eFukt, des larmes de tendresse

Deux types de larmes coulent sur le visage du visionneur qui a assisté au spectacle d’une vidéo eFukt. Il y a la larme salée, amère, qui rape la joue quand elle tombe, attirée par la pesanteur d’un monde où personne n’a envie de vivre. Et il y a la larme sucrée, nostalgique, qui roule tendrement, sautille presque entre pores et points noirs, glissant gentiment sur un porn fifou où passer pour des tarés n’arrêtait pas la création.

eFukt sort le troisième volet de sa série « Porn Scenes Worthy of an Oscar ». Entre délire zinzin et parodie de la Planète des singes, la mélancolie s’immisce dans le vice. Le montage enclin à la tendresse, nous entraîne dans la danse du porn en VHS, quand l’analogique n’avait pas encore attend la logique de la double anale démoniaque.

Une chatte piégée, une mitraillette bien placée, des tentacules, du creepy qui ondule et de l’hélicoteub, le programme de cette fournée de lolz n’est pas à mettre entre toutes les mains. Vous êtes avertis, deux types de larmes coulent sur le visage du visionneur d’une vidéo eFukt.

Clique, la qualité est dégueulasse, mais on s'en tape

Clique, la qualité est dégueulasse, mais on s’en tape

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire