OllyPlum et Usul, l’interview décomplexée

On croise OllyPlum depuis quelques années en cam. Elle fait partie des Françaises qui réjouissent les tippeurs de ces plateformes vivantes où le plaisir prime. Elle avait un peu disparu de nos radars, puis fin 2017, nous l’avons vu revenir en force et régulièrement pour des lives tendres et sexy. Nous avons eu aussi la surprise de la découvrir avec un partenaire masculin, chose inédite jusqu’alors. Le 16 février, la rumeur a atteint Twitter et nous avons découvert que le vidéaste Usul, actuellement en embauche chez Médiapart, se cachait derrière ce corps anonyme à la cam. Nous sommes allé discuter avec eux dimanche soir pour en savoir plus sur OllyPlum, son engagement dans le féminisme pro-sexe, sur leur relation, sur leur avenir dans le monde décrié du porno et de la cam.

Salut OllyPlum, j’aimerais bien que tu nous rappelles un peu ton parcours.
OllyPlum : J’étais modèle photo pour Suicide Girls et au bout de 3 ou 4 ans, j’ai eu envie de passer à la vitesse supérieure, de passer à autre chose, parce que je me suis lassée de la photo. Puis, j’ai découvert la cam il y a deux ans environ, à 22 ans, au début c’était par plaisir de s’exhiber, je n’attendais pas les tokens, c’était vraiment pour m’exciter, je venais, je me masturbais et je partais. Je me suis rendue compte après que je pouvais gagner de l’argent suffisamment si je m’y mettais d’une façon régulière.

Tu as fait quelques aller-retours avec la cam.
O. : Oui, je n’arrivais pas trop à m’y mettre. J’avais du mal aussi avec la charge psychologique. Ce n’était pas forcément les insultes, mais tu deviens la psy de tes viewers en quelque sorte, ils comptent beaucoup sur toi pour être là régulièrement, pour les faire bander et pour les écouter. Tu es un peu leur petite copine pour la soirée et les discussions continuent souvent sur Twitter ou Snapchat. Tu t’investis pas mal. Et à certaines périodes, je n’avais pas le temps et l’énergie pour le faire. J’ai changé plusieurs fois de pseudo, je n’arrivais pas trop à me stabiliser. Là, ça fait quelques semaines, un peu avant Noël, que j’y suis parvenue. J’ai retrouvé une stabilité immobilière, je ne pouvais pas trop faire de cam parce que j’étais à droite et à gauche. J’ai pu me remettre aux shows plus assidûment et une fois que tu recommences bien, tu retrouves de l’énergie en retrouvant tes viewers, en en gagnant des nouveaux.

On a vu apparaître récemment, au cours du mois de janvier, un partenaire durant tes shows. Est-ce que ça a un rapport avec ce retour plus régulier ?
O. : Non pas vraiment, parce que j’avais le projet de me remettre à la cam sans en faire à deux forcément. C’était juste moi toute seule et puis un jour, on s’est juste dit : tiens pourquoi ne pas essayer ensemble ?

Usul : Et ça a été assez spectaculaire.

O. : Oui, en gros j’ai toujours streamé avec moins de 300 personnes sur ma room et le soir où j’ai commencé à le sucer en cam, on a atteint les 3 600 personnes dans la soirée. Je n’avais jamais vu autant de public sur ma room. On était en première position sur la home, je n’avais jamais atteint une telle audience, sauf peut-être une fois toute seule au début. Mais là, c’était n’importe quoi, les modérateurs étaient dépassés. On s’est dit alors que les gens voulaient voir ça. En plus, on s’est éclaté. Donc, pourquoi ne pas réitérer l’expérience. Mais bon, j’ai la volonté de ne pas tomber dans l’étiquette couple de la cam, j’ai envie de rester OllyPlum qui fait occasionnellement des shows ou des films avec son mec. Ce premier essai nous a quand même bien motivés, on a fait deux vidéos dans la semaine pour mettre sur Pornhub.

