Du porno queer pour sauver le porno hétéro

Lux Alptraum écrit pour Nerve et pour Woodrocket ; c’est aussi l’ex grande patronne de Fleshbot et la créatrice de ThatStrangeGirl, la dame a du métier. Lorsqu’elle parle de porno, on l’écoute. Il y a quelques jours, elle a publié un article sur l’émergence d’un nouveau phénomène pornographique : les films hétéros réalisés par des membres de la communauté LGBTQ. L’inverse existe depuis déjà un bon bout de temps, les acteurs gay-for-pay et les sites qui produisent du porno homosexuel sous l’égide de producteurs détenant également des marques éminemment hétérosexuelles, comme Brazzers ou Digital Playground, en sont la preuve. Bon nombre de producteurs LGBTQ cherchent désormais à inverser la tendance. Dans son article, Lux Alptraum prend pour exemple Bed Party, un film réalisé par l’un des plus grands noms de la pornographie queer : Pink and White Productions.

BedParty-EdenSebastain-10-640x426

Bed Party reprend tous les éléments les plus basiques du film porno hétéro – fellation, pénétration vaginale, et ceteraad nauseam – et y ajoute des pratiques plus inhabituelles : l’homme se fait fister, par exemple. La grosse différence se situe également au niveau de la réalisation pure et dure, Bed Party bouleverse les rôles et les points de vue en considérant l’individu dans son ensemble ; la femme n’est plus automatiquement le seul centre d’intérêt du film et l’homme est désormais plus qu’une extension de vit turgescent.

Faire exploser la rigidité pratique du porno hétérosexuel, dépasser ce à quoi il est censé ressembler ; on espère sincèrement que cette tendance va continuer à grandir et à nous offrir des films qui mettent à bas les idoles hétéronormées. Si on se fie en tout cas aux top rated des tubes les plus « souples » en matière de sexualité (on pense évidemment à Xhamster), on n’est pas les seuls à le vouloir, toute la communauté des fappeurs semble n’attendre que ça.

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire