Come Together : quand Paul McCartney se masturbait avec John Lennon

Come Together. Rarement une chanson n’a aussi bien porté son nom, à en croire les dernières révélations rigolotes et très bromance de Paul McCartney.

C’est GQ qui nous l’apprend, relayant les propos un brin trollesques et particulièrement décomplexés de l’icône pop : oui, Paul McCartney avait pour habitude de se masturber en compagnie de John Lennon et de trois de ses amis, entre deux concerts furieux. Il n’était pas rare que les sessions d’enregistrement de futurs hits laissent la place aux séances collectives de branlette. C’est peut être ça, l’attitude rock’n’roll ? Mais rassurez-vous, l’anecdote dépasse le simple postulat de news pour tabloids lorsque l’auteur de With a little help from my friend nous en dit plus sur le déroulement de ses plaisirs (non) solitaires. L’idée (plutôt ludique) était de décocher des noms au hasard, au fil des caresses intimes. « Au lieu de se bourrer la gueule ou de faire la fête, nous étions assis sur nos chaises, les lumières éteintes, quelqu’un commencait à se masturber, et tout le monde le suivait. Nous étions genre : « Brigitte Bardot ! Woh ! » puis tout le monde continuait » détaille aujourd’hui McCartney.

Brigitte Bardot, icône mondiale, en 1956

Bref, un jeu moins obscène que potache si l’on y réfléchit bien. Le bassiste de Liverpool précise d’ailleurs que ce sacré John avait un jour balancé « Winston Churchill ! » à l’envolée, la bite à la main. On croirait assister à un épisode de Bloqués, une sorte de cadavre exquis un peu pété, mais non, c’est bien une tranche de vie de deux des plus fameux Beatles que nous partage l’artiste. L’intéressé tient d’ailleurs à relativiser cette histoire avec son sens de l’humour so british : « ce n’était pas un énorme truc, assure-t-il à GQ, mais quelque chose auquel on ne réfléchissait pas trop. C’était juste un groupe […] il n’y avait pas vraiment d’orgies […] Cela ne blessait personne…Même pas Brigitte Bardot« . Nous voilà rassurés.

'

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire