Le Liban n’aime plus trop le porno

Au début du mois de septembre, le Ministère des télécommunications du Liban ordonnait à tous les fournisseurs d’accès à Internet de son territoire de censurer dans les plus brefs délais six sites à caractère pornographique, dont les fameux Xvideos et XNXX. Cet ordre fait suite à une plainte déposée par des « familles » décidées à lutter contre la corruption des valeurs morales et la pédo-criminalité ; les quatre autres sites censurés gravitent autour du délire teen, évidemment.

Malgré le lourd tabou qui pèse toujours  sur les questions de sexualité au pays du Cèdre, de nombreuses voix se sont élevées contre la décision du Ministère des télécommunications. Cette nouvelle attaque contre la liberté du peuple libanais irrite et inquiète, surtout après l’arrestation, au début du mois d’août dernier, de vingt-sept hommes accusés d’indécence ; très surprenant de la part d’un pays connu pour ses positions relativement libérales vis-à-vis de l’homosexualité et des questions de genre.

censor_l

Les fappeurs libanais n’ont pas manqué de réclamer des explications. Face à la grogne, un employé du Ministère des télécommunications a fini par révéler sur Twitter que lui et ses collègues n’avaient fait qu’obéir à un ordre du Ministère de la justice. Il ajoute : « Nous ignorons ce qui a motivé cette décision. » Pour les défenseurs de la liberté d’expression, c’est intolérable. Comment une telle censure peut-elle s’exercer sans la moindre justification ?

En fait, il semble que l’explication soit à chercher du côté d’une affaire d’agression sexuelle : lors de son interrogatoire, un homme accusé de pédophilie aurait donné les noms de ses sites porno de référence – les six sites désormais interdits. Si c’est vrai, tout un pays est en train de payer pour les déviances d’un seul homme au nom d’un lien fantasmagorique entre pornographie et pédophilie. On a comme une impression de déjà vu.

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire