Le Bon Fap

EFukt : le fappeur fou des hôtels devient hétéroflexible

Dans le monde, des personnes passionnées cherchent toute leur vie à atteindre un but, le Graal de leur existence. Peu importe les méandres de la destinée, elles restent concentrées sur leur objectif sans jamais faillir. Jon Haneke est un de ces héros du quotidien.

Encore une fois, l’équipe d’EFukt fait des prouesses. Elle a suivi les tribulations d’un « guerrilla masturbator », Jon Haneke, « systems analyst » chez Mattel, dans les hôtels les plus divers des États-Unis et d’ailleurs. Selon leur source (que nous n’avons pu recoupée), durant 22 ans et quelque 3425 tentatives, Jon n’a jamais réussi qu’à dégouter les femmes de ménage, qui s’enfuyaient en s’excusant de n’être pas plus loin. Aucune n’a jamais trouvé ce bonhomme se branlant à poil dans son lit assez attirant pour abandonner son poste et l’aider à terminer.

Aucune ? Pas tout à fait, car patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Ah ! le beau dicton qui illustre à merveille ce montage cocasse et désopilant des zinzins d’EFukt. Jon, pour accomplir son destin de branleur taré, ce « ninja fapping in the dark » négocie avec son hétéroflexibilité. Après toutes ces années, il n’allait pas chipoter.

Cliquez pour voir !

Cliquez pour voir ! Qualité 4K inside

Ces personnes excitées par l’exhibition de leur verge dans des endroits inappropriés se regroupent sur internet sous le tag #flasher. EFukt en rigole (et nous aussi par la même occasion), mais il n’y a rien de moins agréable que de se voir infliger une nudité non désirée. On en fait les frais tous les matins au bureau quand le taulier débarque et expose ses parties dans un hélicoteub endiablé. Le plus souvent, les cockflashers sortent leur machin dans le bus ou leur voiture et attendent qu’une femme les repère pour jouir.

Selon l’article 222-322 du Code pénal français, l’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. À bon entendeur, rangez vos zgegs !

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire