L’année 2018 de Pornhub

Rebelote ! C’est l’heure du fameux bilan Pornhub de fin d’année. Grosses tendances, tags parfaits et talents français s’énoncent l’espace d’un très long billet publié sur le blog Insights de la plateforme de vidéos pour adultes. Tube plutôt méritant, puisqu’il a engendré plus de 33,5 milliards de visites en 2018 – soit cinq de plus que l’an dernier – à raison d’une centaine de millions de vues par semaines.

Bref, ça clique pas mal (962 recherches à la seconde), ça débarque (63 992 nouveaux visiteurs à la minute) ça échange aussi (64 millions de messages privés envoyés) et, surtout, ça produit du contenu en veux-tu en voilà, à raison de 4,79 millions de nouvelles vidéos mises en ligne cette année (légalement ou non, évidemment, ils ne précisent pas). Mais venons-en au vif du sujet.

Les tendances de l’année

Au sommet du box office Pornhub l’on retrouve comme toujours la sex tape de Kim Kardashian, cumulant 195 millions de vues – elle est la vidéo la plus visionnée de tout le site. Plus surprenant (mais en fait non !) ce n’est autre que Stormy Daniels qui monopolise l’attention des viewers – ses vidéos ont été vues 84 millions de fois. Logique car comme l’énonce le blog, les média mainstream influencent fortement l’opinion, et surtout sa curieuse libido. Le moindre édito du New York Times mènerait donc tout droit à Pornhub. Se dire que l’ex pornstar Stormy Daniels fut plus populaire en 2018 que Riley Reid et Kim Kardashian, ce n’est pas rien. Mais se dire qu’August Ames perdure dans le coeur des fappeurs de Pornhub, l’année qui suit son décès tragique, cela fait tout drôle aussi, avouez-le.

Mais la pop culture elle aussi contamine nos fantasmes. Succédant au délire « Overwatch » de l’an passé, le mot-clé « Fortnite » décolle ainsi dans le Top 20 des recherches de l’année, chaque actualisation du jeu influençant les stats du tube. Le désir de pervertir au possible un univers élastique par excellence, celui du jeu vidéo, est toujours aussi intense dans l’imaginaire collectif. Gaming et porno forment depuis toujours un joli couple, rappelez-vous du Game Job. Aussi, puisque le visiteur est un adepte de la règle 34, il a volontiers cherché les vidéos mettant en scène l’hybride Bowsette (Bowser + Princesse Peach) – à raison de trois millions de recherches enregistrées en une semaine, pour un total de 34,6 jusqu’ici !

Obsédés par l’air du temps, les fappeurs pianotent « Tinder » dans la barre de recherches (curieux réflexe). Mais surtout, ils sont exigeants et veulent du contenu 4K, dénomination figurant en troisième position des trends. C’est aussi un public diversifié et ouvert, comme le démontre la notoriété du mot-clé « Trans », surmonté de douze rangs par rapport à l’an passé. Le charme d’un porn alternatif ? Pas si sûr si on regarde la réalité de cette production encore très stéréotypée…

A part cela, rien de bien neuf sous le soleil : l’audience de Pornhub est toujours autant fascinée par les tags « lesbian », « hentai », « MILF » et « stepmom », les pornstars asiatiques, les gros seins, les fesses, et les performances d’Abella Danger et Riley Reid – la reine définitive de 2018 avec 363 millions de vues cumulées.

Romantique, plaisir féminin et Women’s March

S’il fallait résumer 2018 en un mot, nous pourrions contre toute attente choisir « Romantic ». Oui oui, c’est bien cette catégorie de vidéos – pas naturellement associée aux tendances porn – qui figure en quatrième position des recherches de l’année, juste après l’ouragan Stormy, Fortnite et le format 4K, faisant la nique aux pourtant traditionnels et efficaces « tatoos », « outdoor » et « threesome ». Au top encore, les femmes consomment toujours beaucoup de contenus pornos, et, à en lire les stats, elles accrocheraient plutôt pas mal aux fantasmes entre filles (du style lesbian, lesbians scissoring), le tag « lesbian strap on » étant par exemple 392% fois plus recherché par les femmes que par les mecs. Etonnant pour une production autour de ce fantasme qui s’oriente essentiellement vers une consommation homme hétérosexuel, mais passons…

Moins étonnant d’un point de vue comportemental, pour Pornhub, les manifestations sociales majeures comme le Super Bowl ont un effet direct sur la fréquentation du site, et à ce titre, la Women’s March organisée à l’encontre de Donald Trump aurait provoqué des secousses jusqu’aux stats du tube porno. Notamment à Los Angeles, New York et Washington, D.C, ce qui semble plutôt logique. Décidément, entre cette info et l’omniprésence de Stormy Daniels dans les Tops Recherche, on a l’impression que le président états-unien hante ce panorama X. Mais on aime plutôt à penser que n’importe quel usage du mot « Trump » sert le marketing de Pornhub d’une manière ou d’une autre.

Faps de France

Bon, mais quittons la Grosse Pomme pour revenir dans l’Hexagone (cocorico) : qu’est-ce que les Français fappent ? Dans le Top des plus gros consommateurs de porno (derrière les States, l’Inde, le Japon, le Canada) les mangeurs de grenouilles conservent leur réputation chauvine, puisque « française », « french » et « maman française » (oui) constituent le Top 3 des recherches, même si on retrouve cette spécificité de fap local dans tous les pays non-anglophones.

Croyez-moi ou non, mais la pornstar française la plus populaire de 2018 reste encore et toujours Clara Morgane, alors que son dernier X nous renvoie aux discours de Jacques Chirac. Comme d’habitude, les français copient leurs voisins anglosaxons et démontrent un intérêt vif pour Fortnite et Kim Kardashian. Mais ils portent aussi aux nues le tag « Cuckold », 80 % plus populaire chez nous comparé au reste du monde. « Candaule » est donc autre chose qu’une insulte sur un forum orienté pour les 18-25 ans, mais surtout une pratique appréciée et fantasmée dans l’intimité d’une conso porno.

Les limites du dataporn

Comme chaque année, n’oublions pas de souligner les limites de cette dataporn, qui reste une manière très habile de faire du marketing pour la marque. Ces chiffres sont ceux de Pornhub et ne doivent pas être confondus avec l’ensemble de la consommation pornographique dans le monde (qui est aussi payante, différente, par d’autres biais que le streaming, notamment au Japon). Rappelons également que certains pays dans le monde bloquent le porno. Certains commentaires soulignent déjà qu’il est étonnant de voir apparaître la Chine alors que celle-ci bloque l’accès au tube. Dès lors, pourquoi afficher ces données ?

On regrettera également l’absence d’analyse approfondie de ce qui est de notre point de vue la donnée la plus importante de l’année 2018 pour Pornhub : l’explosion de contenu publié via le programme de rémunération Pornhub Model. Cette tendance de fond est le reflet d’une mutation importante du marché porno avec l’éclosion d’une scène indépendante (certains diront « amateur »), affranchie des contraintes de la production traditionnelle.

On aurait aimé avoir plus d’informations sur les LeoLulu, Danika Mori, Xev Bellringer ou Mark Rockwell, dont les vues par centaines de millions tutoient les plus grandes porn stars du milieu, et ce en toute légalité ! A l’image du Youtube Rewind 2018, à quand le Pornhub (Model) Rewind 2018 ?

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire