La cumpilation de la semaine #17

Dans les bureaux du Tag, l’angoisse est tangible : le radiateur ne marche plus, on grelotte tous dans notre coin. Heureusement, Gonzo est un homme nouveau. Chaque matin, essoufflé, il pousse la porte du bureau, vélo à la main : lumière, chaleur, trompettes. C’est une histoire de marathon, de bonnes résolutions, de nouveaux cheveux aussi. Pendant ce temps, Jizzkov a un nouveau bonnet, je traîne sur Motherless et Saint-Sernin se transforme en Stakhanov. 2014 commence fort. On vous a préparé une cumpilation bien dense pour fêter ça. Le Serbe.

Extension du domaine du porno

• DominicFord a tout l’air d’être le X-Art gay. Lumière naturelle, travail sur le décor, de beaux barbus, de mignons imberbes, cette boîte de prod produit ses films en 3D et se trouve être la première de son genre à tester les Google Glass. Jacob et Scott n’y vont pas par quatre chemins, Google Glass ou pas, ça baise dur et l’utilisation des lunettes n’est, ici, qu’un angle de plus pour constater la magie de deux hommes qui couchent ensemble. Gaffe aux éjac’ faciales quand même, ça coûte une blinde ce truc.

• Dans les années 90, sur HBO aux États-Unis, une émission s’appelait Real Sex. Elle laissait parler les gens de cul et elle était très populaire. C’était une sorte de Sexy Folies (qui passait sur FR3 en 1985), où les Américains de la rue racontaient ce qu’ils aimaient dans le sexe. Il y avait aussi des reportages sur les libertins, le SM, etc. Aujourd’hui le show américain reprend, il se nomme Sex/Now et assaisonne la formule d’antan au goût du jour. Le réalisateur analyse qu’avant il y avait le téléphone rose et les peep shows, désormais il y a internet et les webcams, ce « peep show virtuel ». La technologie devient un média de rencontres dans un sens nouveau. L’émission va tenter de témoigner de cette évolution et de la comprendre. Après, le gars dit des banalités, alors on vous les épargne.

•  Les film porno-promo pour Bronies de Tasha Reign, Tasha’s Pony Tales, sort aujourd’hui. Pour l’occasion, il s’est doté d’un site officiel : nuages, arcs-en-ciel et petits cœurs comme s’il en pleuvait. On ne sait plus vraiment si Tasha’s Pony Tales est un porno à part entière, un manifeste en faveur des mauvais jeux de mots ou une gigantesque opération de promo pour les véritables vedettes du film, les éblouissants Tasha’s Reignbow Pony Plugs – seulement cent vingt-cinq dollars le plug anal, cristal Swarovski ou « incroyable médaillon vintage venu de République Tchèque » inclus, woah ! Tout ça à la fois, peut-être.

Laisse tomber, le web, c’est la guerre

jenna

•  Quelques inconscients se sont déjà risqués à demander l’aide de 4Chan. Au mieux, rien ne se passe : tout le monde s’en fout, les Not Your Personal Army pleuvent et on en reste là. Au pire, c’est le retour de flammes pour les idiots qui ont cru pouvoir dompter la bête. Vendredi dernier, Jenna Jameson elle-même a décidé de tenter le diable pour se venger de son assistant personnel. Le triste sire, fâché de s’être fait virer, s’était amusé à ruiner les comptes Twitter et Instagram de son ancienne patronne. Le problème, c’est que Jenna Jameson ne connaissait même pas le nom de famille de cet assistant ; impossible de le retrouver. Un coûteux procès n’aurait pas été plus efficace ; en moins d’une heure, les /b/tards avaient retrouvé l’adresse postale du félon, son numéro de permis de conduire, son numéro de sécurité sociale et son credit score. Comme on dit, Somebody Has To Start The Slow Clap. Bien joué, Jenna.

• Farrah Abraham se confie sur les répercussions de sa fausse sex tape. Gare à toi Tila ! tu as beau être zinzin, ça pourrait faire empirer les choses. Après avoir bassiné tout le monde sur combien baiser devant la caméra était super, Farrah Abraham avoue que cette expérience porno a « ruiné [sa] vie »« si je pouvais retourner en arrière, je ne le referais pas ». Elle a pris un raz-de-marée médiatique dans la figure en plus de la semence de James Deen, ça faisait trop pour une jeune femme de 22 ans. Enfin bon, si le slut-shaming n’existait pas, peut-être qu’elle se sentirait mieux. Dur de faire face aux moralisateurs petite Farrah, mais le porno n’a pas foutu en l’air ta vie, c’est la télé-réalité qui l’a fait.

•  Oyez, oyez, le dernier cru de la maison eFukt vient d’être tiré. Comme toujours, c’est un gros rouge qui tâche : Shit Cam Whorez Do nous parle des problèmes psychologiques des sexcameuses. « C’est drôle, après un moment on se rend compte qu’elles sont comme tout le monde. Sauf qu’elles sont complètement tarées. » L’ami Duran s’affirme plus que jamais comme le Truman Capote du troisième millénaire. Entre karaoké du désespoir, coups de pied dans les vitres et enfants gâtés qui n’ont jamais fait le ménage, Shit Cam Whorez Do est un concentré de lulz qui ravira les petits et les grands.

Plaisir

[youtuber vimeo=’https://vimeo.com/31105716′]

• On peut toujours compter sur Treats! pour nous ressortir des vidéos avec des mannequins à poil de première qualité. On vous rappelle que sans eux, Emily Ratajkowski ne serait rien. Pour illustrer la Cumpi, on a choisi Brooke, sublime blonde à petits seins et au regard azuréen pour réchauffer nos corps fourbus par la monotonie hivernale. Mlle Bonelli ne va pas au Point Soleil comme la populace ordinaire, elle loue les services de deux éphèbes qui l’aspergent du jus de carottes et le tour est joué. Montre-nous tes tan lines Brooke, on aime ça !

•  Vous connaissiez déjà Pricasso, l’homme qui peint avec sa bite ; nous avons l’honneur de vous présenter son homologue féminin, Marcey Hawk aka Boobie Painter – ou Titasso ? Le Tag Parfait, premier sur les jeux de mots. Et oui, la dame peint avec ses seins. Pour voir l’artiste au travail, direction sa chaîne YouTube. Si vous êtes séduit par la technique délicate du généreux bonnet D de mademoiselle Hawk, ses toiles abstraites sont disponibles sur son shop Etsy. Les prix sont raisonnables, vous allez pouvoir flamber.

•  Après la bite martienne et la bite ecclésiastique, c’est au tour de la bite sportive et connectée de débouler dans nos vies. Au Tag, en notre qualité de triathlètes musclés et de digital natives avertis, on a immédiatement été séduits par l’œuvre de sglider12. Cette Redditor a utilisé une application de tracking sportif pour dessiner un phallus géant en faisant son jogging. A la base, ce n’était qu’un pari entre amis mais l’idée a tellement plu aux Redditors qu’elle a rempilé avec un nouvel itinéraire, en forme de vulve cette fois. On vous laisse apprécier le niveau de détail, impressionnant.

jogging

Couverture : Amanda Cerny

 

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Le Bon Fap