Jenna Jameson a-t-elle pété un plomb ?

Jenna Jameson a été trop célèbre pour disparaître : presque dix ans après son départ à la retraite, elle attire toujours l’attention. Malheureusement, c’est parce qu’elle a pris l’habitude d’enchaîner les déclarations polémiques.

Tout a commencé en octobre 2015, quand l’actrice a révélé ses opinions politiques sur Twitter. Après avoir retweeté un compte qui accusait les Démocrates d’« importer des réfugiés terroristes », elle s’est dite « heureuse d’être comparée » à Donald Trump. A l’en croire, le Républicain Marco Rubio faisait également un bon prétendant à la présidence. Quelque jours plus tôt, elle s’était présentée comme « 100% Républicaine » lors d’un échange avec l’un de ses followers.

En route vers la nouvelle droite

Donald Trump et Jenna Jameson en 2008

Pendant la campagne présidentielle américaine, Jenna Jameson a décidé de soutenir Donald Trump à fond. Après la diffusion d’un enregistrement dans lequel le candidat républicain conseille d’« attraper [les femmes] par la chatte », l’ancienne actrice a pris sa défense : « Je connais Me. (sic) Trump, et il a toujours été gentil et respectueux envers moi », a-t-elle tweeté le 26 octobre 2016. Le site d’information conservateur The Daily Caller a adoré.

Au mois de janvier dernier, Jenna Jameson a commencé à glisser vers l’islamophobie pure et dure en affirmant dans un tweet que l’Islam faisait « l’apologie du viol d’enfants, de la mutilation génitale féminine, du massacre des non-croyants et de la polygamie ». Dès lors, elle a enchaîné les sorties toujours plus nauséabondes. 

Jenna Jameson VS. « Musulmans violeurs »

Quelques semaines plus tard, l’actrice a passé trois jours à déblatérer des inepties islamophobes sur Twitter, s’enflammant contre les « psychos de la charia » et les « bandes de musulmans violeurs » qui, selon elle, terrifient la Suède. Au cours du débat déclenché par ses déclarations, elle a également lancé : « Est-ce que le Ku Klux Klan suit une religion qui ordonne la mort des apostats ? La dernière fois qu’un membre du Klan a fait sauter des infidèles, c’était quand ? » 

Une petite visite sur le compte Twitter de Jenna montre que ces déclarations ne sont pas la conséquence de coups de chaud passagers. Son fil regorge de caricatures islamophobes, d’attaques contre les défenseurs du multiculturalisme, de retweets de sites d’informations d’extrême droite. Aucun doute, l’ancienne Reine du porno est devenue une apôtre de la « nouvelle droite » américaine. Celle-ci l’accueille d’ailleurs bien volontiers, y compris pour lui permettre de se défendre contre les piques de l’industrie qui l’a rendue célèbre.

xHamster se moque

John Brutal

Le 21 mars dernier, xHamster a révélé l’identité de l’homme qui a été choisi par les fans pour incarner Donald Trump dans des parodies porno à venir. Cet amateur connu sous le nom de John Brutal tournera avec des professionnels. Le tube a affirmé qu’il avait proposé des rôles à plusieurs célébrités : Julia Ann serait pressentie pour incarner la porte-parole Kellyanne Conway, Ron Jeremy pour prêter ses traits au conseiller Steve Bannon, et Jenna Jameson pour jouer son propre rôle. Bonne vanne.

Ce petit tacle a été pris au premier degré par l’actrice. Contactée par le site d’information ultra-conservateur et pro-Trump Breitbart, elle a nié avec véhémence toute implication dans le projet de xHamster : « Complètement faux. J’appellerais ça des fake news… Ou un pauvre stratagème d’une entreprise en manque de publicité pour leur film de merde ». L’article est présenté comme une exclusivité. Rappelons que la société-mère de Breitbart a été présidée par Steve Bannon de 2012 à 2016.

Islamophobie, oui ; antisémitisme, non

David Duke

La visibilité de Jenna Jameson au sein de sa famille politique ne signifie pas qu’elle est amie avec tous les supporters de Donald Trump. David Duke, l’ancien Grand sorcier impérial du Ku Klux Klan et supporter exalté du nouveau président des Etats-Unis, le sait bien : au mois de décembre dernier, il a été taxé de « monstre répugnant » par l’actrice après avoir déclaré que « les Juifs domin[aient] le porno ». Jenna Jameson s’est convertie au judaïsme l’année dernière pour se fiancer avec son compagnon, le marchand de diamants Lior Bitton. Depuis, elle soutient les causes juive et israélienne avec ferveur sur les réseaux sociaux.

En 2008, Jenna Jameson supportait la Démocrate Hillary Clinton ; en 2012, elle préférait le Républicain Mitt Romney à Barack Obama. Au cours de la dernière campagne présidentielle, elle n’a pas été seule à soutenir Donald Trump au sein de l’industrie – loin de là. A notre connaissance, elle est tout de même la seule à s’être laissée emporter par l’islamophobie. Comment l’expliquer ? Peut-être que ses problèmes d’argent l’ont poussée dans les bras des Républicains et qu’elle a glissé. La seule chose dont nous sommes sûrs, c’est qu’il vaut mieux éviter de la suivre sur Twitter.

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire