Après l’affaire James Deen, Kink révèle ses nouvelles règles

Mercredi 6 janvier, le studio Kink a révélé la nouvelle version des droits et obligations de ses employés par le biais du magazine en ligne Vocativ. Le géant californien du BDSM avait annoncé au début du mois de décembre dernier qu’il modifierait le document pour « renforcer les droits des professionnels en dehors des plateaux » suite à l’explosion de l’affaire James Deen. Dans le sillage des accusations de viol formulées à l’encontre de l’acteur par son ancienne compagne Stoya, la performeuse Ashley Fires avait déclaré avoir été agressée sexuellement par Deen dans les locaux de Kink.

Les nouvelles règles du studio sont réparties dans deux documents qui devront être signés avant chaque tournage par tous les performeurs impliqués. Les “Droits et responsabilités des modèles” et le “Code de conduite des modèles” mettent l’accent sur le consentement et encouragent le signalement de tout incident. Le second affirme : “Nous ne tolérons aucun comportement sexuel indésirable à l’encontre de nos modèles, employés, visiteurs ou représentants au sein de l’Armory (les locaux de Kink, ndlr). L’objectif des nouvelles directives est clair, éviter toute agression, coûte que coûte.

Dans les faits, les acteurs pourront désormais avoir accès à des toilettes ou à une douche individuelle s’ils en font la demande. Après l’enregistrement de chaque scène, ils devront revenir sur leur expérience auprès d’un employé du studio. Ils auront même droit à une escorte à chacun de leurs déplacements au sein de l’Armory : à leur arrivée, à leur départ, quand ils vont aux toilettes. La course effrénée au risque zéro a commencé.

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Les commentaires sont clos pour cet article.