Leave Miley Alone

La tournée Bangerz de Miley Cyrus n’en finit plus de faire la joie des persifleurs. Mardi soir, la chanteuse a fait forte impression à Madrid en s’infligeant un banal wedgie, révélant ainsi son petit bouli à une assemblée qui n’en demandait pas tant. Bien sûr, les photographies de cette provocation convenue ont très vite été reprises par différents journaux, partout dans le monde : le délicat TMZ titre Next Stop… Porn !!, El Pais crache, pleurniche et regrette les concerts de Coldplay, même 20 minutes y va de sa petite brève. Et si le titre français se garde bien de déraper, l’américain et l’espagnol insultent la chanteuse, au calme.

Un pauvre cul tout pâle, bêtement provocateur, c’est bien pratique pour gonfler le nombre de tirages et de vues. Les journalistes le savent très bien, ceux qui gèrent l’image et la communication de Miley Cyrus aussi : plus on est détestable, plus on est bankable. C’est un jeu, une symbiose délicate comme un concours de gifles. En rédigeant cet article un rien méta, le Tag Parfait plonge la tête la première dans le délire. Le monstre du Loch Ness, Mixbeat, Miley Cyrus, même combat ; si on n’en parlait pas, ils n’existeraient pas. Pour reprendre le bon mot de l’illustre homme de lettres Ellie Yaffa, si tu kiffes pas, renoi, tu fappes pas et puis c’est tout.

Miley-Cyrus-MTV-EMA-2013-MACONHA-III

On a bien conscience d’enfoncer les portes ouvertes mais comme Goldman, on ira au bout de nos rêves. Parce qu’au Tag on ferme souvent les yeux pour penser à un monde parfait où les agitateurs s’agitent, cul nu si nécessaire, sans se faire cracher au visage. La question n’est pas de savoir si vous aimez ou non Miley Cyrus, tout le monde s’en fout. Les rageux peuvent maigrir à loisir, elle sera toujours gagnante. On se trouve juste un peu effaré par ce ressac continuel de haine réflexe et d’indignation aveugle ; c’est comme ça que la violence se banalise.

MC2

MC3

MC5

MC6

MC4

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire