On a fappé pour vous : test du Fun Factory Miss Bi

Dans ma quête du sextoy parfait, la marque Fun Factory a pris une place prépondérante. Peut-être est-ce parce qu’ils m’ont fait découvrir mon premier vrai sextoy de compète, ou peut-être simplement parce qu’ils font des jouets superbes aussi bien visuellement que fonctionnellement parlant. Du coup, quand Gonzo m’a dit « Opé pour tester un rabbit de Fun Factory ? »,  je n’ai pas hésité une seconde. Et bien entendu, j’ai eu raison.

Je ne sais pas si c’est votre cas, mais moi j’adore recevoir du courrier. Je me souviens avoir dépensé mon tout premier salaire sur Amazon et avoir kiffé comme jamais en recevant le paquet. Depuis ce jour, je guette le facteur avec impatience, même quand je n’ai rien commandé, on ne sait jamais. Aujourd’hui au moins je suis sûre de ne pas attendre pour rien, mon Miss Bi va arriver d’un instant à l’autre. Le livreur, un beau gosse aux cheveux longs, me remet le carton pendant que je souris comme une débile en faisant « hinhinhin » dans ma tête parce que je sais ce qu’il y a dedans et pas lui. Je m’en retourne à mon salon et déballe l’objet sans trop de ménagement. Comme pour le précédent, livret explicatif et chargeur USB sont inclus dans le packaging, avec également des échantillons de lubrifiant. En gros, je n’ai plus qu’à le charger. En le prenant en main, j’ai une réflexion bizarre : « Il est pas un peu court ? » (jamais contente la meuf !). Je le branche et l’oublie pendant quelques heures.

funfactory_missbi

Plus tard dans la journée, je me penche sur le fonctionnement du jouet et ses particularités. Il s’agit d’un rabbit a priori classique, si ce n’est que la robustesse des jouets de chez Fun Factory surprend toujours. Solide, ergonomique, design impeccable, waterproof : on aime. La grosse nouveauté du Miss Bi cependant, c’est qu’il fonctionne à l’aide de deux moteurs indépendants, un qui servira à vous titiller le vagin et l’autre pour faire vibrer votre clitoris. Je teste l’un puis l’autre. On retrouve les motifs de vibrations variés qui m’ont beaucoup plu dans le Amorino Deluxe et effectivement, on peut caler un des moteurs sur un rythme et le deuxième sur un autre. J’ai déjà la pression en me disant que je vais devoir analyser les sensations et être à l’écoute de mon sexe pour réussir à apprécier le potentiel du Miss Bi. C’est une assez bonne chose finalement.

MissBi_FunFactory

Lorsque je me décide enfin à l’essayer, il fait le taf sans aucun problème. Je me chauffe avec les vibrations pendant quelques minutes avant de l’insérer. Il est plus court que certains en effet, mais sa courbe vers l’avant cherche la paroi interne du vagin (le point G donc) et procure des sensations très agréables. Si on ajoute à ça la partie qui vient se poser sur le clitoris et qui caresse bien les lèvres on est vraiment gâtée. Toutes les parties du sexe sont sollicitées et on se lasse pas des vibrations rondes et douces comme le ronronnement d’un gros chat. Au bout de quelques minutes de tâtonnements, je repère mon niveau de puissance préféré et j’en prends mentalement note pour les fois suivantes.

MissBi_Fun_Factory_sextoy_

Car oui des fois suivantes il y en a eu, et il y en aura encore. S’il n’est pas révolutionnaire, le double moteur du Miss Bi est innovant, rendant le jouet pratiquement parfait dans sa catégorie. Toujours là à vos côtés, il semble infatigable… tellement qu’une fois il m’a lâché en plein show webcam et j’allais râler jusqu’à ce que je calcule que je ne l’avais pas chargé depuis au moins 2 mois alors que je m’en sers assez souvent.  Il se pose vite comme un indispensable de toute sexothèque qui se respecte. Le mien n’est jamais loin, et j’ai beau en avoir une vingtaine, c’est souvent à lui que je pense en premier. À recommander !

Le Fun Factory Miss Bi est disponible à 109,90 euros sur la boutique du Tag.

Photos par © Bart.

'

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire