Aérobic, futur et partouze : hommage à la France des 90s

Le mauvais fappeur se met à jour à la vitesse d’une tortue en moonwalk et c’est regrettable car il est bon de rire dans le porno. Ian Nichols a réalisé des films dans les années 90 et possède un facebook posthume, ce qui nous indique malheureusement qu’il est décédé. Nous lui rendrons donc un hommage à travers deux films qu’il a tourné, glanés dans le grand grenier d’Internet.

La France au début des années 90, c’était des jeans taille haute, des blousons et l’intérieur d’une R5 qui puait mais qui permettait de taper des bons burns sur les parkings des supermarchés de banlieue. Le ton était léger et une délicate odeur de racisme et de sexisme planait dans l’air. Peu importe, l’amour interracial était quand même là, et il se vivait dans un gymnase où les âges et les gens s’enlaçaient dans le plus pur esprit de l’aérobic et de la baise. Cette France narrée par une voix off incroyable, c’est celle de Sex Gymnastix sorti en 1993, dont les premières minutes nous rappellent que le gonzo a quand même fait du bien au porno en s’affranchissant du scénario dans les années 2000.

Est-il possible de fapper sur ce porn ? Si on se projette dans le passé d’une VHS trouvée sous le lit de nos parents quand on était trop jeune pour regarder ces films, sans doute. Pour le reste, on préfère en rire avec tendresse.

Ante Furuta est une autre performance de Ian dans la tradition des films pornos avec de l’ambition scénaristique mais aucun budget. Sorti en 1997, c’est un effort futuriste aux dialogues improbables mais au casting solide. On vous laisse admirer cette autre relique du passé dont on déguste chaque seconde comme du Meursault.

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire