La « taxe YouTube » taxera le porno dès 2018

Ça y est, la « taxe YouTube » a reçu le feu vert de la Commission Européenne : elle sera mise en place en France à partir du 1er janvier 2018. Le gouvernement Macron étend par décret une taxe vidéo qui jusqu’ici ne concernait que les sites français payants de VOD comme OCS, Pluzz ou Canal Play. Les modalités d’application du décret ont été publiées dans le Journal Officiel du 21 septembre, nous apprend Numerama.

En bref, une taxe de 2% sera imputée aux revenus publicitaires réalisés dans l’Hexagone par tous les opérateurs, nationaux et étrangers, hébergeant des vidéos gratuites ou payantes sur Internet. Elle sera affectée au Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et nourrira ainsi le système d’aides à la création propre à notre pays.

Un jeu de mot audacieux pour vous divertir

YouTube, Netflix et iTunes sont dans le collimateur… et les plateformes pornos comme Pornhub, Xhamster ou Xvideos. Dans leur cas, la taxe devrait grimper à 10% ! Une taxe variable et spécifique au secteur qui rappelle les niches fiscales pré-existantes sur le chiffre d’affaires et les bénéfices des producteurs et distributeurs de contenu pornographique et violent en France.

Cependant, on voit mal comment cette « taxe YouTube » pourrait être appliquée sachant que la majorité de ces sociétés ne sont pas domiciliées en France. Elle ne dit pas non plus si d’autres services de streaming comme la webcam freemium sont concernés (une partie des revenus de Chaturbate ou Cam4 provient de la publicité).

Au final, la taxe YouTube pourrait bien devenir la taxe Dailymotion dès janvier comme le soulignait déjà en octobre 2016 dernier l’ancien Secrétaire d’État au Budget, et ne viser que les rares hébergeurs français.

2 commentaires Voir les commentaires

  • Trois choses, tout d’abord, je trouve assez incompréhensible que le secteur de l’adulte soit plus taxé que les autres, d’autant plus qu’il connait des difficultés en ce moment.

    Deuxièmement, la plupart des sociétés (françaises) concernées sont déjà taxées (et plutôt durement).

    Enfin, même si c’est un avis un peu plus personnel, je trouve que le budget du CNC est scandaleusement très mal réparti surtout lorsque l’on voit que la moitié du financement de certains films français sert à payer un seul acteur « vedette »…

  • Je vois pas en quoi Netflix en aurait quoique ce soit à faire de cette taxe Youtube puisque cette taxe ne touche que les revenues publicitaires et non les abonnements. Le plus ridicule, c’est l’estimation qu’a fait Bercy et qui donnera juste un petit million d’€ pour les caisses de l’État :)

    Par ailleurs la « vrai » taxe Netflix a été votée en 2014 et Netflix s’en bas les couilles totalement.

Laisser un commentaire

Le Bon Fap