Beyondeep rêvait du Porn Film Festival de Berlin 

Sélectionné au Porn Film Festival de Berlin, le duo Beyondeep rêvait de s’envoler vers la capitale allemande pour assister à la projection de son film. Le duo avait fait le pari du crowdfunding pour financer son voyage, sans succès. La traversée de l’Atlantique ne se fera pas…

Bye Bye Berlin 

La happy end n’aura finalement pas lieu. La société de production indie Beyondeep, duo de réalisateur·rices queer basées à Los Angeles, ne s’envolera pas à Berlin pour assister à l’édition 2019 du Porn Film Festival pour assister à la projection de son film sélectionné. Le rêve de le voir projeté sur les écrans de l’emblématique Movimento s’envole…

Le duo qui a réalisé, tourné et monté son court métrage porno, n’a ni soutien financier, ni sponsors. En août dernier, les deux réalisateur·rices annoncent sur les réseaux que leur film – Foxy Strikes Back – a été retenu dans la sélection officielle du PFF de Berlin. Dans la foulée, un crowdfunding est lancé pour soutenir le duo à financer le voyage vers l’Europe. La campagne s’intitule : « Send us to our Berlin Film Screening ». En français, « Envoyez nous à notre projection à Berlin ».

Après un mois de campagne, à une semaine du festival, seulement 25 % de l’objectif de la cagnotte a été rempli. 623 $ ont été récoltés, sur un objectif de 1500 $. La somme collectée ne permettra pas de financer le voyage vers l’Allemagne. « C’est décevant de ne pas avoir atteint notre objectif », admet le duo qui pour autant « continuera tout de même à réaliser des films ».

Clin d’oeil au genre blaxploitation

« À travers notre vision queer et féministe, nous avons récupéré des éléments de la blaxploitation », confie le duo composé de GWS & Kei X. Griot, aussi couramment appelé G & K. Coupe afro, imprimé léopard, vêtements en cuir… Le court métrage Foxy Strikes Back nous emmenène dans les années 70 à Hollywood, où ce fameux genre cinématographique – blaxploitation – se donnait pour objectif de revaloriser l’image des Afro-Américains en les présentant dans des rôles de premier plan et non plus seulement secondaires. C’est donc tout naturellement que le court métrage pornographique rend hommage au film Foxy Brown (1974), célèbre pour sa justicière sexy. Dans sa réalisation, le duo a d’ailleurs essayé de combiner « le sang-froid et la violence présents dans les films de Blaxploitation ».

Mais avant toute chose, le court métrage érotique montre à l’écran un couple queer dans un jeu de rôle qui vagabonde entre BDSM et passion. Une passion que le couple partage également dans la vraie vie, depuis dix ans. Pour leurs productions, le duo puise son inspiration dans « [ses] propres fantasmes en tant que couple ».

« Continuer à faire du porno »

Cette année, le film de G & K, a été nommé dans la catégorie Lesbian Porn Shorts du Porn Film Festival de Berlin. Une catégorie considérée comme “classique absolu” parmi les programmes de courts métrages du festival berlinois. La production du duo concourt notamment aux côtés de Tease Cake produit par Poppy Sanchez. 

Avant Berlin, la société de production a fréquenté d’autres festivals porno comme le Briefs Erotic Film Festival (Oakland, USA), le Queer Women of Color Film Festival (San Francisco, USA) ou le Hot Bits Film Festival (Philly, Baltimore et Boston, USA). En 2012, G & K tournent leur premier film pour adultes. Rapidement reconnu, il est projeté au festival HUMP! « Lorsque nous avons assisté au festival, nous avons été surprises de voir qu’ils coupaient la plupart de nos séquences. Cette expérience nous a vraiment motivés à continuer à faire du porno et à le partager avec le monde ». On ne peut que les encourager.

 

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire