Badoink fait goûter le public US à la VR

“The future is here and the future is near. Just about as close as you can possibly get in fact.”. Cette sentence accrocheuse, nous la devons aux pionniers de Badoink. Ceux-ci ont eu l’idée d’expédier en vingt-quatre heures chrono ni plus ni moins que dix mille casques de réalité virtuelle low cost (VR Goggles) compatibles avec les smartphones et gratuitement offerts aux citoyens américains, spectateurs potentiels susceptibles de se fidéliser à la réalité virtuelle…mais pas seulement.

Cette démarche de démocratisation est la démonstration d’un coup marketing en or : introduire simultanément un public non négligeable de consommateurs de porn (les US) à l’univers prometteur de la VR comme à son extension directe, à savoir la SexTech et le VirtualPorn, associant ainsi aux yeux du public le Google Cardboard à l’application Badoink permettant d’acheter du porno. En somme, le futur technologique sera porno ou ne sera pas, nous chuchote t-on dans l’oreille. “VR is the future, so we’re doing what we can to bring VR to the masses.” déclare en ce sens le CEO Todd Gidler, gérant le business de BaDoink. Cette décision n’est pas anodine puisque l’entreprise compte bien dans les jours qui suivent proposer de nombreuses vidéos XXX conciliant pornstars et porn virtuel, afin de convaincre en douceur les sceptiques. En tout cas, le journaliste de El Mundo qui a pu tester la marchandise ne l’est en rien, sceptique : “Après avoir vécu l’expérience de Badoink je crois que quiconque pourra réaliser ses fantasmes, aussi irréalisables soient-ils : tu imagines une folle nuit d’amour avec Marilyn Monroe sur un anneau de Saturne ?”.

fvr-4

Et la compagnie prévoit déjà 20 000 envois de plus de ces judicieux dispositifs en carton que sont les Google Cardboard (pas d’Oculus donc, ni de Vive, mais des kits de bricolage, désolé), concus légalement par des travailleurs chinois – une promotion quelque peu économe donc, à trois dollars la pièce en moyenne (comme l’indique CNBC). Il suffit seulement d’avoir 18 ans, de se rendre sur freevrgoggles.com, de préciser ses coordonnées et le type de plateforme utilisée (Android, Samsung, Windows) pour goûter à cet échantillon de néo-technologie. L’étape suivante rêvée par Badoink, c’est évidemment l’inscription du testeur en tant que membre du site, au prix de 29.95 par mois et de 99.95 l’année.

“Experience your deepest fantaisies like never before” clame  la belle vidéo promo de Badoink vous teasant la puissance du virtual porn, “the most immersive sexual experience”, ce fap 3D à 360° (prochainement) vers le futur. La route ? Là où on va, on a pas besoin de route. Juste d’un bon équipement technologique, d’une ouverture d’esprit certaine et d’une poignée de de fantasmes dans la caboche. On devrait vous tester ça prochainement.

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire