Découvrez le projet No men’s land

Quand on en vient à parler de bande dessinée érotique à l’occidentale, les mêmes noms surgissent sans cesse : le monolithique et vieillissant Milo Manara, l’inévitable Robert Crumb, Guido Crepax, les anciens. Aujourd’hui, c’est le duc Bastien Vivès et les talentueux Requins Marteaux qui squattent légitimement le trône de la « bédé indébandante ». Reste que les stands d’Angoulême n’ont pas le monopole du talent ; il existe, de ci, de là, de discrets passionnés du dessin de fesse qui sont bien loin d’en manquer.

Styloide, Scebha, Jem et Nowaki, les quatre personnes à l’origine du projet No Men’s Land, sont justement de ceux-là. No Men’s Land raconte l’histoire d’Elise, une jeune femme ordinaire transportée bien malgré elle dans un périple sexuel et onirique au travers d’un monde où les hommes sont interdits. Elle y croisera plusieurs femmes qui lui révéleront toutes les facettes du plaisir, mais aussi un mystérieux être masqué aux intentions troubles. Il sera l’ultime épreuve de sa traversée.

nomensland

 

Pour financer leur projet, les créateurs de No Men’s Land ont fait appel à la générosité de leurs futurs lecteurs par le biais d’une campagne de crowdfunding qui a déjà largement dépassé son objectif originel de 4 500€. Qu’à cela ne tienne, Styloide, Scebha, Jem et Nowaki l’ont doublé : s’ils atteignent les 9 000€, la cinquantaine de pages de la version finale de No Men’s Land se verra décorée d’une couverture cartonnée et de plusieurs bonus.

Il vous reste un mois pour faire un don, il est encore temps de réveiller votre âme de mécène. Vous pouvez faire confiance à l’équipe de No Men’s Land pour faire du bon boulot : Scebha qui scénarise, Nowaki qui colorise et Jem qui gère le story-board sont des artistes d’expérience. Quant à Styloide, le dessinateur, ça se passe de commentaires ; soit sa connaissance de l’anatomie est impeccable, soit il est passé maître dans l’art de ne pas avoir l’air de se fatiguer. Ça mérite bien un petit geste.

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire