour de la douleur qui ne sont qu’une manifestation d’un certain bonheur. À visionner chez Pink Label.

April O’Neil est Sonic the Vadgehog, les anglophones apprécieront le jeu de mots. Vision de rêve ou de cauchemar, on ne sait jamais de quel côté penche le plateau de la balance du fap avec Wood Rocket. Illustration avec cette scène où le Doctor Hobotnick s’éprend des charmes bleutés de l’hérissonne. Tiens, ça ne vous rappelle pas un film français ?

Si vous avez aimé Sonic, vous adorerez cette vidéo perturbante de la fée Clochette.

'

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire