The Art Of Cunnilingus

Vous sentiez-vous délaissé pour Noel ? Beaucoup de #foodporn, beaucoup d’alcool et de lumières, mais peut être pas assez d’amour…Ne vous en faites pas, Camille Crimson est là.

Ou plutôt devrait-on dire Chloé Morgane, nouveau nom de scène de l’artiste depuis une belle poignée de lunes. Camille est étonnante et prend des virages pour le moins inattendus. Cédant aux fantasmes humides des grands loups que nous sommes tous, elle s’est laissée aller à quelques fantaisies plus porn que d’habitude, de position en position, parties de jambes en l’air qui jusqu’alors étaient demeurées à l’état de rêve, du temps où la belle s’occupait surtout des plaisirs de la bouche. Mettant en joie sa fanbase, ces séquences plus explicites ont aussi pu être conçues comme une sorte de défaite, comme si la fellation en tant que telle, véritable œuvre d’art dans les vidéos de Camille, ne suffisait pas à satisfaire la majorité. Comme si il fallait viser large, plus mainstream, en alignant les pénétrations, les outrages du fessier et les journées portes ouvertes. Une évolution qui peut, d’une certaine manière, laisser circonspect.

chloe-morgane

A ce titre, le changement de nom était pour le moins éloquent. Crimson, ça fait biscuit, croquant sous la dent, dévoilant une marée sucrée sous sa couche de chocolat. Ça faisait chic, so british, du genre délice intime prodigué dans un fauteuil, près de la cheminée, une tasse de thé fumant à la main. Chloé Morgane, du fait de l’évidence référentielle du patronyme, fait tout de suite plus classique. Un peu de poésie se perd. C’est comme retoucher un alexandrin de Victor Hugo sous prétexte qu’une métaphore était trop longue. Evidemment, la divinatrice en est consciente et rassure ses fidèles en utilisant les mots-clés :

« Changing my name doesn’t change who I am. I still love giving blowjob and eat the fruit of my work: cum :) »

the-queen-takes-time-for-tea-in-the-kings-speech

En parallèle, Crimson (oui, CRIMSON, Chloé ne passera pas), suite à sa rupture d’avec son cher amant Mike, a donc laissé le concept The Art of Blowjob à ce dernier et est partie faire ses petites affaires comme la Grande qu’elle est Cependant, le principe à l’origine de la chaine n’en reste pas moins le même: la léchouille assénée avec grâce. Les coups de langue. Les lèvres amoureuses. La bouche qui caresse, qui gobe, qui déguste ou dévore. Lancé en décembre 2014, notons bien la date au cas où cet événement deviendrait historique, le chatoyant The Art of Cunnilingus semble prôner ce que furent les velléités de la rousse. Lisez plutôt :

« The Art of Cunnilingus is a brand new website, launched in December 2014. It is the newest project by the team behind The Art of Blowjob, furthering the message that porn can be beautiful and that oral sex is worthy of focus and attention. It’s a multi-performer site featuring different pairings (and trios!) of both men with women and women with women, showing a variety of desires with regards to cunnilingus. We are a smaller, boutique-style company, working to create an unparalleled mix of high-quality aesthetics with a kind of homemade spirit. »

the-art-of-cunnilingus

 

Les taquins noteront l’ironie de la situation : l’art de la pipe qui se lance dans l’art du léchage de froufrou… Blowjob versus Cunnilingus, la bataille promet d’être épique. Sur le papier, l’idée est intéressante. Il s’agit en somme de montrer à ses messieurs toutes les astuces nécessaires pour émerveiller madame, par le prisme d’un exercice souvent hasardeux, baveux, exigeant une méticulosité implacable, entre sauvagerie et délicatesse. La vidéo teasing balancée sur le site laisse, à première vue, sceptique. L’imagerie semble trop traditionnelle : symbole de la bécane, position-cliché, violence de l’emprise de la foufoune… la scène est belle cependant, ne serait-ce que parce que le physique de la jouvencelle illustre l’attention que porte depuis toujours l’entreprise The Art Of… aux corps naturels, poitrines généreuses mais non trafiquées, avec ce soin indéniable apporté à la lumière et à son impact sur l’authenticité de la situation. Puis, en sus, la force évocatrice du décorum quotidien qu’affecte particulièrement la douce. Ce garage pourrait être le votre, rien d’excessif si ce n’est la passion de l’amant, cette vignette pourrait bel et bien prendre chair à l’intérieur de votre existence banale.

lesbian-licking-with-cassie-and-jemma-lg

 

La puissance de The Art of Blowjob, c’était de nous faire comprendre que la fellation est une magie, tenant moins du surnaturel sorcier que du réalisme merveilleux. C’est à dire que c’est un acte incroyable qui imprègne la vie de tous les jours et ne demande qu’à transcender la normalité, un acte poétique qui élève tout mais n’en est pas moins à portée de tous, si tant est qu’on prend le temps de s’initier. C’est pour cela que la vidéaste a toujours soigné l’image, pour sublimer le quotidien et nous faire rêver. Cet « homemade spirit » dont Crimson parle n’en a pas moins le charme de la fiction.

Espérons que The Art of Cunnilingus témoigne des mêmes ambitions. Le principal enjeu qui nous vient en tête est évidemment celui-ci : la captation des orgasmes lesbiens par l’une des canadiennes les plus jolies de l’univers. Une certaine attente naît de cet exercice de style. The Art Of Blowjob immoralisa Crimson en reine du cadeau humide, de l’altruisme érotique, son corps est un bonbon offert au mari coquin. Mais The Art of Cunnilingus saura t-il magnifier l’amour entre femmes, esquisser les triangles dorés avec autant de subtilité que les sexes en érection ? Wait and see. And suck.

Bonne année en avance, les tagueurs. Et haut les cœurs.

6 commentaires Voir les commentaires

  • Inscrivez-vous à la newsletter, une vidéo offerte … Pourquoi s’en priver ?

  • Par contre je pense que notre bien-aimée Camille Crimson (enfin maintenant Chloé Morgane) n’est pas derrière ce projet « The Art of Cunnilingus ».

    Lors de sa rupture avec son ex Mike, c’est lui qui a récupéré l’usage des marques « The Art of… » et « Camille Crimson ».
    D’où le changement de nom de la belle, qui continue de s’épanouire sur son propre site (et effectivement se diversifie aussi, c’est plutôt sympa aussi), tandis que la marque « The Art of… » s’épaissit avec de nouvelles actrices après un rebranding en milieu d’année 2014.

  • Effectivement, Jamezeboss a raison. Je n’ai rien à voir avec ce projet. Ce sera vraiment gentil de rectifier l’article pour qu’il soit juste.

Laisser un commentaire