eFukt : la preuve par l’infantilisation

La dernière vidéo d’eFukt ne contient aucun prolapsus, aucune humiliation d’actrices aspirantes, aucun jeu sadomasochiste qui tourne mal ; pourtant, elle nous a fait serrer les dents comme jamais. Dans “Hey Mom! Gymnastics Lessons Paid Off After All!”, une actrice se la joue petite fille avec une voix insupportable, des fringues colorées et des remarques type “Les mecs vérifient ma carte d’identité avant de mettre leur bite dans ma chatte.”

doll

L’actrice en question s’appelle Lucy Doll. Son profil sur le site officiel du studio Mofos essaie de nous faire croire qu’elle n’a que 18 ans. En vérité, elle en a 19. La séquence sélectionnée par eFukt n’est pas exceptionnelle : quelque soit le studio pour lequel elle tourne, la jeune femme piaille et minaude. Ce petit jeu d’infantilisation n’est pas sans rappeler les frasques de Max Hardcore, ce pornographe réputé pour transformer ses actrices en petites filles adultes. C’est douteux, mais tout à fait légal tant que les performeurs ne prétendent pas qu’ils sont mineurs face à la caméra.

Lucy Doll est représentée par Hussie Models, une agence d’actrices pornographiques qui n’engage que des débutantes. Son propriétaire s’appelle Riley Reynolds. Il y a quelques mois, ce chasseur de talents de 25 ans a accepté de devenir l’un des principaux intervenants du documentaire Hot Girls Wanted. Ses premiers mots à l’écran sont : “Chaque jour, une fille fête ses dix-huit ans. Et chaque jour, une nouvelle fille veut se lancer dans le porno. Je ne serai jamais à court.”

Dans Hot Girls Wanted, Riley Reynolds est présenté comme l’un de ceux qui permettent à ces jeunes femmes tout juste sorties du lycée de se lancer dans la pornographie. Son honnêteté brutale (“Tes parents sauront quoi qu’il arrive”, lance-t-il à une actrice inquiète) et son cynisme lui ont attiré les piques des anti- comme des pro-porno. Les premiers lui reprochent d’être le moteur froid d’une industrie qui broie des ingénues ; les seconds l’accusent de donner une mauvaise image des professionnels du domaine.

rileyreynolds

Le fait qu’une actrice représentée par une agence critiquée pour le jeune âge de ses talents joue la carte de la crypto-pédopornographie est plutôt ironique. Avec un peu d’imagination, on pourrait même percevoir le cas Lucy Doll comme un pied de nez. Hot Girls Wanted a été révélé en avril 2015 ; l’actrice a commencé sa carrière en juin 2015. Se pourrait-il qu’elle ait été embauchée par Riley Reynolds pour moquer les spectateurs qui l’ont accusé d’abuser de la crédulité de jeunes femmes ?

Aussi infantilisée puisse-t-elle apparaître, la dernière héroïne d’eFukt a choisi d’être là. Aussi détestable soit-il, le patron de Huffie Models n’impose rien à personne. N’en déplaise à certains, les jeunes femmes qui choisissent de s’engager dans une carrière pornographique dès leur majorité ont fait ce choix elles-mêmes. Les dépeindre en victimes de l’industrie au seul motif de leur âge, c’est là la vraie infantilisation. C’est ce que semble dire Lucy Doll en surjouant une stupidité enfantine.

3 commentaires Voir les commentaires