Comment sera le sexe en 2015 d’après la science-fiction

Des décennies après avoir été élaborés, certains univers dystopiques engendrés par la science-fiction sonnent très juste. Il y a la surveillance d’Etat dépeinte dès 1949 par 1984, la généralisation des médicaments antidépresseurs prédite par Le Meilleur des mondes en 1932… Heureusement, toutes les prédictions du genre ne sont pas déprimantes au possible. Dans le domaine du sexe, les auteurs de science-fiction ont aussi vu juste, note Future of Sex.

Dans Tous à Zanzibar, John Brunner tablait dès 1968 sur la normalisation des relations polyamoureuses, homosexuelles et bisexuelles pour l’année 2010. Dans le roman, elles sont devenues une composante normale des sociétés humaines. On ne peut pas dire que nous en soyons tout à fait là, mais on avance. Pour le reste, l’écrivain a vu plutôt juste : développement des extrémismes, écarts croissants entre catégories sociales, importance croissante d’entreprises privées face aux gouvernements, télévision à la demande et légalisation du cannabis…

Si tout se passe bien, on devrait échapper à ça

Si tout se passe bien, on devrait échapper à ça

En 2000, trois ans après la naissance de Dolly, A l’aube du sixième jour faisait d’une prémisse intéressante un film d’action décevant. 2015 : le clonage d’animaux et d’organes humains est devenu habituel. Dupliquer un être humain, cependant, reste formellement interdit. On comprendra aisément la détresse d’Adam Gibson (Arnold Schwarzenegger) quand il rentre chez lui après une journée de travail pour trouver son clone tranquillement installé dans son salon. A défaut d’être un chef-d’oeuvre, le long-métrage de Roger Spottiswoode a réussi à prédire les incroyables innovations de notre époque. L’impression 3D d’organes et l’ingénierie génétique nous permettront peut-être un jour de nous équiper d’organes génitaux plus innervés, plus musclés…

Si vous aviez l’occasion de passer une journée dans le corps d’un membre du sexe opposé, que feriez-vous ? Ne mentez pas, vous vous tripoteriez les parties sans attendre. Dans Le Ravin des ténèbres, publié en 1970, l’écrivain américain Robert A. Heinlein raconte l’histoire du milliardaire Johann Sebastian Bach Smith. 2015 : trop vieux pour survivre sans assistance médicale, il décide de faire transplanter son cerveau dans un nouveau corps. Quelques cafouillages l’amènent à se réveiller dans le corps de sa secrétaire. Le Ravin des ténèbres est, bien sûr, assez érotique. Bien que nous n’en soyons pas encore au stade de la greffe de cerveau, la science progresse à toute vitesse dans la direction de la transmission de pensée. Connecter deux cerveaux, et donc deux esprits, ne semble plus si loin. Sexuellement, ça promet.

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Le Bon Fap