SCOOP : Les Millennials fappent majoritairement sur des vidéos gratuites

Vous aimez Pornhub et ses statistiques de fin d’année ? Les titres aussi sarcastiques qu’un Tanguy Pastureau sous amphétamines ? Vous êtes au bon endroit. Aujourd’hui, YouGov nous éclaire sur les préférences des Millennials français (18-34 ans) en matière de plaisir solitaire.

Des chiffres surprenants (non)

« Oh tiens, une nouvelle étude concernant les internautes et leurs préférences en matière de porno. C’est original, dis donc. Qui a pondu ça ? YouGov… ? Connais pas. C’est quoi ? Le nom du prochain méchant de James Bond ? Ah non, c’est un « prestataire spécialisé en études de marché » » – c’n’est pas moi qui le dis mais Google.

Bref, on nous apprend que les Millennials sont 63% à avoir déjà visionné du contenu pornographique : 79% des hommes contre 48% de femmes. Remarquez, entre ça et beugler des « OK boomer » à chaque fin de phrase, faut bien leur apprendre la vie à ces tire-au-flanc. Autre détail amusant : ils seraient 42% à avoir tenté de reproduire dans la vraie vie des pratiques vues à l’écran – 49% d’hommes et 31% de femmes. Dommage, l’étude ne précise pas le nombre d’accidents domestiques liés à ce mimétisme (fracture du pénis, tétons arrachés, descente d’organes, etc.).  

Cette passionnante analyse des mœurs nous apprend également qu’ils ont leurs préférences en matière de porno, les chenapans. Eh ouais ma bonne dame ! Parmi les plateformes les plus connues : Youporn (71%) / Pornhub (56%) / Marc Dorcel (33%) / Brazzers (28%). Le Millennial est donc un économe branché ‘murica porn. Il se branle gratos. Pas fou l’animal. Soutenir l’industrie du cul ? Faut pas déconner. L’abonnement au Crossfit ne va pas se payer tout seul.

Cependant, comme l’affirme cet article de Mashable : les habitudes semblent se modifier, et il paraît que les millennials vont sauver l’industrie (rien que ça) en payant de plus en plus pour des contenus qui soutiennent directement un·e performeur·se. Wait and see.

Fap track

Soyons sérieux deux secondes. Tout bon fappeur sait prendre ses précautions au moment de se faire plaisir : verrouiller la porte, fermer le volet, passer en navigation privée et virer la photo de mamie du bureau. Mais quid de la discrétion sur Internet ? Le journaliste de l’extrême que je suis a décidé de réaliser un petit test, afin de se démarquer de la concurrence : installer l’extension Thunderbeam-Lightbeam sous Chrome. Un petit outil gratos qui permet de visualiser les trackers.

« Les trackers… Kécessé ? » Des petits mouchards chargés de récolter toutes sortes d’informations sur l’internaute durant ses promenades virtuelles, souvent à son insu sinon ce n’est pas drôle, pour mieux dresser son profil et vendre le tout aux sociétés de marketing. Ce qui nous donne : 27 trackers sur Youporn et 25 sur Pornhub, pour le parcours page d’accueil -> recherche de vidéos -> visionnage. Autant vous branler devant tous vos potes (non ne faites pas ça).

Notre verdict : fappez en vous branchant sur des sites pour adultes plus respectueux de vos données personnelles – nonobstant que ce n’est pas vraiment le cas de la propriété intellectuelle – (par exemple, Xvideos : 9 trackers). Et oubliez la navigation privée, elle ne vous rend pas invisible.

'

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire