On a fappé pour vous : test du Lelo Ina Wave

“Dites adieu aux orgasmes ordinaires !” Avec le rabbit INA Wave™ et son massage simultané du clitoris et du point G, la marque de sextoys Lelo amorce une révolution du plaisir féminin. Une stratégie marketing qui va droit au cul.

Le printemps. L’après-midi. Les locaux du Tag. Installé dans son fauteuil en bon parrain de la pègre, Gonzo me parle des derniers esclandres du porn game. Pause. Il sort un écrin anthracite comme on présenterait un whisky collector dans sa boîte d’origine. À l’intérieur, le INA Wave™, un sextoy double action conçu par le marchand de plaisir suédois Lelo. Dix modes ondulatoires basés sur la technologie WaveMotion™, deux zones érogènes stimulées, 159 euros de douceur. Le design moderne tout en courbes et le silicone fuchsia accrochent aussitôt mon regard. Objet pop et ludique, il pourrait très bien trouver sa place entre un tableau de Keith Haring et une statue de Niki de Saint Phalle. Je l’attrape, le caresse, l’allume. “Tu veux l’essayer ?”, me lâche le taulier, bille en tête, sourire aux lèvres.

Lelo ina wave

La vie aquatique

Lelo ina wave

Ce soir, je ne peux pas dormir et mon amant refuse de me raconter une histoire. J’attends qu’il ait fermé les yeux pour repêcher le INA Wave™ dans l’océan de mes petites culottes. Chut. La salle de bains m’accueille les bras grands ouverts. Je me calfeutre dans la douche. L’eau chaude jaillit du pommeau avec panache. Je deviens Lula l’exploratrice : je glisse le jouet 100% étanche entre mes cuisses. Le dildo principal pénètre parfaitement dans ma chatte, tandis que le second embrasse mon clitoris. Je zappe d’un mode à l’autre, surprise par les cambrures cadencées, des mouvements que Lelo compare à ceux de doigts agiles. Délassée, je m’invente un scénario. Celui de la malicieuse que l’on mate par le trou de la serrure. J’augmente l’intensité des vibrations et laisse le INA Wave™ faire le sale boulot. L’excitation monte très vite. Je sens que je vais jouir. Je… On frappe à la porte. Stop. Robinet. Serviette. Mon amant ne peut pas dormir et j’accepte de lui raconter une histoire.

Le nombre d’or

Lelo Ina Wave

Je le retrouve dans la chambre, mon corps encore humide. Je dépose le sextoy sur l’oreiller. Il s’étonne. Je m’allonge. Il se rapproche. Je me blottis. Alors, à voix basse, je reviens sur ma séance masturbatoire, n’omettant aucun détail. Je sens sa queue durcir contre mes fesses. Lui aussi veut jouer. Le INA Wave™ a gardé en mémoire le mode et la vitesse que j’avais définis la première fois. Cette simplicité nous évite les temps morts. Mon amant prend les commandes. Il me baise les seins tout en effectuant de légers va-et-vient avec le vibro. J’aime le voir introduire cette machine rose dans mon sexe. Il se redresse. Nous nous dévisageons. Accord tacite, accord lascif. Ma main détrône la sienne. J’agrippe le INA Wave™, j’oublie mon public, me concentrant sur moi, étendue sur le dos, les jambes entrouvertes. Mon amant enserre sa bite et se branle. J’atteins cet état rare, hypnotique ; perte de contrôle, jouissance presque insoutenable. J’ai envie qu’il me sodomise. Il s’exécute. Anus. Vagin. Clitoris. Multiplier les sources de stimulation : elle est là, la révolution du plaisir féminin.

Lelo ina wave

2 commentaires Voir les commentaires

  • Quel beau final !! J’avoue que LELO a fait très fort avec cette gamme, je l’ai moi même testé (http://www.69desirs.fr/tests-et-avis/vibromasseurs/test-lelo-ina-wave/ libre à vous de laisser le lien) et je valide ce petit bijou !
    Dans ton récit, on capte tout de suite l’effet qu’il te fait avec une magnifique évolution des envies, 1 heure avant tout le monde allait au dodo et te voilà avec un sexe dans les fesses et le INA à sa place !

  • Quelle jolie mise en… scène ! On dirait un doux fantasme, enfin pour moi tout du moins puisque je n’ai pas d’amant sous la main. En revanche, un de mes meilleurs jouets est bel et bien mon joli INA orange. J’ai retrouvé dans ton récit, la description très exacte du/des plaisir(s) procuré(s) par cet élégant et très efficace sex toy.
    D’ailleurs, en cette chaude après-midi lascive, je me sens monter le désir de le sortir de son écrin… Bye bye et vive le plaisir !!

Laisser un commentaire