Au début, on ne le voyait pas trop. Les choses se passaient un peu hors-champ.
U. : Le hors-champ, c’était pour des histoires de papier surtout.

O. : Les premiers jours, Chaturbate ne voulait pas accepter les papiers d’Usul, donc il ne pouvait pas vraiment apparaître sinon on risquait le ban. Après il a pu être plus présent, mais en cachant toujours son visage. On savait pertinemment que ça allait être le merdier si ça se savait comme ça. Ce qui n’a pas loupé d’ailleurs quand ça s’est su.

Comment s’est passée cette première apparition ? C’était un peu sur un coup de tête ?
O. : J’étais en live, en train de me masturber sur le canapé et toi, tu es venu t’asseoir à côté de moi. C’est ça ?

U. : Je sais plus… J’étais en face non ? Derrière la caméra.

O. : Oui, c’est ça, tu étais en train de me regarder et ça t’a excité. Du coup, je t’ai proposé discrètement si tu voulais venir. Tu as dit que non, qu’on n’avait pas réglé l’histoire des papiers. Et en fait, on a essayé parce que tu en avais trop envie et voilà.

U. : On en avait parlé avant quand même, c’était une envie partagée.

O. : On en avait discuté, mais ce jour-là, le passage à l’action n’était pas prévu.

Par la suite, vous avez davantage préparé ?
O. : Au début, c’était juste des fellations, mais après on a essayé de mettre en place des goals, à 300 tokens, il me prend comme ça ; pour tel montant, tu choisis la position ou où il va jouir. Mais il ne s’agissait pas de grosse préparation, on souhaitait garder ce côté spontané.

U. : On a expérimenté, en mettant des goals ou en n’en mettant pas. La dernière fois, on a juste dit qu’on s’en foutait, on a fait ce qu’on voulait et les gens ont suivi.

O. : Quand tu ne mets pas de goal, les gens tippent quand ils le désirent et nous, on prend notre pied, on sort de la performance. On est là et on baise, quand on est deux, on essaie de privilégier le plaisir. Quand je suis seule par contre, j’élabore davantage le show, mais avec Usul non, je ne cadre pas trop.

Vous avez eu des retours après le premier show ?
O. : Mes viewers habitués étaient fous. Ils m’ont envoyé plein de messages pour me dire qu’ils avaient adoré, qu’il fallait que je fasse ça plus souvent. C’est comme s’ils attendaient depuis deux ans de me voir sucer une bite et là, c’était enfin la concrétisation d’un fantasme.

Tu dis que vous aviez fait rapidement des vidéos pour Pornhub. Tu avais une chaîne sur la plateforme avant ?
O. : Je l’ai ouverte pour l’occasion, parce que je n’avais pas envie de poster que des vidéos de masturbation sur Pornhub. Je voulais level up en quelque sorte, je voulais pousser le truc, c’était une condition sine qua non. Donc, ça s’est fait dans les jours suivants le premier show à deux. On a réalisé la première vidéo à l’iPhone assez spontanément et elle a plutôt bien marché. On n’a pas cherché à faire des plans très élaborés. Juste le plaisir de se montrer.

U. : Et de tester, tout simplement.

Comment vous êtes-vous décidés à passer à l’acte ?
U. : À la base, c’est beaucoup de jeu, il y a l’excitation de la nouveauté aussi. On a testé et si ça n’avait pas plu, on aurait arrêté, si ça ne t’avait pas plu Plum, on aurait arrêté aussi. Mais on a eu des retours assez intéressants et ça nous plaisait. On passe des soirées assez marrantes.

C’est compliqué de ne pas montrer sa tête en cam, ce n’est pas pratique. C’était voulu cet anonymat ?
U. : En ce qui concerne l’anonymat, on savait bien que ça allait sauter au bout d’un moment, que ce n’était qu’une question de temps. Je me dis que c’est pas grave, que j’ai qu’une vie, que j’aime bien faire ça. En plus, on ne fait rien de mal. Et puis surtout, sur cette question, il s’agit d’abord d’OllyPlum, sa cam, sa chaîne.

O. : Je voulais ajouter une nouvelle interaction à mes cams, montrer quelque chose de nouveau à mes spectateurs, l’utiliser comme un sextoy vivant un peu (rires), sans forcément montrer sa tête. Parce que je savais pertinemment qu’avec son nom, s’il se mettait en avant, on allait complètement me zapper.

U. : J’étais juste le partenaire, il ne fallait pas que je vole la vedette. Mais bon…

Oui, c’est sorti et tu l’as confirmé sur un live Twitch. Comment envisagez-vous la suite maintenant ?
U. : Une période est révolue, celle où on n’avait pas à se poser la question. On faisait simplement ce qui nous plaisait. Maintenant, de nouvelles questions se posent, on va trouver des solutions. Ne pas montrer ma tête durant les cams, c’était une contrainte assez pénible, comme ne pas parler. Et Plum pouvait être un peu gênée par ça.

O. : J’aime bien communiquer avec le public, avec mon partenaire et là, c’était compliqué, on couchait ensemble et je ne pouvais pas l’embrasser par exemple. Il y avait une distance assez frustrante, donc ça va pouvoir changer, même sans chercher forcément à montrer Usul. J’ai vraiment envie de garder l’image d’OllyPlum, mais ça va être un peu difficile pour un certain temps. On va tester bientôt comment ça se passe à deux dans ce nouveau contexte et avec la parole.

Comment envisagez-vous votre production porno ?
O. : Déjà, on a envie de passer à une qualité supérieure en matière d’images et de s’investir davantage.

U. : On a envie d’expérimenter. Pour passer à une vitesse supérieure, ce serait de ne plus nous filmer nous-mêmes, mais laisser quelqu’un le faire par exemple.

O. : Et aussi, de juste ne plus filmer au téléphone, de poser l’appareil sur un trépied et de se filmer nous, produire quelque chose de qualité tout en ayant un côté spontané et esthétique. J’aime bien ce que font Anna Furiosa et son copain Matt, il a ce côté amateur, mais avec une belle qualité. Ils font des choses variées, dehors, chez eux, avec des thèmes différents. J’aimerais m’inspirer de ça pour garder ce côté authentique et que ce soit agréable à regarder.

Tu cultives beaucoup un côté tendre, mignon. Ce sera toujours le cas ?
O. : On va partir là-dessus en effet. Moi, je ne fais pas vraiment de trucs hardcore, même si j’aime bien en regarder, mais pour moi, je préfère plein de peluches, des petites guirlandes et des plaids roses un peu partout, ça me va très bien.

U. : Et puis, on peut être tendre, tout en étant vigoureux (rires). Il y a des pratiques qui peuvent être un peu dures, mais avec un baiser avant ou après, ce n’est pas pareil.

O. : Sur la vidéo de blowjob, j’ai eu des commentaires sur mon sourire à la fin, que c’était mignon. C’est ce que je veux, rester mignonne, parce que c’est ce que je suis au monde.

U. : On peut faire du porno sans que ce soit dégradant, dans la complicité et la tendresse. Au-delà du résultat, c’est aussi le contexte, la manière de produire compte beaucoup et signifie quelque chose : le faire à deux, être maître de ce qu’on fait, pouvoir l’uploader ou le supprimer. Je suis marxiste et je crois que les conditions de production comptent beaucoup, on ne produit pas la même chose quand on est maître de son travail, plutôt que quand on est subordonné. L’idée, c’est d’expérimenter ce qu’on peut réaliser quand on n’est pas subordonné. Même si bon, on a tous les vieux schémas du porno mainstream, parce qu’on en a regardé. On peut avoir tendance à imiter, même sans faire exprès.

O. : Oui, on suit les codes instinctivement.

U. : Il va falloir désapprendre certains clichés, trouver comment montrer d’autres choses. Il y a des pratiques que je n’ai jamais vues, comme une séance de baise pendant les règles. Même si ça doit exister, puisque tout existe. Mais l’idée, c’est d’expérimenter. Je me demande aussi si on peut baiser en toute liberté en laissant quelqu’un nous filmer, on ne se préoccuperait de rien, juste de se lâcher. On va tester.

Comment trouvez-vous Pornhub et son programme Model ?
U. : Je trouve ça super intéressant parce que je viens de Youtube. J’aime bien, car c’est le même système, chacun reste maître de son contenu, de sa chaîne, de ce qu’il y met. Je trouve ça pas mal et c’est une chose qui m’a intéressé parce qu’il y a un continent de choses à faire. Des gens expérimentent de partout, on va voir s’il y a des modèles qui émergent, s’il y a de nouvelles recettes et comment les trouver. J’aime bien Pornhub et ce qu’ils font avec la communauté des modèles.

O. : En plus, ça offre une visibilité que je n’avais pas sur mes cams avant. Ça permet d’ancrer mes vidéos quelque part, de les montrer à un nouveau public, puis je peux les promouvoir sur mon compte Twitter et les gens viennent me voir après.

U. : Après Pornhub, c’est comme Youtube, c’est une multinationale, inquiétante à bien des égards, mais on fait avec les outils qu’on a.

Tu as une chaîne ManyVids ?
O. : Oui, j’y ai posté la première vidéo qu’on a faite ensemble sur mon ManyVids, mais sinon ce ne sont que des solos. Je poste de moins en moins dessus. Même si ça me rapportait plus que ce que Pornhub me rapporte maintenant, il n’y a pas le même lien avec les gens. Ils ne prennent pas le temps de partager ne serait-ce qu’un avis sur ce qu’ils ont acheté. J’ai l’impression que c’est un peu caché : on achète la vidéo, mais on ne veut pas de contact avec la modèle. Sur Pornhub, j’ai toujours des commentaires sous la vidéo. On pourrait penser que quand tu investis financièrement, tu cherches un retour, mais pas du tout. Je cultive beaucoup l’échange avec mon personnage d’OllyPlum, j’aime vraiment ça, le côté girlfriend d’Internet. J’aime bien discuter. Parfois, je me connecte à la cam et je ne fais que parler.

U. : Je retrouve ce que j’avais sur Youtube, les gens ne viennent pas seulement regarder un contenu, ils viennent voir une personne. C’est intéressant de cultiver les interactions, elles sont différentes entre les plateformes en plus. Twitter, Pornhub, la cam, c’est très différent.

O. : Les gens ne viennent pas pour voir la même chose selon le réseau ou la plateforme, le public est le même souvent, mais ils n’interagissent pas pareil. Après, j’ai envie que l’on continue à me voir comme une camgirl. J’ai vu des mecs sur Twitter qui disaient actrice, on peut dire performeuse aussi, mais je ne veux vraiment pas perdre le titre de camgirl. À mes yeux, ça évoque davantage la girl next door, sympa, mignonne, que tu découvres autrement, avec qui tu as une interaction spéciale. Je cultive aussi le côté jeux vidéo sur mes cams, je veux continuer là-dessus.

U. : Les camgirls ont cette image liée à l’indépendance, des personnes dans leur coin (même si ce n’est pas le cas de toutes), qui cultivent un univers et le développent de manière autonome, quand l’actrice est plus soumise à des contraintes externes, comme une production, des tournages. À la cam, tu peux créer une personnalité avec plus de liberté.

O. : À la cam, je peux annuler un show si je ne me sens pas bien, je peux gueuler contre un viewer s’il est irrespectueux, des choses plus compliquées à faire quand tu es bookée sur un tournage. Mais même, je désire être davantage une camgirl qui fait un peu de porno que l’inverse.

Tu disais avoir davantage de revenus sur ManyVids que sur Pornhub.
O. : Sur ManyVids, je sentais que mes viewers aimaient me voir en cam, mais ils avaient envie de me supporter d’une autre façon, différemment. Je n’avais pas de Patreon et pour eux c’était une manière de me montrer qu’ils étaient présents. Ils pouvaient aussi m’avoir sur une vidéo de 10 minutes, rapide, avec moi qui me déshabille et qui me touche jusqu’à l’orgasme. Les vidéos solos sont un peu comme un show cam, mais en condensé et accessible n’importe quand. En général, les acheteurs étaient des habitués, des gens de ma communauté qui me connaissent. Bon, je ne sais pas s’ils l’achètent pour se branler ou simplement pour me soutenir, mais j’ai quand même ce sentiment de soutien, parce qu’ils m’envoyaient un petit mot pour dire : t’as vu, je l’ai achetée.

U. : Pour Pornhub, la rémunération se fait davantage sur la quantité que sur la qualité, donc c’est un autre défi. C’est une nouvelle science à apprendre aussi pour faire des vues et se faire repérer, avec les mots-clés, enfin les tags à mettre.

Plum, tu as amené ton partenaire au porno et toi, tu es allée sur Youtube.
O. : Oui, j’ai commencé à faire des vidéos pour Youtube, j’en ai mis même une sur la chaîne Pornhub et elle a mieux marché qu’un solo masturbation, c’était surprenant. Youtube, ça me permet de toucher d’autres personnes, de me poser davantage sur une réflexion, sur des thèmes qui me tiennent à coeur. En cam, j’aime bien parler de féminisme parfois et là, ça me permet de le faire calmement. Pendant 10 minutes, la parole n’appartient qu’à moi, je dis ce que je veux. C’est une autre façon d’en parler. J’ai vraiment envie de faire passer le message qu’on peut sucer des bites en vidéo et être féministe. Ce n’est pas une question de pratique sexuelle. Beaucoup de féministes pro-sexe l’ont fait avant moi, mais je veux dire que le porno, afficher l’image de sa sexualité, ce n’est pas quelque chose de dégradant et en aucun cas, ça ne t’exclut de la société, ça ne te dégrade pas, ça ne te fait pas tomber dans quelque chose de sale où tu ne peux plus réfléchir, où tu ne peux plus te placer socialement. On peut très bien avoir un discours pertinent et faire du porno. C’est aberrant qu’encore aujourd’hui ce soit quelque chose de complètement dingue à envisager. Depuis deux jours, il y a un shitstorm sur Twitter autour de nous, les gens sont atterrés par le fait qu’on puisse être féministe et faire du porno. C’est ce qui me choque vraiment.

U. : Je trouvais intéressant qu’on puisse échanger nos compétences, nos savoir-faire avec Plum.

O. : Je suis une nana, alors déjà on m’écoute moins, en plus je me déshabille, donc on m’écoute encore moins. Et avec Usul, j’ai pu me mettre davantage en lumière, prendre la parole avec une certaine visibilité notamment quand j’ai participé à la vidéo d’Ouvrez les guillemets. Même si c’était un peu court.

U. : Ce qu’elle dit dans la vidéo, c’est ce qu’elle me disait dans nos discussions.

O. : Ça a été réécrit un peu, mais c’était mes idées, ce que je pense. Ce n’était pas un discours qui sortait de nulle part. On y avait réfléchi. Et le fait que je sois dans cette vidéo et qu’il m’ait aidé à faire la première pour Youtube, c’est ce qui me manquait.

Toi Usul, tu as plus exploré le corporel.
U. : C’est ça, je suis habituellement dans la polémique permanente, dans le militantisme, les revendications, c’est assez épuisant. J’aime bien avoir cette oasis à côté, c’est du plaisir, du laisser-aller, on n’est pas dans le conflit, c’est juste de l’amour, du partage. Des choses positives. Normalement, le cul, ça ne devrait pas être un terrain sur lequel on s’envoie des fions, de mauvaises ondes. C’était ma petite oasis avec Plum et on va continuer à la cultiver, même dans l’adversité. Je pense que l’agitation va retomber. Ça me fait du bien. Je développe aussi un nouveau rapport au corps, à l’image de soi-même. Ça m’a débloqué sur certains trucs, sur la vision de mon corps. Le voir en vidéo, c’est autre chose. Je me trouve mieux aujourd’hui.

C’est quelque chose que tu as ressenti aussi Plum quand tu as commencé à être modèle ?
O. : Complètement. La cam surtout, parce que les photos, ça reste figé, tu choisis bien les poses qui te mettent en valeur, mais dès que tu bouges, ça change tout. La cam, ça m’a permis de pouvoir bouger et de découvrir des choses nouvelles sur moi aussi. La première fois que j’ai squirté, c’était en show. J’ai découvert ce truc assez intime devant 250 personnes. J’ai toujours été très complexée et la cam m’a apporté un certain lâcher-prise, même si je fais toujours attention à l’image que je renvoie en cherchant les bons angles. Mais je ne contrôle plus autant, je ne me soucie plus trop de ce qu’on va penser de moi. En plus en cam, il n’y a, en général, que des gens plutôt bienveillants.

Vous voyez quoi comme pont entre le monde des vidéastes et celui des cam models et du porn ?
U. : J’ai toujours trouvé absurde qu’il n’y ait pas vraiment de ponts entre ces deux univers. Twitch, c’est Chaturbate par exemple, c’est la même chose. Ce sont des milieux qui ne se fréquentent pas, qui ne se parlent pas ou très peu. Dans l’absolu, les ponts sont encore à construire, mais il faudrait que les gens acceptent une vision plus cool du porno.

O. : Et plus libre de la femme aussi.

U. : C’est bien si notre cas peut amener les gens de Youtube à s’interroger sur Pornhub par exemple et son modèle qui ressemble à celui qu’ils connaissent. J’espère que ça provoque un peu de curiosité pour qu’ils découvrent qu’on peut se professionnaliser comme sur Youtube. Que des ponts existent, que ce sont les mêmes personnes, la même génération.

Là, vous êtes en train d’en créer. Toi Plum, tu es en train d’en faire avec ta chaîne Youtube.
O. : C’est possible, mais on est reçu avec beaucoup de violence. On en fait les frais depuis que certains ont découvert qu’Usul était mon partenaire. Là c’est encore à chaud, mais il y aura toujours des gens pour insulter soit moi, soit Usul, parce que si tu es dans le porno et que tu bascules dans autre chose ou l’inverse, il y a un moment où tu vas être dégradé par les autres, c’est comme si le porno te salissait. Même si un homme, un Youtubeur qui va se mettre au X, comme c’est un homme, ce sera un peu mieux accepté, alors qu’une femme qui va faire ça, ça va être terrible.

U. : Le mouvement de fond de tout ça, c’est de décloisonner, de banaliser dans le bon sens du terme ce travail, que ce soit considéré. J’ai vu que la CGT avait défendu une personne qui subissait des insultes quand son passé porno avait resurgi. Ce sont des premiers pas. Comment arrête-t-on de considérer ces gens comme des pestiférés ? C’est en construisant des ponts qu’on peut arriver à plus de tolérance, même si pour l’instant, c’est pas gagné.

O. : Tout ça, les insultes, la mauvaise image, ça prouve que ça soulève plein de choses chez les gens, ça les remet en question. Toi, tu arrives et tu essaies de déconstruire des années de sexisme, de tabou, ils ne savent pas comment le prendre, alors ils insultent parce que c’est plus facile que de se remettre en question. Et moi, cette vague de haine que je reçois depuis quelques jours, et puis avant aussi, ça m’encourage à continuer, c’est une lutte que je n’ai pas envie de lâcher.

Vous voulez ajouter une dernière chose ?
O. : Je sais que dans le titre de l’interview, il va peut-être y avoir le nom de Usul et que ça va faire parler par rapport à lui, j’ai peur que l’accent soit trop mis sur Usul le Youtubeur qui fait du porno et pas sur le fait que derrière il y a une femme, enfin des femmes, les cam models qui subissent les insultes et la stigmatisation. Je ne veux pas avoir que des retours comme il y a sur Twitter où on lit qu’Usul se sert de ça pour se mettre en avant. Je préfère que les gens s’intéressent à travers nous aux conditions des travailleuses du sexe et faire passer mes messages, que ça soulève des interrogations positives.

Photos d’OllyPlum et Usul par Monsieur Bazin.

11 commentaires Voir les commentaires

  • Personnellement, les vidéos d’ Usul m’ont beaucoup aidé à me construire en tant que jeune adulte. Le point de vue sur la société qu’il ma aider à développer me sert vraiment de point de repère quand on me demande mon avis sur un sujet.
    J’apprends l’existence de cette affaire en lisant cette interview et je suis content d’apprendre qu’il mène malgré tout une vie épanouie malgré les gens qui l’insulte depuis quelque semaine (la vidéo comme quoi fallait taper sur les flics). J’ajoute que je soutient également sa copine(/compagne?). Comme je l’ai vu chez benzaie qui faisait des lives avec Jessie Volt ou Manuel Ferrara, les gens qui font du porno sont avant tout des personnes normal qui travaille comme les autres (parfois par plaisirs/ parfois pour pouvoir boucler les fins de mois) et je trouve absurde de les mettre à la lie de la société.

    Bonne continuation à vous deux en tout cas :)

  • Je m’attendais à un interview de OllyPlum par Usul :-) Même si vos contenus de couple ne m’intéressent pas, je vous souhaite pleins de bonnes choses et de nombreuses expériences (mais pas avec le chat, voyons!), en vous éclatant, c’est bien là l’essentiel. Pour les gens choqués (de tout, généralement), eh bien j’imagine qu’ils et elles vont déclencher une shitstorm aux proportions bibliques et… qui retombera la semaine suivante. Amusez-vous bien et si vous allez plus loin dans le porno, par pitié, pondez de vrais dialogues!!!

  • Ce qui ressort de cette interview c’est le côté sain et hyper respectueux de votre relation de couple. Ceux qui vous jettent la pierre feraient bien de commencer par balayer devant leur porte, car pour moi les comportements les plus virulents sont sans doute le reflet d’un problème de perception de soi et de l’autre… Belle initiative que cette interview en tout cas, réponse posée et intelligente. Bravo

  • Bravo à tous les deux d’assumer l’ouverture de débats compliqués mais précieux. La gauche et le corps, sa vitalité, sa liberté (? et l’inconscient ? et les injonctions inconscientes ? et l’autre que l’on porte en soi et qui nous aliène ? et le besoin compulsif de miroir pour délimiter son intégrité propre ?), la gauche et le plaisir, la gauche et la mise en scène des rapports de force là où seuls ils sont inoffensifs puisque consentis etc….c’est important, ça manque, merci pour ça. Reste que pour être honnête la seule sensation inconfortable que j’ai c’est de passer de la vidéo de Olly sur féminisme et tds (ultra intéressante et bien énoncée) à une sexcam que j’ai regardée en live l’autre jour. Le côté mignon mais surtout commercial, ce sourire de vendeuse et le petit remerciement nominatif à chaque token, le surjeu de l’étourdissement dans la jouissance alterné avec des regards écran pour vérifier la réaction du public me font l’effet d’une dissociation psychique qui ne me semble pas saine, MAIS CA C’EST MOI, grand bien te fasse si ça fonctionne pour toi Olly, je suis juste inquiète car personne ne sait comment on vieillit sans droit à l’oubli, c’est vous la génération qui allez nous l’enseigner. Moi je suis vieille et super contente que mes réglages psy, corporels, sociaux, avec l’exhib, le corps, les tentations de s’abandonner à ces transes, de les monnayer etc…n’aient pas été filmées… je n’appelle pas un « oasis » un truc mis en pâture sur le world wide web. Mais bon. Soutien inconditionnel. On apprend grâce à vous, brave hearts <3

  • J’ai un avis très partagé sur toute cette affaire. Alors d’accord, c’est votre corps, vous en faites ce que vous voulez, blablabla on connait le refrain et j’ai rien de particulier à y redire, donc passons cette étape.

    Ce qui me dérange, c’est que cette relation a commencé par « il voulait baiser, je voulais boire ». Quoi qu’on en dise, c’est de la prostitution, ce qui n’est pas un mal en soi. Mais ! Usul se revendique communiste, ce n’est pas un secret. Profiter d’une dépendance et d’une situation financière délicate pour tirer un coup, ça n’a rien de communiste. C’est même le genre d’opportunisme qu’on reproche souvent au capitalisme, tiens t’es dans la merde, moi non mais il me manque un truc, bosse pour moi.

    Pour le reste, je pense que faire cette interview et tout mettre à plat était la meilleure solution et devrait faire taire ceux qui vont toujours trop loin quand il s’agit de se moquer. Je pense personnellement qu’Usul raconte beaucoup d’âneries dans ses vidéos, je n’aime pas sa façon de faire passer son opinion, et il m’énerve à lancer des piques à la « fachosphère » comme il aime l’appeler, pour ensuite se défiler quand cette même fachospère propose un débat, sous prétexte que ce serait inutile de débattre avec des trolls. Mais cette histoire de porno n’a rien à voir avec tout ça, et à un moment faut arrêter d’être con et savoir distinguer la vie politique et la vie privée, donc ce serait cool que les zêlés de droite arrêtent de donner raison à ceux qui les accusent de troll.

  • je trouve ça super interressant l’usulgate parce que ça supprime un outil énorme aux virilistes d’extrême droite : la désexualisation de l’adversaire (le fait de traiter les mecs de sans-couille ou les meufs de coincées du cul). critiquer directement la sexualité d’usul et ollyplum serait un aveu de non-alpha-itude.

    alors ils sont obligés d’attaquer l’éthique du truc (tu vois c’est des marxistes,mais ils sont sur pornhub, une plateforme capitaliste) mais ça du coup ça tient pas la route non plus. parce que l’extrême droite « moderne » revendique ce côté libertarien, anar de droite provoc, qui assume pleinement ses libertés, et donc ses choix sexuels.

    ça doit leur faire mal à l’égo. un truc de ouf.

  • Heureuse que cette histoire ait pu vous donner une visibilité toute nouvelle. Je découvre Plum et votre relation avec cette histoire de buzz. En regardant ses vidéos, certains de mes a priori sont tombés. Je trouve que son féminisme et ce qu’elle choisi de faire de son corps sont complètement compatibles, et cette vision d’une femme libérée et maîtresse de ses choix pourraient faire avancer des choses. Je trouve cela assez aberrant qu’elle soit culpabilisée par d’autres femmes lui reprochant que c’est à cause de femmes comme elle que certaines filles se font violer. C’est complètement dingue, encore une fois c’est comme si les hommes étaient victimes de leurs pulsions incontrôlables et que ce ne sont pas les violeurs les coupables. Comme si, de plus, le viol avait attendu l’existence de la pornographie pour exister.
    A mes yeux le sexe est une énergie puissante (celle à partir de laquelle la vie se crée, tout simplement), qui est réprimée et c’est de la que viennent les déviances (j’entends par déviances des rapports non consentis).
    Je t’encourage à t’exprimer sur le sujet! Tu es douce et le monde a besoin de personnes courageuses comme toi.

    Prenez soin de vous.

Laisser un commentaire