Le Bon Fap

Le jour où Krissy Lynn m’a fait cocu

Faites toujours attention quand vous signez un contrat, faites le relire par un avocat, regardez toutes les clauses sinon il pourrait vous arriver des bricoles. Le pauvre Gabriel que vous allez prochainement incarner dans cette scène en fait malheureusement les frais. A peine a-t-il signé un bout de papier manuscrit que Krissy Lynn sème le doute en lui disant qu’il va bientôt se faire niquer. Pas très sympa.

Vous vous imaginez signer un CDI et après vous prendre un gros doigt par votre employeur ? Pas sûr qu’on parte sur de bonnes bases… mais dans le porno, la vie est inversée. On aime baiser, se faire baiser mais avant tout en faire profiter les autres. Dans ce qui va suivre – c’est-à-dire un bon onze minutes de tension sexuelle à vous en rompre le frein – le POV devient une expérience immersive de candaulisme. Une prod sortie de je ne sais où mais qui vaut bien qu’on ré-ouvre le Bon Fappeur à la place du Bon Fap.

Comprenez-bien ce porn est un chef d’oeuvre et pas seulement parce qu’il y a la poitrine insolente de Krissy et une mise en scène qui tient la route. Ce porn, c’est vivre le cuckold sans être cocu, goûter un plat sans se brûler, c’est s’immerger dans une vie qui n’est pas la nôtre.

De bout en bout, ce porn m’a mis à terre. Krissy Lynn prend son rôle très au sérieux et chaque seconde qui défile se déguste comme le meilleur des whiskies. C’est fort mais c’est bon.

Comment faire un bon porn ? C’est simple : il faut tendre au réel, au réel, au réel. Y’a que ça de vrai.

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire