Kelly Stafford

Si Rocco Siffredi était Notorious B.I.G, Kelly Stafford serait Lil’Kim – c’est à dire la favorite, la petite protégée qui n’a, en vérité, absolument pas besoin d’être protégée. Câline, Grignote et Benjamin, écoutez bien ; c’est l’histoire d’un coup de cœur entre deux scènes hardcore. Nous sommes en 1997, Kelly Stafford a dix-neuf ans et elle est modèle. Elle travaille avec la hardeuse Kirstyn Halborg, une solide BBW qui travaille également en tant qu’agent pour plusieurs performeuses ; par chance, elle est en contact avec Rocco Siffredi. Avec son gros pénis et son nez creux, il repère bien vite Kelly Stafford et tente de l’attirer dans l’un de ses films. Au départ, elle refuse : « Je n’avais pas envie de faire du porno banal, je n’avais jamais rien vu d’autre que ça à l’époque. Il m’a demandé pourquoi, je lui ai répondu que j’aimais me faire violer le cul. Est-ce qu’il pouvait filmer ça ? » Forcément, Siffredi a foncé ; il avait enfin trouvé son alter ego féminin.

Kelly Stafford rentre donc dans le porno par la grande porte, au bras de l’un de ses plus grands noms. Grâce à Rocco, la britannique se fait vite une place aux côtés de John Stagliano à la bonne époque d’Evil Angel ; tous ensemble, ils produisent des films hallucinants. Il faut dire que les deux acteurs sont littéralement faits l’un pour l’autre. Leur goût pour le sexe brutal, les jeux de soumission et de d’humiliation ont marqué à tout jamais les fappeurs du monde entier. De son propre aveu, Kelly est là pour ça, pas pour l’argent. Elle cherche clairement à repousser toutes les limites, projetant sa libido sans limite sur à peu près tout ce qui bouge : elle étrangle des inconnus, en frappe d’autres, se met à genoux pour un vieillard qu’elle n’a jamais vu de sa vie. Kelly Stafford a un petit grain, du genre zinzin mais peu importe ; en dix ans et vingt-quatre films seulement, Kelly Stafford est devenue une véritable légende. Rocco Siffredi lui doit beaucoup.

kelly

En 2007, Kelly Stafford met un terme à l’aventure, ça ne l’amuse plus. Les grosses productions ne l’intéressent pas, l’argent non plus ; tout ce qu’elle voulait, c’était prendre un pied phénoménal avec Rocco et faire n’importe quoi avec n’importe qui, pour rire et parce qu’elle aime tout simplement ça. Aux dernières nouvelles, Kelly Stafford a un fils et gère une agence de mannequins en Angleterre. Elle reste extrêmement discrète au sujet du père de son enfant, qui est également son mari. C’était en 2009 ; depuis, elle a littéralement disparu. Ne restent que ces scènes hallucinantes, entre gang-bang bien dégueulasse et double anale rigolarde, reliques d’un porno vivace et impertinent. A l’époque, même John Stagliano était dépassé par les délires de incontrôlable Kelly Stafford. C’est dire.

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Les commentaires sont clos pour cet article.

Le Bon Fap