Shrek is Love, Shrek is life

L’internet a ses mystères, ces failles de bon sens et de bon goût qui nous font plonger dans des vidéos étranges où Shrek, l’ogre de Dreamworks, prend un jeune homme sans plus de préliminaires qu’une claque sur les fesses. Voilà la beauté fascinante du WTF et tout ça en SFW sur Youtube.

C’est l’histoire d’un fan invétéré de l’ogre vert qui le rencontre enfin dans un songe après avoir prié très fort et dont l’énorme chibro senteur oignon lui laboure les entrailles. Une bluette homoérotique sortie de l’esprit tordu d’un pervers poète ?

https://www.youtube.com/watch?v=q_xpPKpswOU

Quand on remonte un peu le fil originel de cette vidéo, on tombe sur une ribambelle de textes pornos dont Shrek est le héros. Ils s’intitulent « Shrek is Love, Shrek is Life ». Malsain comme une fanfiction d’ado autour des sexes gorgés de plaisir des One Direction, l’amour porté à Shrek sombre dans les fantasmes (illégaux) de ses auteurs. Tout a démarré sur le /b/ de 4chan en janvier 2013, selon la bible Know Your Meme. Bizarrement le topic est devenu très populaire, faisant rigoler quelques zinzins du Projet Internet. Chacun y allait de son opus. Les adaptations vidéo ont ensuite émergé, jusqu’à l’interprétation à la voix profonde de CatalystEXE, auteur d’une chaîne Youtube bien barrée et cette version par Airplane Randy que les Brogres plébiscitèrent.

Tout comme les Bronies, les Broges sexualisent leur idole jusqu’à la grande explosion. On n’est pas sûr de les suivre jusqu’au bout, mais on vous pose ça là, faites en ce que vous voulez.

2 commentaires Voir les commentaires

  • Là, ça fait mal.
    Voilà de la pure vidéo faite à partir du jeu Garry’s Mod (évident par le faceposing typique). La moitié des assets (maison, personnages) proviennent de Left 4 Dead 2 (une dse sources principales des débilités Garry’s Mod).
    Garry’s Mod, en plus d’être un jeu sandbox, est devenu une espèce de bible pour tout le rule34 en 3D ou provenant du JV. Penchez-vous dessus, ça fait autant peur que c’est géant.

Laisser un commentaire