Oldie but Goodie : les filles de Russ Meyer

La légende raconte que Russ Meyer aurait perdu sa virginité dans un bordel français pendant la Seconde Guerre mondiale. Il aurait été dépucelé par une demoiselle doté d’une poitrine généreuse, jetée dans ses bras en guise de cadeau par son ami Ernest Hemingway ; l’écrivain avait été horrifié d’apprendre que Russ était encore chaste. Il y a fort à parier que cet événement a durablement marqué le futur cinéaste, conditionnant sa future obsession pour les gros seins. Une passion mammaire qui, plus tard, l’amènerait à être sacré King of the Nudies.

RussMeyer+UschiDigard 2

Russ Meyer et Uschi Digard

russ-Kitten 3

Russ Meyer et Kitten Natividad

Russ Meyer fut l’un des plus célèbres réalisateurs de sexploitation movies des années 60 et 70. Grâce à des longs-métrages devenus cultes, comme le célèbre Faster, Pussycat! Kill! Kill!, il a révolutionné les conventions techniques et thématiques de son époque.

[youtuber youtube=’http://www.youtube.com/watch?v=m3JjyvQzSJI#t=38′]

D’aucuns s’empresseront de classer Russ Meyer dans la catégorie des pervers qui réalisent du porno softcore pour satisfaire leurs propres délires. En vérité, Meyer est un grand réalisateur ; bon nombre de ses films portent la trace d’un langage cinématographique unique, à base de cadrages extrêmes et de montage épileptique. Il y a du rock’n’roll, de la violence, des moteurs qui hurlent et des grands moments d’absurdité, le tout sur fond de libération sexuelle et de combat féministe.

Les femmes sont au cœur de l’oeuvre de Russ Meyer, évidemment ; il dépeint la plupart d’entre elles comme de véritables dominantes, physiquement, mentalement et sexuellement supérieures aux hommes. Meyer a créé un style unique qui a influencé toute une génération de réalisateurs. Pour vous en convaincre, il vous suffit de vous plonger – ou de vous re-plonger – dans les films Grindhouse de Tarantino et Rodriguez : Boulevard de la Mort et Planète Terreur

DEATH-PROOF4

A cause de sa préférence clairement marquée pour les grosses poitrines, Russ Meyer a souvent travaillé avec des pin-ups. Pour trouver de nouvelles actrices, il n’hésitait pas à aller fouiner dans les boîtes de strip-tease. C’est comme ça qu’il a découvert son l’une de ses actrices fétiches, Haji (Barbarella Catton). Cette beauté en provenance directe du Canada a fait la rencontre de Russ Meyer dans un bar topless, où elle travaillait en tant que serveuse avant que le réalisateur ne la transforme en star. Elle a joué dans Motorpsycho (1965), Faster, Pussycat! Kill! Kill! (1965), Good Morning and… Goodbye! (1967), et Supervixens (1975).

HIJA-GIF5

Haji-6

haji7

 

Russ Meyer

Russ Meyer

Russ Meyer

haji11

haji12

haji13

Russ Meyer a découvert bien d’autres beautés : Shari Eubank et Christi Hartburg, par exemple. Elles ont toutes les deux joué dans Supervixens, mais le public se souvient surtout du sourire ravageur et de la poitrine arrogante de Christi. On ne voyait qu’elle sur l’affiche du film, à cause de son sourire arrogant et de sa poitrine ravageuse. Pourtant, Shari est au moins aussi bien qu’elle…

SUPER VIxens Russ Meyer

supervixens2

SUPERvixens3

Shari Eubank

supervixens4

SV5

Christy Hartburg

SV6

Shari-eubank7

shari8

shari-eubank9

Dans la catégorie poitrine opulente il y a aussi Uschi Digard, une déesse d’origine suédoise que Meyer a fait jouer dans trois de ses longs-métrages. Uschi Digard était très connue dans les années 60 et 70, elle est apparue dans un nombre mirobolant de films et de magazines érotiques. Elle a même fait un petit truc porno avec Kitten Natividad, une pin-up d’origine mexicaine avec laquelle Russ a vécu pendant près de quinze ans. Plot twist : Kitten Natividad et Russ Meyer se sont rencontrés grâce à Sheri Eubank. Le monde du nu érotique est vraiment tout petit.

Ushic1

Ushi2

Kitten3

Kitten4

Uschi5

Uschi6

Ushi7

Kitten8

Kitten9

Ushi10

Kitten11

Kitten12

UshiKitten13

Kitten et Uschi

Ushi14

Ushi16

Ushi17

Ushi18

Russ Meyer Catholic High School

Kitten20

Russ Meyer était une vraie légende. Il nous a malheureusement quittés en 2004, laissant en héritage un sacré paquet d’histoires cochonnes et de modèles aux seins exceptionnels. Si le cas Russ Meyer vous intéresse, vous pouvez aller faire un petit tour par ici et même regarder tous ses films par là. Au delà de ses grands classiques, je ne saurais que trop vous recommander Mondo Topless, un mockumentary essentiel à la bonne compréhension de l’oeuvre cinématographique de Russ Meyer. Sur ce, on vous laisse avec ces quelques photographies supplémentaires.

phyllisdavis1

Phyllis Davis

Confession2

Tura Satana

Tura Satana

June Wilkinson

June Wilkinson

erica-gavin5

Erica Gavin

Vincene_Waace6

Vincene Wallace

Vincene Wallace Erica Gavin

Vincene Wallace et Erica Gavin

Lorna Maitland

Lorna Maitland

Edy_Williams9

Edy Williams

Doly-read10

Dolly Read

Edy-Williams11

Edy Williams

Eve-Meyer12

Eve Meyer (Oui, sa femme !)

Traduit de l’anglais depuis cet article par Le Serbe

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Le Bon Fap