L’ONU somme le Japon d’interdire les manga pédopornographiques

La rapporteuse spéciale de l’ONU sur la traite d’enfants, la prostitution infantile et la pédopornographie a la ferme intention de mettre la culture japonaise à l’heure occidentale. En visite sur l’Archipel, Maud de Boer-Buquicchio a appelé le gouvernement nippon à durcir sa législation vis-à-vis des bandes dessinées représentant des actes sexuels impliquant des mineurs. « Lorsqu’ils contiennent de la pédopornographie extrême, les manga devraient être interdits », a-t-elle déclaré, reconnaissant tout de même qu’il est ardu de « trouver le juste milieu » entre liberté artistique et protection de l’enfance.

Au Japon, la possession de photographies et de vidéos pornographiques d’enfants réels n’est illégale que depuis le mois de juin 2014. Les contrevenants encourent une peine maximale d’un an d’emprisonnement et une amende d’un million de yen, soit 7 225 euros. Grâce aux pressions exercées par les dessinateurs, les éditeurs et les défenseurs de la liberté d’expression, les mangas et les vidéos d’animation mettant en scène des personnages mineurs ont échappé à cette nouvelle interdiction. Le lolicon a la peau dure. Ce qui n’est pas du tout du goût de Maud de Boer-Buquicchio.

Pour la représentante des Nations unies, la pauvreté, l’inégalité entre hommes et femmes, la tolérance de la société japonaise à l’égard des images pédopornographiques et le nombre restreint de poursuites judiciaires engagées contre leurs consommateurs encouragent les abus sur mineurs. « Si ces problèmes sont pris en charge, je crois que le Japon pourra faire reculer, voire éradiquer l’exploitation sexuelle des enfants », a-t-elle affirmé, soutenue dans son appel au gouvernement japonais par plusieurs ONG. Leur combat est loin d’être terminé : sur Internet et dans les rues du quartier tokyoïte d’Akihabara, la pédopornographie dessinée se promène toujours en liberté.

4 commentaires Voir les commentaires

  • Sujet épineux, et pour le coup ça m’intéresserait d’avoir un peu d’analyse ou même une prise de position de la part des intellos du porn que vous êtes au Tag, et pas juste la remise en forme d’une dépêche d’agence…

    Est-ce qu’il faut interdire quelque chose qui fait kiffer quelques gus dans leur coin alors qu’il n’y a aucune conséquence dans le monde réel ? (A moins de considérer que ce genre de pornographie virtuelle incite à passer à l’acte, mais dans ce cas là il faut apporter des preuves).

    C’est valable aussi pour les représentations virtuelles ou même réelles mais simulées de violence, viol, etc. Quoi qu’on en pense moralement, tant que personne n’en souffre, est-ce condamnable ?
    Personnellement les supports comme le dessin ou la 3D ne sont pas du tout mon délire mais je trouve que la question mérite un traitement approfondi.

    « Keep up the good work » sinon !

  • Ça me paraît être effectivement une question très intéressante : dès lors qu’il n’y a pas d’exploitation de mineurs, quelles seraient les raisons valables d’interdire un tel contenu ? Pour moi, cela équivaut un peu à interdire les scènes de meurtre, d’agression, de viol, dans tous les films, séries, livres ou bandes dessinées. Après tout, ces actes sont aussi répréhensibles dans la vraie vie..

Laisser un commentaire

Le Bon Fap