Les gifs de la semaine #293

Contente de vous retrouver comme tous les dimanches, mais cette fois-ci avec une petite pointe de bonheur en plus. N’oubliez pas que c’est grâce à vos dons que vous pouvez lire cet article toutes les semaines et vous tenir au courant de l’actualité porn avec les interviews et écrits réalisés par mes cher·e·s collègues. Comme l’explique Carmina dans le dernier édito, la cagnotte Ulule est bel et bien clôturée, mais si l’envie vous prend, vous pouvez toujours nous aider via le PayPal du Tag Parfait qui lui, restera toujours ouvert. Si vous êtes gentil·le·s, vous aurez le droit à un gif en plus la semaine pro sinon ça sera simplement une petite claque sur les fesses. Alors ?

C’est la teuf du côté de chez Silvia Rubi. Les ami·e·s sont là, les spots sont de sortie et la musique est bonne (bonne, bonne, bonne). Silvia dégaine sont plus beaux regards et ça, ça me rend ouf. Observez cette aura absolument incroyable qui se dégage de son corps, de ses mouvements et de sa domination sur Maria Riot. Le trio est d’enfer et l’amour n’est que tonnerre.

Teaser clinquant pour Rooster et Allie Oops. Avec « Triple P : Political, Pussy, Pounding », le duo danse gaiement sur les sujets de l’amour. Entre rire, caresse et masturbation, les deux acolytes ouvrent encore plus grand le spectre du porno indépendant. Ça fait plaisir à voir et à entendre.

Cet extrait vidéo avec Summer Hart & Oliver Davis me fait penser à la dernière parution d’Un Podcast à Soi consacrée au plaisir féminin. Dedans, notre très chère Ludivine, chercheuse doctorante sur les questions de genres et sexualités, y aborde le sujet de la construction identitaire genrée des adolescentes. Elle donne pour exemple ces scènes pornographiques sous la douche qui sont un moyen pour certaines jeunes filles d’apprendre des techniques afin de réaliser ce scénario à la maison. J’ai clairement fait la même chose. Comment faire pour ne pas glisser ? À quoi s’accrocher ? Faut-il utiliser le savon comme lubrifiant ? (la réponse est évidemment un grand non.) Avec un extrait comme celui-ci, la tête dans la buée et les fesses sous le jet, pas évident de tout décrypter sauf la suggestion et le plaisir. Et c’est bien ce qu’il y a de plus important.

Encore une fixette sur la bouche de Trish Collins, mais cette fois-ci pas de salive, juste l’odeur enivrante de la beuh et de ses nuages. À mi-chemin entre Lolita de Nabokov (ou de Kubrick, ou même d’Alizée si on veut), Helena Bonham Carter dans Fight Club et Rihanna (en une), Trish nous donne encore et toujours des sueurs froides. Je vous conseille vivement le visionnage de toute la vidéo puisqu’elle est accompagnée de la douce Video Girl Muti. Autant vous dire que c’est tout à fait fameux.

Quand je vois cette vidéo de Veronika Charm, je me dis qu’il y a quand même des gens qui n’ont pas froid aux yeux. Moi qui étais du genre à ne jamais tricher à l’école juste parce que j’avais peur de me faire choper par la prof, alors vous imaginez être surprise en train de branler le mec à côté de vous dans l’avion ? Et c’est pourtant clair et net que c’est cette peur qui crée l’excitation, ce petit truc qui fait qu’on a envie d’être vu tout en se cachant, ce sentiment incroyable d’exhibitionnisme complètement égoïste en fait. Je ne vous fais pas un dessin, vous l’aurez compris, j’étais plutôt du genre à construire une tour de classeurs entre ma camarade et moi. Comme quoi, les gens changent…

Image en une : Rihanna

Cette édition des gifs existe grâce à la contribution de SxyBlood. Merci.

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire