Porno Français

Qu’l’anal plus

Canal fête ses 30 ans. L’occasion, trop belle pour être évitée, de célébrer ces fameux premiers samedis du mois qui ont, grâce notamment au Journal du hard, aidé à donner du sens à la culture porn en France. Mais on pense aussi, bien-sûr, aux films comme La Collectionneuse, ancrés à jamais dans nos mémoires. Alors merci, du fond du fap, à Canal !

Quand les murs sont éteints, et la ville ivre,
Quand le samedi vrille et qu’on est qu’un ;
Canal pousse au plaisir.

D’abord d’un Pujadas au style moins insipide,
Un journal darde, je veux dire informe, des bruits coquins.
Canal : luxure et servir.

Puis, quand Puja’ Sade a salué, c’est qu’ils arrivent :
Pas un mais six quarts d’heure américains !
Canal abuse des menhirs.

Des seins tendus diamants sortis d’un livre
Apparaissent, c’est Clara ! La Morgane où ma main
Canalise, use, et fait polir.

Là ! Dans l’alcôve à croix rose et qui prive
(En théorie) c’est Ovidie l’audace au regard craint
Car elle muse chaque fear

En branle-bas surprise… Que Nephael et Nikita, que Dorcel vivent
À jamais ! Le pour tous porno chic c’est républicain !
Qu’l’anal puisse

Être un délice
Quand les murs sont éteints, et la ville ivre,
Quand le samedi vrille, et qu’on est plein
D’vant Canal +, à jaillir.

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire