Les gifs de la semaine #262

Samedi 1er Septembre. 19:03. Je suis actuellement derrière la caisse d’une grande enseigne de lingerie en attendant qu’une quelconque âme charitable veuille bien venir essayer la dernière collection de soutiens-gorges et de tangas. Personne en vue, je m’attèle donc à la rédaction de votre sélection de gifs préférée. J’ai bien évidement le sourire jusqu’aux oreilles en me remémorant toutes ces brèves séquences porno : des donuts, un sein discret, une bonne fessée et des lèvres mordues – nous voilà pas si éloigné de l’univers feutré dans lequel je suis. Vous êtes plutôt dentelle ou satin ?      

On part sur du classique de chez classique. Après la tarte aux pommes dans American Pie et le pot de pop corn dans La Boom, Step Siblings fait dans le déglaçage au foutre. Ça reste un peu sur l’estomac mais ça saura satisfaire les papilles les plus sucrées.

Vous savez, on entend de plus en plus parler de ces « boulots de merde » où l’heure à laquelle on termine est plus importante que le travail produit. Pour en avoir un bel aperçu, rien de mieux que la jolie BD de Emma ou ce gif de Sweet Bunny XXX. L’ennui vous assomme, ça fait cinquante fois que vous rafraîchissez votre page Twitter ? Tiens et si on se mettait tous à faire des petits gifs coquins quand la direction a le dos tourné ? Avis aux plus aventureux.

Fascination maximale pour la délurée Abella Danger qui a déjà du en voir des vertes et des pas mûres. Qu’on s’entende bien, je parle des situations rocambolesques, pas des pénis un peu trop croquants à se mettre sous la dent. Avec un membre aussi imposant, y’a de quoi avoir les yeux si écarquillés et voir sa boîte à fantasmes exploser.

Scène des plus banales lors d’une soirée Public Disgrace : beaucoup de monde, des attaches en cuir, un vrai modèle de soumission et un mec qui fait des exercices de pilate. Mais le vrai là-dedans, c’est le type dans le fond avec sa chemise de bûcheron et sa barbe parfaitement taillée. Vous l’entendez d’ici vous aussi ? « Ouais mais tu comprends, c’est une performance artistique entièrement basée sur la dénonciation du système capitalisme au sein même du modèle patriarcal du monde de l’art contemporain. » Ouais, ouais.

Prête à tout pour nous faire chavirer, Mary Moody en a les yeux qui se révulsent. Avec ses sourcils parfaitement épilés, ses lèvres pulpeuses et son sourire mutin, la belle Mary me fait aussi tourner de l’oeil. Prêtresse de la cam, elle officie désormais pour les grosses boîtes de production. Mais rien ne vaut son naturel légendaire !

Image en une : Mary Moody

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire