Des hommes et du porn sur Mindbrowse

Preuve en est de la pertinence des propos de la charmante sociologue Chauntelle Tibbals (remember ?), celle-ci s’est récemment interrogée sur l’absence de réels travaux ou entretiens de ce nom avec la gent masculine émérite de la porn culture :

Men performers are integral to adult content production, yet their voices are almost always left out of the conversation. We rarely hear about men’s experiences as workers, their concerns, and the impact their highly visible and stigmatized careers have on their personal lives.

Effectivement, certaines choses semblent si logiques, établies et ainsi perçues, que l’on n’y prête guère attention, sacrifiant peu de temps à la nécessaire remise en question relative à toute forme de culture. Pourtant, l’une des problématiques majeures inhérentes au traitement médiatique et artistique du porno demeure clairement, en quelques mots : pourquoi ne jamais donner la parole aux acteurs ? Il semble que, sous couvert de nombreuses raisons, ayant souvent trait aux diverses polémiques liées à la pornographie et à la perception du corps – ou juste pour satisfaire un public que beaucoup jugent encore majoritairement masculin – l’actrice soit davantage exposée et écoutée que le performer. Mais qu’en est-il de la mentalité de celui-ci, de son cheminement, de ses rêves, illusions, passions et réalités ? Sujet captivant qui est encore trop peu approfondi.

Et c’est justement pour cela que MindBrowse.com [appartenant au site de porn pour femmes et couples sssh.com — ndlr] vous propose une émission qui à n’en pas douter sera fort intéressante : Men of Porn: a peek behind the curtain. Tout est dans le titre. Il s’agit d’aller au-delà de la porte verte et réfléchir sur le statut de l’acteur porno dans le milieu, les projets de jeunes loups dynamiques qui en veulent et l’expérience masculine au sens large – trop peu explorée avouons-le.

Hey salut les jeunes, moi c'est Tyler Knight

Hey salut les jeunes, moi c’est Tyler Knight

Semble-t-il, à travers notre conscience populaire, notre idéologie archaique, le condensé de nos préjugés inébranlables, qu’il soit en définitive plus “naturel” pour un homme de choisir ce métier, d’être “bon” en ce domaine, à un point tel qu’il semble presque absurde de demander les raisons, le pourquoi du comment d’une telle perspective professionnelle ? Sommes-nous à ce point terrés dans notre petit nid façonné d’idées préconcues et d’évidences toutes faites que l’on s’intéresse à peine à l’esprit du mâle cumshoter et à ses velléités ? Au-delà de cela, il s’agirait avant tout de s’intéresser concrètement à ce métier d’acteur, aux artistes qui en sont les meilleurs représentants, à leurs points de vue sur cet art, et à envisager l’artiste au-delà des clichés du fornicateur sans coeur, du dominant persistant ou du gossebeau trop chaud. Si l’actrice est souvent sujet à fascination médiatique, l’acteur, ses envies, son originalité, ses ambitions, sa personnalité, se retrouvent, finalement, un brin mis de côté par les journalistes, experts ou amateurs – et consorts – du sexe filmique. C’est consacrer trop peu de place à ce qui demeure, au-delà des fantasmes, une profession comme les autres, dont les tenants et aboutissants doivent être décortiqués.

Salut toi, je suis Ryan Driller

Salut toi, je suis Ryan Driller

Alors, cessons de tergiverser. Et entrons dans les coulisses.

Cette discute a lieu le mardi 24 mars (aujourd’hui, guys) et seront invités Ryan Driller, Steven St. Croix et Tyler Knight. Fortement conseillé. En attendant, vous pouvez toujours jeter un coup d’oeil sur la dernière émission de MindBrowe, consacrée au BD/SM.

Image en une : Steven St. Croix pour la série Romance de New Sensations 

 

2 commentaires Voir les commentaires

  • Tellement irritant a lire. Tellement ampoule des la premiere phrase. Mc Lovin, t’es chiant.

  • Ho putain, merci, enfin !!!
    Autant la refonte du site est vraiment une réussite, autant la ligne éditoriale du TAG est vraiment devenue chiante ce qui fait que je ne lit même plus les articles.
    Je vois que je ne suis pas le seul à penser cela.
    C’est vraiment passé à un autre style de branlette là…

Laisser un commentaire